Eight people harmed by extreme weather and three NGOs have filed a criminal case against Total in Paris.

Milos Schmidt

Benjamin a perdu un ami à cause d’inondations mortelles. Il demande désormais des comptes aux patrons du pétrolier Total

Huit personnes ont lancé une procédure pénale contre les dirigeants de TotalEnergies, qu’ils accusent d’être responsables de leurs tragédies climatiques.

Après que son amie Rosa ait été emportée, Benjamin Van Bunderen Robberechts, 14 ans, était assis à regarder la cime des arbres se balancer de gauche à droite devant la fenêtre.

Il s’est affalé sur la chaise parce que s’il s’asseyait, il pouvait encore voir le ruisseau déchaîné qui l’avait emportée alors qu’ils tentaient d’atteindre leur base de camping à Marcourt, en Belgique.

« Je pensais que c’était un moment dont je me souviendrais pour le reste de ma vie », dit-il. «Je pouvais entendre l’eau et voir les flashs des sirènes à travers la fenêtre – police, ambulance, pompiers. Mais j’étais juste assis là à regarder les arbres.

Rosa Reichel, 15 ans, fait partie des plus de 200 personnes décédées lors des inondations de juillet 2021 en Europe occidentale, qui, selon les scientifiques, ont été rendues 20 fois plus intenses par la crise climatique.

Malgré les empreintes digitales du changement climatique, les catastrophes météorologiques extrêmes comme celle-ci sont généralement présentées comme des crimes sans auteur. Mais Benjamin, aujourd’hui âgé de 17 ans, pense savoir qui sont les principaux coupables.

Aux côtés de huit autres victimes du climat et de trois ONG, l’adolescent a lancé une procédure pénale à Paris contre le PDG, les dirigeants et les principaux actionnaires de TotalEnergies, sixième entreprise mondiale d’énergies fossiles.

Déposée le 21 mai, il s’agit de la première plainte pénale de ce type déposée par des victimes et des ONG contre les dirigeants d’une major pétrolière et gazière. Cela fait suite à une augmentation du nombre d’affaires civiles climatiques réussies.

« Ce que fait Total est criminel, ce qu’ils font, c’est blesser les gens. Cela tue des gens. Il faut donc les arrêter », déclare Benjamin à L’Observatoire de l’Europe Green depuis son domicile à Bruxelles. « Et il est clair qu’ils n’y parviendront pas seuls, ni que les politiciens ne les en empêcheront pas. La dernière personne à qui s’adresser est donc un juge.

Comment la tragédie climatique a frappé un camp d’été en Belgique

Benjamin participe aux marches pour le climat depuis l’âge de 10 ans. Son désir de faire la différence l’a amené au camp d’été de United World Colleges le 10 juillet 2021.

Après des mois de confinement dû au COVID, il avait hâte de se faire des amis – et ce souhait a été rapidement exaucé. « Là-bas, j’ai rencontré une fille extraordinaire, Rosa », dit-il, commençant une histoire qu’il a racontée à plusieurs reprises.

Leurs conversations allaient du futur proche – les projets de visiter une belle forêt à Bruxelles, où Rosa vivait également – à leurs rêves d’adulte ; remettre le monde en ordre via de vastes discussions sur le climat, Black Lives Matter et l’égalité des sexes.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Benjamin Van Bunderen Robberechts (@benjaminvbr)

Il a plu toute la journée du 13 juillet et encore plus fort le 14 juillet. Ils ont vu le Ruisseau de Quartes – un ruisseau de deux mètres de large et cinq centimètres de profondeur qui traversait le camping en route vers la rivière Ourthe – monter et devenir brun.

Vers 17 heures, craignant que leur dortoir ne soit inondé, Rosa, Benjamin et d’autres amis ont décidé de traverser le terrain jusqu’au bâtiment principal où se trouvaient les animateurs du camp.

Les deux hommes se sont d’abord dirigés vers le pont, se souvient-il, « mais tout à coup, le champ a été inondé et nous ne pouvions plus voir où nous étions ».

Rosa a été emportée par l’eau, raconte Benjamin, qui s’est jeté à sa suite. Il a réussi à la tenir d’un bras, agrippant les branches alors qu’elles étaient entraînées dans le tumulte, saisissant un poteau de clôture qui dépassait de la berge. « Mais ensuite, une vague encore plus grande est arrivée et elle m’a glissé des mains. »

Il a rampé hors de la rivière mais a perdu de vue son ami. Le corps de Rosa a été retrouvé par les sauveteurs trois jours plus tard, six kilomètres en aval.

Quelle est la poursuite pénale contre Total ?

Des voitures submergées dans les eaux de crue après que la Meuse a débordé lors de fortes inondations à Liège, Belgique, le 15 juillet 2021.
Des voitures submergées dans les eaux de crue après que la Meuse a débordé lors de fortes inondations à Liège, Belgique, le 15 juillet 2021.

« Beaucoup d’autres choses ont mal tourné », dit Benjamin, en faisant référence à l’accident et à la tragédie plus large en Belgique – 38 autres personnes sont mortes dans les inondations. « Mais ce qui a déclenché la réaction en chaîne, c’est la crise climatique. »

Depuis sa création il y a un siècle, TotalEnergies a émis autant de CO2 (15 milliards de tonnes) que les 120 pays les moins émetteurs de la planète, selon l’ONG BLOOM.

Les archives montrent que la société est au courant des conséquences climatiques de la combustion de combustibles fossiles depuis au moins 1971. Mais au lieu de changer de cap, la major pétrolière française a ouvertement nié ces données scientifiques jusqu’au début des années 1990, selon les chercheurs.

Alors que le consensus scientifique sur le changement climatique d’origine anthropique devenait indéniable, Total et d’autres géants des énergies fossiles ont eu recours à un « lobbying féroce » contre les politiques de l’UE visant à les maîtriser, ont déclaré des observateurs.

Après l’accord de Paris visant à limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C en 2015, Total s’est remodelé en tant qu’investisseur dans les énergies renouvelables et a annoncé une série d’objectifs climatiques. Mais en 2023, Greenpeace estime que 98 % de sa production d’énergie provient encore de combustibles fossiles.

Malgré l’avertissement de l’AIE de 2021 selon lequel aucun nouveau gisement de pétrole et de gaz ne peut être développé si le monde veut s’en tenir à cette limite (relativement) sûre, Total a annoncé 30 nouveaux projets au cours des trois dernières années, ce qui en fait la deuxième entreprise en termes de agrandissement prévu.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par L’Observatoire de l’Europe Green (@euronewsgreen)

En conséquence, l’affaire vise à établir la responsabilité pénale de Total sur quatre motifs : atteinte délibérée à la vie d’autrui, homicide involontaire, négligence de faire face à une catastrophe et atteinte à la biodiversité.

« Ce qui est spécifique à l’époque dans laquelle nous vivons et ce que notre litige tente de combler, c’est le fossé qui existe entre la certitude scientifique absolue quant à savoir qui porte la responsabilité de la destruction du monde par le changement climatique et l’absence de condamnation claire par les tribunaux. contre les crimes climatiques », déclare Hadrien Goux, chargé de campagne sur les combustibles fossiles chez BLOOM, l’une des trois ONG portant plainte.

Qui d’autre est impliqué dans le dossier climatique de Total ?

BLOOM s’est associé à une autre ONG française, Santé Planétaire, et à Nuestro Futuro au Mexique. Les sept autres plaignants – tous victimes ou survivants de catastrophes liées au climat – viennent d’Australie, de France, de Grèce, du Pakistan, des Philippines et du Zimbabwe.

Les plaignants français, connus sous le nom d’Elisa et William CR, ont perdu leur mère lorsque la tempête Alex a provoqué des inondations soudaines et massives qui ont ravagé sa maison dans la vallée de la Vésubie en 2020.

« Je suis ici pour défendre l’honneur de ma mère, décédée à cause d’une catastrophe climatique », déclare William, qui a retrouvé son corps 13 jours plus tard.

Total fait déjà face à au moins huit autres procès liés au climat. Cette nouvelle affaire pénale a cependant la particularité de nommer des personnes et entités particulières : le PDG Patrick Pouyanné ; les membres du Conseil d’Administration de Total ; et les principaux actionnaires qui ont voté pour des stratégies incompatibles avec une limitation du réchauffement à 2°C, dont Blackrock et Norges Bank.

Dans le système judiciaire français, des plaintes peuvent être déposées « contre X », laissant au procureur le soin de décider qui parmi ces groupes poursuivre.

Ils disposent de trois mois pour rejeter la plainte ou ouvrir une information judiciaire – ce qui pourrait déboucher sur un procès sans précédent. Chacune des quatre infractions est punie d’au moins un an d’emprisonnement et de plusieurs dizaines de milliers d’euros d’amende.

Total a refusé de commenter, affirmant ne pas avoir été officiellement informé de la plainte.

Militant pour le climat, diplomate et plaignant : comment un adolescent riposte

Trois jours après le dépôt du dossier, Total tenait son assemblée générale à Paris et Benjamin était arrêté pour la première fois alors qu’il manifestait à l’extérieur.

Son style d’activisme n’est pas du genre à vous mettre les menottes. Benjamin se qualifie de « diplomate du climat », s’adressant fréquemment aux dirigeants mondiaux lors d’événements de haut niveau comme la COP28. Dans le cadre de sa campagne Justice climatique pour Rosa, il a persuadé le Parlement européen de faire du 15 juillet une journée de commémoration pour les victimes mondiales de la crise climatique.

Mais cela ne l’a pas empêché d’être transporté dans un bus de police avec des dizaines d’autres vendredi dernier, déshabillé et mis seul dans une cellule sans horloge.

L’isolement était particulièrement pénible, dit-il, car il souffre du trouble de stress post-traumatique (SSPT). Une autre raison pour laquelle il évite les grandes marches pour le climat est le bruit des hélicoptères – qui le ramène au bruit constant des recherches de la police dans les jours qui ont suivi la disparition de Rosa.

Les poursuites pour protestation ont été abandonnées à 19 heures, mais Benjamin, mineur, a dû attendre que sa mère vienne le chercher. Il passa ce temps dans une autre zone d’attente, parmi la haute jeunesse ensanglantée de Paris qui avait elle aussi atterri du mauvais côté de la loi cette nuit-là.

Par la suite, l’un de ses premiers appels a été adressé à l’agent d’aide aux victimes qui l’a aidé après la mort de Rosa.

Le SSPT rend la vie quotidienne difficile pour Benjamin. L’eau est son principal déclencheur : « C’est horrible d’être à côté d’un ruisseau. » Auparavant, il arrivait à vélo à Bruxelles par le canal et fait désormais un détour de 30 minutes à travers la forêt.

« Je ne peux pas être un adolescent normal, je ne peux pas vivre sans soucis », dit-il. Il fait désormais lui-même l’école à la maison, ce qui a au moins l’avantage de lui permettre d’être également un militant à plein temps.

« J’ai l’impression que mon militantisme est ce qui m’aide le plus », dit-il. « Je ne saurais pas vraiment ce que je ferais autrement parce que j’essaie simplement d’empêcher que cela se reproduise encore et encore. »

Laisser un commentaire

20 − neuf =