Kinds of Kindness

Jean Delaunay

Bilan Cannes 2024 : « Les sortes de gentillesse » – Yórgos Lánthimos prouve qu’il faut être cruel pour être gentil

Sexe en groupe. Cannibalisme. Cultes. Les sosies. Chiffres du Messie. Chiens. Yórgos Lánthimos revient à ses racines malades avec sa propre version de The Twilight Zone. Et c’est génial.

Après le tirage au sort et les acclamations de Le favori et Pauvres chosesYórgos Lánthimos retrouve son partenaire d’écriture de longue date Efthimis Filippou (Dent de chien, Le homard, Le meurtre d’un cerf sacré) pour un étrange triptyque d’anthologie, plus sombre et bien plus surréaliste que sa récente production.

Sortes de gentillesse raconte trois histoires distinctes en utilisant la même troupe d’acteurs dans différents rôles, et cela divisera les fans de Le favori et celui de l’année dernière Pauvres choses. Cette triple portion du retour de Lanthimos à ses racines grecques de Weird Wave est destinée aux fans d’OG – ceux qui manquent ce malaise nauséeux ressenti pendant la période indélébile Dent de chien et troublant Le meurtre d’un cerf sacré.

Le meilleur de tout, c’est que ce qui aurait pu être un tour de victoire amusant mais jetable après la course primée Pauvres choses il n’y a en fait rien qui mérite le qualificatif de « provisoire ».

C’est étrange, sexy, hilarant, énigmatique et très sombre dans tous les sens du terme.

Le premier segment, « LA MORT DE RMF », suit un employé de bureau soumis, Robert (Jessie Plemons), dont le patron dominateur Raymond (Willem Dafoe) dicte tout ce qu’il fait. Tout. Ce qu’il porte, boit, mange. Qui il rencontre et épouse. Quand (et si) il a des relations sexuelles avec sa femme. Et vous pensiez que votre patron était un cauchemar de microgestion… C’est une routine devenue confortable pour Robert, mais tout va mal lorsqu’il ne peut pas accepter l’une des demandes de Raymond. Ce refus le voit se déchaîner et devoir enfin prendre des décisions par lui-même. Cela lui présente également le personnage d’Emma Stone, Rita, qui est peut-être plus disposée que Robert à acquiescer aux demandes sombres.

Le second, « RMF IS FLYING », voit Plemons incarner Daniel, un policier dont la femme Liz (Stone) a disparu lors d’une mystérieuse expédition scientifique. Il n’arrive pas à faire face à son chagrin et a même commencé à se comporter bizarrement au travail. Mais lorsque Liz est secourue et revient intacte du naufrage, ses soupçons prennent le dessus sur lui. Il devient convaincu que Liz n’est pas du tout Liz, mais une sorte de remplaçante de sosie. C’est essentiellement la version de Yórgos de Lost.

L’histoire finale, « RMF EATS A SANDWICH », met en scène Stone dans le rôle d’Emily, une femme qui a abandonné son mariage et sa famille pour boire le Kool Aid (ou l’eau larmoyante) du chef de secte pervers OMI (Dafoe), qui l’a chargée, ainsi qu’Andrew. (Plemons) pour localiser une figure insaisissable du Messie qui mènera la secte à… enfin, Dieu sait où. Cela implique simplement la résurrection.

Les trois chapitres partagent un personnage – ou « Constant », si l’on continue avec la référence à Lost : le mystérieux RMF (Yorgos Stefanakos). Et c’est tout le tissu conjonctif immédiat que vous obtenez. Son nom complet n’est jamais révélé.

Ruminez Mother F**kers.

C’est peut-être ça. Une subversion effrontée pour amener tout le monde à spéculer sur la signification de ces histoires vaguement liées.

Des allégories énigmatiques sur les limites de l’amour (« How Deep Is Your Love » joue-t-il après tout à la fin de la première tragi-comédie) et l’abandon du contrôle dans les relations ?

Des commentaires pince-sans-rire inspirés de The Twilight Zone sur les efforts extrêmes que nous déployons pour obtenir le pouvoir ?

Des parodies sur le libre arbitre ?

Ou juste une sacrément bonne raison de célébrer The Eurythmics et le rappeur suédois COBRAH ?

Votre estimation sera aussi bonne (ou aussi floue) que celle de votre voisin de cinéma. Mais dans la véritable forme lánthimosienne, il ne s’agit pas de surintellectualiser et plutôt de succomber aux facettes sombres, dures et ridicules de la vie. Ce que vous retirez de chaque segment en dira plus sur vous qu’autre chose.

Les acteurs sont brillants, Plemons volant la vedette, en particulier dans les deux premiers segments. Devenant sensiblement plus mince à chaque chapitre, il décrit le pathétique, l’insécurité et la menace, et fait ressembler tout cela à une promenade dans le parc. C’est comme s’il avait travaillé avec Lánthimos toute sa vie – et il se pourrait qu’il le fasse encore, car il a été confirmé que lui et Stone joueraient dans le prochain film de Lánthimos, Bugonia.

Stone s’engage comme on s’y attend (et fait quelques mouvements de danse sauvages, comme on le voit dans les bandes-annonces), tandis que Margaret Qualley, souvent interprétée dans des rôles plus petits, élève ses rôles à quelque chose de tout à fait plus significatif. Les autres acteurs sont quelque peu sous-utilisés, Hong Chau, Mamoudou Athie, Hunter Schafer et Joe Alwyn complétant le tout par des parties importantes mais légères.

Collectivement, ils font tous Sortes de gentillesse bien moins fantaisiste et plus foutu que les récents triomphes du réalisateur. C’est un coup de cœur cruel et euphorique, tourné en ultra-large par l’extraordinaire directeur de la photographie Robbie Ryan et avec la bande originale de la musique inquiétante au piano de Jerkin Fendrix. Cela peut épuiser ceux dont le parcours varie en matière de films d’anthologie, de révélations faciles et de thèses cohérentes ; mais si l’on s’attarde sur la somme de ses parties collectives, des méditations d’une richesse trompeuse sur la condition humaine se dévoilent.

Vous n’êtes pas obligé d’y aller si vous ne le souhaitez pas. Parfois, un peu d’amusement macabre sans compromis sur notre ridicule et notre bouleversement est tout ce dont vous avez besoin. Après tout, parfois, tu faire il faut être cruel pour être gentil.

Kinds of Kindness sera présenté en première au Festival de Cannes en compétition et sortira en salles en édition limitée le 21 juin.

Laisser un commentaire

13 + 19 =