Bilan Venise 2023 : « Zielona Granica » (« Frontière verte ») - Le Lion d'or de cette année ?

Jean Delaunay

Bilan Venise 2023 : « Zielona Granica » (« Frontière verte ») – Le Lion d’or de cette année ?

Un réquisitoire émotionnellement dévastateur sur une crise européenne persistante – et l’un des meilleurs films d’Agnieszka Holland.

Le titre du nouveau film puissant de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland fait référence aux forêts qui constituent le no man’s land entre la Biélorussie et la Pologne.

Là-bas, des réfugiés du Moyen-Orient et d’Afrique tentent désespérément d’atteindre l’Union européenne et se retrouvent piégés dans un va-et-vient absurde supervisé par les gouvernements biélorusse et polonais. Les réfugiés sont attirés vers la frontière, avec la promesse d’un passage sûr vers l’UE. La réalité est qu’ils sont des pions politiques dans un jeu truqué orchestré par le dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko ; ils sont brutalement expulsés entre les deux camps, dont aucun ne revendique aucune responsabilité et continue de les condamner à un flou horriblement limité.

Une famille syrienne arrive à la frontière biélorusse-polonaise, dirigée par Bashir (Jalal Altawil) et leur nouvelle compagne, Leila (Behi Djanati Ataï). « Cette route vers la Biélorussie est un don de Dieu », déclare le père de Bashir (Mohamad Al Rashi), ignorant les horreurs qui attendent sa famille aux mains des gardes polonais et biélorusses opérant en toute impunité.

Au fil de quatre chapitres (« Famille », « La Garde », « Les militants », « Julia ») et d’un épilogue, leur histoire s’entremêle avec celle du jeune garde-frontière polonais Jan (Tomasz Włosok) et de la nouvelle recrue. d’un groupe d’activistes, la psychiatre Julia (Maja Ostaszewska), qui découvre ce qui peut et ne peut pas être fait dans la soi-disant zone d’exclusion.

Ce qui suit est l’un des films les plus captivants que vous verrez toute l’année, un cri-du-cœur incisif et cinématographique puissant qui donne une voix aux sans-voix.

Holland l’exprime le mieux dans ses notes de réalisation : « Nous vivons dans un monde où il faut beaucoup d’imagination et de courage pour relever tous les défis des temps modernes. La révolution des médias sociaux et l’intelligence artificielle ont rendu de plus en plus difficile la possibilité de faire entendre de véritables voix. À mon avis, il ne sert à rien de s’engager dans l’art si l’on ne se bat pas pour cette voix, si l’on ne se bat pas pour poser des questions sur des problèmes importants, douloureux, parfois insolubles, qui nous mettent devant des choix dramatiques.

Écrit par Holland, Gabriela Łazarkiewicz-Sieczko et Maciej Pisuk, Bordure verte est basé sur des recherches minutieuses, comprenant des entretiens avec des réfugiés, des gardes-frontières et des militants. Cela donne une authenticité brute aux performances (avec Leila de Behi Djanati Ataï se démarque), et un poids supplémentaire aux superbes photographies en noir et blanc de Tomek Naumiuk – qui ont souvent une composition documentaire.

Bordure verte rappelle un autre film présenté en avant-première à Venise, celui de la réalisatrice bosniaque Jasmila Žbanić Quo Vadis, Aïda ?, de la manière dont Holland rétrécit habilement la portée du récit sans jamais diminuer l’ampleur des atrocités réelles. Les deux sont des films dévastateurs et compatissants qui ne tombent pas dans le mélodrame, choisissant plutôt de se concentrer sur les éclats de lumière qui luttent désespérément pour jeter un coup d’œil à travers l’humanité érodée.

Le film de Holland trébuche parfois, avec une scène inutile de Jan en train de crier en solo dans sa voiture, mais le segment « Guards » est judicieusement réduit au minimum. Le traitement déshumanisant infligé par les gardes endoctrinés est montré avec une précision épuisante, afin de mieux exposer les péchés de ceux qui utilisent les persécutés comme des armes pour contrarier l’UE. Et les Pays-Bas ne font pas preuve de légèreté lorsqu’il s’agit de dénoncer les politiques inhumaines de la Pologne, posant des questions vitales sur la responsabilité collective et l’inaction dans le paysage géopolitique dans lequel se trouve l’Europe – en tant que collectif.

Ces questions inconfortables sont déjà entendues, comme l’a qualifié le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro. Bordure verte comme « propagande du Troisième Reich ». Faites-en ce que vous voulez compte tenu de la rhétorique xénophobe et des politiques en jeu, mais nous espérons que ses commentaires – et d’autres similaires – susciteront paradoxalement l’enthousiasme et aideront le film à toucher un public plus large.

Quant au court épilogue – qui se déroule un an plus tard, en 2022 – c’est le moyen idéal pour couronner un drame déjà vivifiant. Cela montre en quelques minutes qu’au lendemain de la guerre en Ukraine, cette même frontière accueille des milliers de réfugiés ukrainiens. Même douleur, même perte, même dévastation – couleur de peau différente. Ceci est connu, tout comme la peur que l’un d’entre nous puisse être le prochain, mais son inclusion garantit que vous quitterez ce film en tremblant de rage, d’impuissance, mais surtout incapable d’ignorer le péché d’hypocrisie.

Bordure verte n’est pas seul à cet égard, puisque plusieurs films présentés à la Mostra de Venise cette année ont mis en lumière la crise des migrants en Europe, notamment celui de Matteo Garrone Io Capitano et le drame d’Edoardo De Angelis sur la Seconde Guerre mondiale Commandant – et ses échos décourageants avec le programme anti-migrants en Italie sous le gouvernement d’extrême droite de Giorgia Meloni. Celui de Hollande est le plus fort et le plus percutant du groupe, un rappel urgent à ceux qui meurent encore aux frontières de l’Europe.

Il s’agit d’un film essentiel à projeter lors d’un grand festival de cinéma, car il garantit une distribution rapide. Bordure verte a également de très fortes chances de remporter le Lion d’Or cette année, ou à tout le moins le Prix du Jury. Non seulement en raison de son message d’actualité, mais aussi parce que rares sont les films comme celui-ci – ou ceux mentionnés ci-dessus. Quo Vadis, Aïda ? – qui parviennent à mélanger si habilement colère juste et cinéma intelligent, racontant une histoire humaine qui ne se transforme pas en harcèlement qui pourrait alimenter la lassitude du public lorsqu’il s’agit de récits de migrants à l’écran.

Holland a prouvé une fois de plus que ses compétences cinématographiques et sa compassion frappaient fort ; et sa mise en accusation émotionnellement dévastatrice d’une crise continue mérite tous les applaudissements qui lui sont adressés.

Bordure verte présenté en compétition à la Mostra de Venise.

Laisser un commentaire

vingt − cinq =