Ukrainian servicemen prepare ammunition before firing towards Russian positions near Bakhmut, Ukraine, July 7, 2023.

Jean Delaunay

Borrell « satisfait » malgré le manque à gagner de l’UE en matière de munitions pour l’Ukraine

L’incapacité de l’Union européenne à fournir à l’Ukraine un million de cartouches d’ici un an, comme elle l’avait promis, devrait néanmoins être saluée, ont soutenu certains hauts responsables du bloc.

Les États membres de l’UE ont approuvé en mars de l’année dernière un plan de 2 milliards d’euros visant à accroître les livraisons de munitions à l’Ukraine, s’engageant à envoyer un million d’obus de 155 mm dans les 12 mois afin que le pays puisse se défendre contre l’invasion à grande échelle de la Russie.

Mais à moins de deux mois du délai qu’il s’est imposé, Josep Borrell a admis mercredi que l’objectif ne serait pas atteint et que seulement 330 000 cartouches avaient été livrées jusqu’à présent, principalement à partir des stocks existants des États de l’UE.

D’ici mars 2024, il s’attend à ce que le bloc ait atteint environ 52 % de son objectif avec plus d’un demi-million de livraisons et que l’objectif d’un million ne soit atteint que vers la fin de l’année.

« Toute la machinerie de l’industrie européenne de défense fonctionne et les États membres passent les commandes. Et d’ici la fin de l’année, les livraisons prévues atteindront plus d’un million, car les chiffres du pipeline s’élèvent à 630 000 », a-t-il déclaré. journalistes à la suite d’une réunion informelle des ministres de la Défense à Bruxelles.

« Je pense que nous devrions être assez satisfaits de ce que nous avons réussi à réaliser, en augmentant la capacité de production de l’industrie de 40% », a-t-il ajouté.

Le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a également choisi de se concentrer davantage sur la montée en puissance des capacités de production que sur l’objectif de livraison.

« En mars dernier, j’ai pris un engagement qui était de pouvoir augmenter notre capacité de production de munitions, principalement de 155 mm, jusqu’à un million par an », a-t-il déclaré mercredi.

« Nous sommes déjà à ce niveau aujourd’hui. Autrement dit, nous avons deux mois d’avance sur notre capacité à produire davantage de munitions en Europe », a-t-il ajouté.

« Un signal d’alarme pour en faire plus »

La Première ministre estonienne Kaja Kallas s’est montrée plus prudente dans son évaluation, décrivant l’incapacité à atteindre l’objectif comme « un signal d’alarme pour faire plus », reconnaissant toutefois que « sans cet objectif ambitieux, nous serions dans une situation pire ».

« Ce qui est positif, c’est que la production de munitions a triplé en Europe – bien sûr, ce n’est pas suffisant. Cela a également montré que l’état de préparation en matière de défense des pays européens est loin de ce qu’il devrait être. Donc, sans aucun doute, il envoie un message clair à tout le monde : nous devrions tous faire plus. »

Selon Bloomberg, les forces ukrainiennes sont confrontées à une pénurie « critique » de munitions et ne disposent que de 2 000 obus à tirer chaque jour le long des 1 500 kilomètres de ligne de front, contre 7 000 au cours de l’été.

Kallas était à Bruxelles jeudi pour un sommet extraordinaire des dirigeants de l’UE afin de discuter d’un plan macrofinancier de 50 milliards d’euros sur quatre ans pour l’Ukraine. L’adoption du paquet européen avait été retardée à la mi-décembre par le Premier ministre hongrois Viktor Orban qui avait demandé un vote annuel pour décaisser les fonds, ce à quoi les 26 autres dirigeants s’opposaient fermement.

Dans le cadre de l’accord conclu jeudi matin, les dirigeants de l’UE tiendront un débat annuel sur la facilité pour l’Ukraine et sur la manière dont l’argent est dépensé par l’Ukraine. Les dirigeants pourront également demander un réexamen à la Commission européenne au bout de deux ans.

Kiev a besoin cette année d’environ 35 milliards d’euros de la part des partenaires internationaux pour maintenir les services essentiels, notamment les soins de santé, l’éducation, la protection sociale et les retraites.

A l’ordre du jour des dirigeants figuraient également l’idée d’inclure un fonds spécial pour l’Ukraine au sein de la Facilité européenne de soutien à la paix (FEP), l’instrument hors budget par lequel ils ont fourni des armes à l’Ukraine et qui leur a permis de se faire rembourser une partie de leurs contributions.

Borrell avait proposé l’année dernière que les États membres consacrent au moins 5 milliards d’euros par an au cours des quatre prochaines années à l’assistance militaire à l’Ukraine par le biais de l’EPF, mais plusieurs États membres – dont l’Allemagne – se sont opposés à ce chiffre. Ils demandent que leurs dons bilatéraux à l’Ukraine soient également pris en compte.

Laisser un commentaire

onze − neuf =