Private jet owners are responsible for thousands of tonnes of carbon dioxide emissions per year.

Milos Schmidt

Bill Gates, les Murdoch, Pitbull : quelles célébrités prennent le plus de vols en jet privé ?

Un jeune de 17 ans tient les milliardaires du monde pour responsables de leurs vols en jet privé.

Un adolescent a désigné et humilié les voyageurs fréquents très riches en comptant leurs émissions de carbone.

Akash Shendure, 17 ans, a compilé des données montrant l’empreinte fossile de 163 utilisateurs de jets privés.

La liste détaille les vols privés de célébrités, de l’entrepreneur Bill Gates au rappeur Pitbull.

« Je veux vraiment que non seulement cela oblige certaines personnes à rendre des comptes, mais aussi qu’il fasse prendre conscience de la disparité entre les émissions de carbone des Américains ultra-riches et des Américains moyens », a déclaré Shendure dans une interview à la radio américaine KUOW.

Quelle est l’empreinte carbone d’un jet privé ?

L’Américain moyen émet 15,52 tonnes de dioxyde de carbone par an.

En comparaison, Thomas Siebel – le milliardaire fondateur de Siebel Systems et premier pollueur répertorié par le projet ClimateJets de Shendure – a émis 4 649 tonnes de CO2.

« Les émissions des avions privés de Thomas Siebel ont dépassé les émissions totales de carbone de 299 Américains moyens ! ClimateJets explique.

Qui a la plus grande empreinte carbone en jet privé ?

Shendure, un lycéen de Seattle, a compilé les données à partir d’informations accessibles au public.

Le résultat est une liste accablante de certains des avions les plus polluants au monde.

Après Thomas Siebel, c’est la famille Murdoch – les magnats des médias en charge des tabloïds britanniques et de Fox News, ainsi que des dizaines d’autres médias – qui ont émis le plus de dioxyde de carbone.

Leurs jets privés ont craché 4 357,25 tonnes de gaz de chauffage.

Ils sont suivis de près par la famille DeVos (4 112 tonnes), Sam Zell (4 037 tonnes) et Jared Isaacman (3 862 tonnes).

Ce ne sont pas seulement les gens d’affaires qui figurent sur la liste.

Le musicien Pitbull a fait honneur à son surnom autoproclamé de « M. Worldwde », en émettant 3 156 tonnes de CO2.

Bill Gates – qui a récemment affirmé faire « partie de la solution climatique » et fait campagne publiquement en faveur de l’action climatique – a émis 3 058 tonnes. Il a effectué 392 vols en jets privés l’année dernière, soit en moyenne plus d’un par jour.

Gates insiste sur le fait qu’il compense sa dette carbone et utilise du carburant d’aviation durable.

Photo AP
Le magnat du logiciel milliardaire Thomas Siebel arrive en tête de liste pour les émissions des jets privés.

Quelle est l’histoire derrière les données de Shendure ?

Akash Shendure a eu l’idée de lancer le projet ClimateJets après que Twitter ait bloqué un compte qui suivait et tweetait l’emplacement du jet privé d’Elon Musk.

Un réseau de bénévoles aide Shendure en analysant les enregistrements de contrôle au sol et les rapports en vol. Ces informations sont ensuite vérifiées avec les données du coefficient de carburant (le profil des émissions de différents types de carburant).

Comment les milliardaires se comparent-ils aux gens normaux en termes d’émissions de carbone ?

Nous ne sommes pas tous également responsables de la crise climatique.

Selon Oxfam, les milliardaires sont responsables d’un million de fois plus d’émissions de gaz à effet de serre que la moyenne des individus.

Les recherches menées par l’organisation caritative internationale ont révélé que les investissements de seulement 125 milliardaires émettent 393 millions de tonnes de CO2 chaque année, ce qui équivaut aux émissions annuelles de 85 millions de voitures.

Il ne s’agit pas uniquement de milliardaires ; Les personnes aisées dans les pays riches sont également responsables de manière disproportionnée.

Les 10 pour cent des principaux émetteurs de carbone à l’échelle mondiale génèrent près de la moitié de toutes les émissions de gaz à effet de serre, indique le rapport.

Si les émissions étaient réparties de manière égale à travers le monde, le citoyen moyen de la République démocratique du Congo verrait ses niveaux d’émission décupler.

Les Européens et les Nord-Américains, quant à eux, connaîtraient une baisse de leurs niveaux d’émissions de près de 40 pour cent et de plus de 70 pour cent respectivement.

Laisser un commentaire

treize − 9 =