An unionist leads an demonstration against pension reform in Rennes, France. April 13, 2023.

Milos Schmidt

Boom ou faillite ? Impact économique du vieillissement des populations et de la baisse des taux de natalité

L’espérance de vie augmente, les taux de natalité diminuent et les systèmes de retraite commencent à grincer. Alors, que signifie le vieillissement pour les taux d’intérêt et l’économie dans son ensemble ?

D’ici 2050, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus devrait atteindre 1,6 milliard dans le monde. C’est plus du double du chiffre observé en 2021.

Cette tendance est motivée par deux facteurs intrinsèquement positifs : l’amélioration de la santé de la population et l’autonomie des femmes. Tandis que les gens vivent plus longtemps, l’éducation des femmes s’améliore également, ce qui signifie qu’elles ont généralement moins d’enfants.

Les effets du vieillissement de la population sont plus préoccupants que ses catalyseurs. L’année dernière, de nombreux regards du monde entier ont été suivis par les troubles politiques en France. Lorsque le gouvernement du président Macron a annoncé son souhait de relever l’âge de la retraite de 62 à 64 ans, la culture contestataire française s’est déchaînée dans toute sa force.

Selon Macron, deux années de travail supplémentaire ont été nécessaires pour soutenir le fardeau fiscal d’une population vieillissante. Les Français y ont vu une attaque contre leurs droits du travail, réputés garantis. Les arguments économiques étant tombés dans l’oreille d’un sourd, la réforme a été imposée par l’Assemblée nationale sans vote.

Équilibrer le fardeau et les budgets

Même si la position de Macron était impopulaire, elle était une réponse à un principe économique de base. Si le ratio retraités/jeunes augmente, la charge pesant sur les budgets publics s’alourdit.

Selon Eurostat, le taux de dépendance des personnes âgées dans l’UE était de 33 % en 2022, ce qui signifie qu’il y avait un peu plus de trois adultes en âge de travailler (15-64 ans) pour chaque personne âgée de 65 ans ou plus. D’ici janvier 2050, les dépenses de l’État en matière de santé et de retraite devraient augmenter, le ratio devant atteindre 56,7 %.

Effet du vieillissement de la population sur la productivité

L’effet du vieillissement sur la productivité alimente des prédictions tout aussi douloureuses. Si une économie compte moins de personnes en âge de travailler, les entreprises peuvent avoir du mal à pourvoir les postes. Cela étoufferait la production de biens et de services, nuisant ainsi à la compétitivité internationale.

Jusqu’à récemment, l’évolution démographique de la zone euro n’avait pas d’effet extrêmement néfaste sur la productivité. Au cours des vingt premières années du nouveau millénaire, le nombre de personnes âgées sur le marché du travail a augmenté. L’allongement de la vie active a contrebalancé la dépendance croissante du taux de vieillesse, conséquence de l’amélioration de la santé et du recul de l’âge de la retraite.

Le problème pour les gouvernements est que cela ne durera pas éternellement. La pandémie de Covid-19 a coupé l’appétit de nombreux travailleurs âgés de retourner au travail quotidien. De plus, relever encore l’âge de la retraite n’est pas une voie politique facile, comme Macron le sait trop bien.

À court terme, l’immigration peut contribuer à combler les pénuries de main-d’œuvre, mais elle ne constitue peut-être pas une solution durable. Le flux futur de jeunes travailleurs vers les pays vieillissants dépend fortement de l’évolution démographique des pays d’origine, souvent du Sud. Certains de ces États « fournisseurs » souffrent actuellement de leurs propres problèmes de productivité, alors que les jeunes quittent leur pays pour des perspectives internationales.

Pourtant, même avec des budgets publics en jeu, l’évolution démographique cache un paradoxe. Les États dépensent peut-être de l’argent, mais et si la dette n’était pas si dommageable ? Si le vieillissement de la population faisait baisser les taux d’intérêt, cela pourrait être le cas.

Impact du vieillissement de la population sur les taux d’intérêt

Pour comprendre ce phénomène, nous devons comprendre le rôle de l’épargne. Lorsque la demande de dépôt d’argent à la banque est forte, le crédit est plus abondant. Selon les règles de l’offre et de la demande, cela rendra les prêts moins chers – et l’inverse est également vrai. Pourtant, au centre de cette question se trouve une incertitude : comment les consommateurs plus âgés gèrent-ils leur argent ?

Il est possible de distinguer ici deux récits différents. D’une part, si la génération argent commence à épuiser son épargne, elle risque de faire monter les taux d’intérêt. C’est le cas avancé par Charles Goodhart, ancien responsable de la Banque d’Angleterre. Dans le scénario de Goodhart, nous avons l’image de retraités, fraîchement libérés du travail, qui dépensent leurs économies alors qu’ils approchent du crépuscule. Cela dit, tout le monde n’est pas d’accord.

« Il est important d’examiner l’ensemble du changement dans la pyramide des âges et de ne pas considérer le vieillissement comme un changement unidimensionnel », a expliqué Joseph Kopecky, professeur adjoint d’économie au Trinity College de Dublin. Il a soutenu que même si le modèle de Goodhart pourrait un jour devenir une réalité, l’effet actuel des travailleurs en phase intermédiaire ou avancée ne doit pas être sous-estimé.

Les baby-boomers économes, qui se préparent financièrement à leur retraite, font grimper le taux d’épargne. Même lorsqu’ils mettent un terme à leur carrière, on peut également se demander à quel point ils seront frivoles. Le désir de laisser un héritage conduit souvent les consommateurs plus âgés à serrer les cordons de la bourse – une bonne nouvelle pour leurs enfants.

Cependant, pendant que les baby-boomers comptent les sous, qu’arrive-t-il aux autres tranches d’âge ? De nombreux économistes estiment qu’à mesure que l’espérance de vie augmente, les niveaux d’épargne des différentes cohortes augmenteront également. La raison est simple : si vous vous préparez à une retraite plus longue, vous constituerez probablement des réserves plus importantes. À mesure que l’ensemble de la population épargnera davantage, l’offre de fonds augmentera. Si la demande d’investissement reste constante, les taux d’intérêt baisseront alors.

Ce modèle de prêt bon marché peut, bien entendu, paraître déroutant dans le climat actuel. Dans les principales économies, les coûts d’emprunt ont grimpé en flèche, la croissance stagne et les banques sont nerveuses à l’idée de bouger. Pourtant, derrière les chocs à court terme se cachent des tendances sous-jacentes.

« Au cours de la période précédant cette inflation post-Covid, la BCE menait une politique monétaire très souple », a déclaré Kopecky. « Ils avaient encore du mal à faire monter l’inflation à 2 %. … Tout cela conforte l’hypothèse selon laquelle quelque chose d’autre ferait encore baisser les taux d’intérêt.»

La réduction des coûts d’emprunt est une arme à double tranchant, car des taux d’intérêt bas signifient également de maigres rendements. Cela dit, si les États veulent une lueur d’espoir, ils en ont peut-être trouvé une.

Même si le vieillissement de la population risque de mettre à mal les finances de l’État, il sera ironiquement plus facile d’emprunter. Les taux d’intérêt futurs, vulnérables à toute une série de variables, sont impossibles à prévoir avec certitude. Dans ce cas, les décideurs politiques se tourneront vers leurs aînés. Alors que les pays ayant les taux de dépendance les plus élevés surmontent les difficultés croissantes, les jeunes prendront des notes.

Laisser un commentaire

6 − 4 =