Billets climat : convaincre les gens d’utiliser les transports publics est plus complexe que de simplement réduire les coûts

Jean Delaunay

Billets climat : convaincre les gens d’utiliser les transports publics est plus complexe que de simplement réduire les coûts

Les transports publics sont l’un des moyens de transport les moins émetteurs de carbone, mais il n’est pas toujours facile d’encourager les gens à les utiliser.

Les tickets climatiques sont devenus un sujet brûlant en Europe. Avec la hausse du coût de la vie et les préoccupations persistantes concernant les émissions de carbone, ces laissez-passer nationaux de transports publics sont devenus populaires auprès du public.

Mais les messages sont partagés quant à l’efficacité des différents programmes visant à encourager les gens à prendre le train et le bus.

Du Deutschlandticket – présenté comme « l’une des meilleures idées » que le gouvernement allemand ait jamais eu – au Klimaticket autrichien, les politiciens ont soutenu ces billets abordables à long terme comme un moyen de lutter contre la crise climatique.

L’inaccessibilité, la surpopulation et la rareté des réseaux de transports publics se sont toutefois révélés problématiques.

Les transports représentent un quart des émissions de gaz à effet de serre de l’UE et environ 70 pour cent de tout le pétrole, ce qui signifie que l’abandon des transports aériens et automobiles est crucial pour les politiques climatiques.

Alors, quels sont les moyens les plus efficaces pour inciter les gens à abandonner les voitures et les avions ?

Où en Europe les transports publics sont-ils les moins chers et les plus accessibles ?

En mai, un rapport de Greenpeace révélait l’état des transports publics dans 30 pays européens.

Les nations ont été classées sur la base de quatre critères : la simplicité de leurs systèmes de billetterie, le caractère abordable des billets longue durée, les réductions pour les groupes socialement défavorisés et les taux de TVA. Le rapport examine également les capitales individuelles, en les notant selon les mêmes catégories.

Chaque capitale et chaque pays s’est vu attribuer une note sur 100 points possibles.

Le Luxembourg, Malte, l’Autriche, l’Allemagne, Chypre et l’Espagne sont arrivés en tête avec des scores élevés pour la facilité d’utilisation des billets et les réductions. Tallinn en Estonie, le Luxembourg et La Valette à Malte occupent les trois premières places du classement des villes.

JOE KLAMAR / AFP
L’Autriche possède l’un des réseaux de transports publics les moins chers et les plus accessibles.

La Grèce, la Croatie et la Bulgarie se trouvaient en bas de la liste des pays, la Bulgarie n’ayant marqué aucun point dans aucune des quatre catégories.

En ce qui concerne les villes individuelles, Amsterdam aux Pays-Bas, Londres au Royaume-Uni et Dublin en Irlande obtiennent les pires résultats en termes de coût et d’accessibilité.

Actuellement, les villes proposant les billets mensuels ou annuels les moins chers sont Prague, Bratislava, Rome et Vienne. Dans ces endroits, le coût est d’environ 0,85 € ou moins par jour après l’ajustement du niveau des prix.

Les villes les plus chères d’Europe étaient Londres, Dublin, Paris et Amsterdam. Les billets ici vous coûteront plus de 2,25 € par jour.

Quelle est l’efficacité des tickets climatiques européens ?

Plusieurs pays et villes progressistes ont lancé une tendance à l’échelle européenne en faveur des tickets climatiques.

« Notre définition d’un ticket climatique est un titre de transport public valable pour tous ou la plupart des moyens de transport public… pendant une certaine période », explique Herwig Schuster, expert en transports pour la campagne Mobilité pour tous de Greenpeace.

Trois des 30 pays – l’Autriche, la Hongrie et l’Allemagne – ont jusqu’à présent introduit ces billets relativement abordables et utilisables dans tout le pays.

«Je pense que le seul modèle qui soit assez proche de notre (recommandation) est le modèle autrichien car le ticket climatique autrichien couvre tous les moyens de transport. Vous pouvez donc utiliser le pass aussi bien à la campagne que dans le métro de Vienne», explique Schuster.

Greenpeace appelle tous les pays européens qui n’ont pas encore réduit le coût des transports publics à introduire un ticket climat.

Mais ceux qui ont déjà introduit ce type de laissez-passer doivent également les améliorer.

L’analyse montre que le « ticket climatique » idéal n’existe pas encore en Europe. Schuster affirme que même si le modèle autrichien est bon, il est trop cher. Le Deutschlandticket est moins cher mais il n’est pas valable sur certains réseaux de transports urbains.

Des rapports récents ont également remis en question l’efficacité du système de transport allemand à l’échelle nationale.

IMAGO/aal.photo via Reuters Connect
Des rapports récents ont remis en question l’efficacité réelle du ticket climatique allemand.

Une prévision de l’Agence fédérale de l’environnement, publiée parallèlement à un rapport du Conseil allemand des experts sur le changement climatique, suggère que le Deutschlandticket ne fait pas grand-chose pour réduire les émissions.

Il estime que les calculs du ministère des Transports d’une réduction de 22,6 millions de tonnes d’ici 2030 « semblent surestimés ». Le rapport prévoit qu’un chiffre d’environ 4,2 millions de tonnes est plus probable.

Alors quel est le problème avec le ticket à 49 € ? L’infrastructure est la réponse simple.

Un nombre croissant de personnes utilisant les transports publics sans amélioration de la capacité entraîne une surpopulation. La perspective d’un voyage inconfortable n’incite en rien les gens à abandonner leur voiture.

Et pour une grande partie des quelque 83 millions d’habitants que compte l’Allemagne, les transports publics réguliers ne sont pas une réalité.

Le groupe de réflexion Agora Verkehrswende estime qu’environ 27 millions de personnes « soit n’ont aucun accès aux transports publics dans leur région, soit seulement quelques fois par jour ».

Il montre que, même si les coûts sont réduits et la billetterie simplifiée, les services ferroviaires et de bus doivent s’améliorer pour que les gens veuillent les utiliser.

La gratuité des transports publics peut-elle convaincre les gens de ne pas utiliser leur voiture ?

« Nous ne plaidons pas explicitement en faveur de la gratuité des transports », déclare Herwig Schuster, expert en transport pour la campagne Mobilité pour tous de Greenpeace.

« Nous disons toujours que les transports doivent être abordables mais pas gratuits. Ce n’est pas grave si cela se fait au Luxembourg, qui est un pays super riche.»

Tallinn a été l’une des premières villes à rendre les transports publics gratuits pour ses résidents en 2013, ce qui a entraîné une augmentation de la demande de 1,2 % depuis son introduction. Le Luxembourg était alors le premier pays européen à rendre les billets gratuits pour les navetteurs et les touristes étrangers. Toutefois, il n’a pas réussi à encourager les gens à abandonner la voiture.

Greenpeace note que cela est probablement dû au fait que plus de 200 000 personnes font la navette entre le Luxembourg et leur pays, ce qui signifie qu’elles devraient quand même acheter un billet pour un pays voisin.

«Les gens vont généralement de l’Allemagne au Luxembourg, de la Belgique au Luxembourg et continuent d’utiliser la voiture, car cela ne les aide pas vraiment s’ils ne paient pas pour le tronçon luxembourgeois», explique Schuster.

JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Des personnes montent à bord d’un tramway au Luxembourg alors que le pays inaugure sa politique de gratuité des transports publics le 29 février 2020.

L’amélioration des services est difficile sans les revenus des billets

Selon Herald Ruijters, directeur de la DG Move, l’organisme de la Commission européenne responsable des transports dans l’UE, la gratuité des transports publics n’existe pas.

« En fin de compte, la gratuité des transports publics est une question de budget et de savoir qui en supporte le coût », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe Green plus tôt cette année.

Même si la gratuité des transports publics peut être une idée populaire, a-t-il expliqué, quelqu’un doit en fin de compte en supporter le coût, soit par le biais des impôts, soit par des subventions publiques. Cela comprend le budget essentiel pour maintenir les services et investir dans l’expansion.

« Je ne pense pas que ce soit une véritable solution. Il n’y a pas de repas gratuit », a ajouté Ruijters.

Qu’est-ce qui incitera davantage de personnes à utiliser les transports publics ?

Greenpeace affirme que la réduction du coût des transports publics reste l’un des moyens « les plus simples et les plus rapides » de déplacer les gens de la voiture vers le train et le bus.

Le coût des transports publics doit être inférieur à celui de l’utilisation d’une voiture et valoir son prix, sinon les gens ne les utiliseront pas. La solution la plus simple et la plus équitable pour la plupart des pays consiste à viser environ 1 euro par jour.

Bien que le financement soit un problème, il existe un « potentiel énorme » pour détourner l’argent des subventions aux combustibles fossiles ou introduire des taxes sur les billets d’avion et le kérosène pour payer les prix réduits des billets, ajoute Schuster.

L’un des moyens les plus simples de réduire les coûts serait de supprimer la TVA, certains pays d’Europe de l’Est ayant des taux pouvant atteindre 20 pour cent.

« D’ici quelques années, je pense que tous les gouvernements pourraient être en mesure d’introduire ce type de tarification équitable. »

Rendre les systèmes plus faciles à naviguer avec des systèmes de billetterie simples est également important. Schuster estime que les cartes électroniques utilisables partout – comme celles des Pays-Bas – constituent une bonne solution. Surtout par rapport à la Bulgarie où vous pourriez avoir besoin de plusieurs billets pour prendre un bus ou changer de train.

Combiner faible coût, bonnes infrastructures et système de billetterie simple à comprendre pourrait être le meilleur moyen d’encourager davantage de personnes à utiliser les transports publics.

Laisser un commentaire

quatorze − deux =