Belgique, France, Allemagne : les géants des pesticides exportent des produits chimiques interdits via les failles européennes

Jean Delaunay

Belgique, France, Allemagne : les géants des pesticides exportent des produits chimiques interdits via les failles européennes

Des « faux » arguments sur la perte d’emploi aux mystérieuses routes de transit : voici ce que vous devez savoir sur le commerce européen de pesticides interdits.

Suivre le commerce européen de pesticides interdits est un travail à plein temps pour Laurent Gaberell, expert en agriculture et alimentation à l’ONG suisse Public Eye.

L’UE dispose des réglementations les plus strictes au monde en matière de substances antiparasitaires. Mais les produits chimiques toxiques interdits dans l’Union européenne en raison de leur impact sur la santé humaine et sur l’environnement continuent d’être exportés vers d’autres pays, souvent plus pauvres.

Pour Gaberell, il s’agit d’une violation « inacceptable » de la justice mondiale. Certains pays européens cherchent à y remédier en interdisant au niveau national l’exportation de pesticides interdits, mais d’importantes lacunes subsistent.

« Pour nous, c’est une question de principe et de justice qu’on ne puisse pas fermer les yeux sur ce qui se passe », a déclaré le militant suisse à L’Observatoire de l’Europe Green.

Une enquête récente menée par Public Eye et l’unité Unearthed de Greenpeace UK révèle à quel point les entreprises agrochimiques surveillent également de près ces routes commerciales. Il a révélé que les exportations allemandes de pesticides interdits ont presque doublé en 2022, alors que le gouvernement s’apprête à interdire cette pratique.

Si la loi proposée est adoptée, l’Allemagne deviendra le troisième État de l’UE à lutter contre cette « hypocrisie » après la France et la Belgique, qui ont adopté un arrêté royal à cet effet en juin 2023. La Suisse a également interdit l’exportation de cinq pesticides dangereux depuis 2021.

La dynamique est en train de prendre forme, mais, dit Gaberell, « chacune de ces interdictions d’exportation a ses propres failles, sa propre portée et ses propres problèmes ».

Il soupçonne également qu’il existe une « grande lacune » qui ne sera comblée que lorsque l’UE agira de manière concertée dans son ensemble.

Pourquoi les exportations allemandes de pesticides interdits ont-elles augmenté ?

Odd Andersen/AP
Quatre différents insecticides « tueurs d’abeilles » connus pour nuire aux pollinisateurs figuraient sur la liste des produits chimiques interdits par l’UE exportés d’Allemagne l’année dernière.

Le gouvernement allemand a annoncé son intention d’arrêter l’exportation de pesticides interdits en septembre de l’année dernière.

Avant d’expédier leurs pesticides à l’étranger, les entreprises doivent notifier à l’autorité nationale – qui informe ensuite l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) – les quantités qu’elles envisagent d’expédier. Ces notifications d’exportation sont les seules données publiques montrant l’ampleur du commerce international de ces produits chimiques interdits.

En 2022, les archives montrent que plus de 18 000 tonnes de pesticides interdits devaient être exportées d’Allemagne à des fins agricoles, soit près du double de la quantité notifiée en 2021.

28 produits chimiques différents figuraient sur la liste, y compris des insecticides « tueurs d’abeilles » et des pesticides interdits en raison de leur potentiel cancérigène et de pollution des eaux souterraines.

Cette hausse des exportations s’explique en partie par le fait que le géant agrochimique Syngenta semble avoir délocalisé une partie de ses exportations vers l’Allemagne depuis d’autres pays comme la France et la Belgique.

Ces résultats suggèrent que l’Allemagne est en passe de devenir le premier distributeur européen de pesticides interdits.

Lis Cunha

Expert commercial, Greenpeace Allemagne

« Ces résultats suggèrent que l’Allemagne est en passe de devenir le premier revendeur européen de pesticides interdits », a déclaré Lis Cunha, experte commerciale chez Greenpeace Allemagne.

« Alors que les entreprises agrochimiques modifient leurs chaînes d’approvisionnement pour éviter les interdictions nationales d’exportation dans d’autres pays, il est vital que l’Allemagne ferme cette nouvelle voie de sortie de l’UE. »

Mais les militants ont des doutes quant à l’efficacité de l’interdiction allemande pour mettre un terme à ce commerce, après avoir vu une copie du projet de loi, obtenue par l’émission de télévision allemande Monitor en juin.

L’analyse d’Unearthed et de Public Eye suggère qu’environ 20 % des expéditions notifiées en 2022 seraient toujours autorisées au titre de l’interdiction sous sa forme actuelle. Une faille dans la loi signifierait que les principes actifs utilisés dans les « produits phytopharmaceutiques » pourraient continuer à être exportés sous forme de produits chimiques purs.

Quelle est l’efficacité de l’interdiction des pesticides en France ?

José Diaz/Public Eye
Il est inacceptable que des pesticides trop dangereux pour être utilisés en Europe soient vendus et exportés vers des pays plus pauvres où nous savons que le risque sera plus élevé, déclare Gaberell.

En janvier 2022, la France a introduit une interdiction historique sur la fabrication et l’exportation de « produits phytosanitaires » déjà interdits en Europe.

Mais malgré la nouvelle loi « Egalim », 7 475 tonnes de 155 pesticides interdits différents ont été expédiées à l’étranger entre janvier et septembre de l’année dernière, selon une précédente enquête d’Unearthed et Public Eye.

Comme dans le cas du projet de loi allemand, les produits chimiques peuvent toujours être exportés de France sous leur forme pure, puis dilués et mélangés dans le pays importateur.

« L’autre faille est un peu plus technique », explique Gaberell, « elle concerne la manière dont le pesticide a été interdit. L’une (d’une manière) est une décision formelle de la Commission, et l’autre est que l’approbation vient d’expirer, parce que l’industrie a décidé d’abandonner sa demande de renouvellement.

L’interdiction française d’exporter ne s’applique pas aux pesticides dans cette dernière situation. Un arrêté explicite et conjoint des ministres de l’Agriculture et de l’Environnement est nécessaire pour interdire leur exportation. Aucune ordonnance de ce type n’a encore été émise.

« Nous espérons que la France s’efforcera de combler ces lacunes qui permettent aux fabricants de continuer à exporter de grandes quantités de pesticides interdits », déclare Gaberell.

Les militants seront cependant confrontés à la puissance du lobby des pesticides, qui a toujours combattu les restrictions.

Dans une lettre adressée au Premier ministre, les dirigeants des branches françaises de Bayer, Syngenta et BASF ont affirmé que plus de 2.700 emplois étaient menacés par l’interdiction d’exporter.

Mais un an après l’entrée en vigueur de la loi, les journalistes français ont constaté qu’aucun licenciement direct n’avait été signalé, le nombre limité de travailleurs concernés ayant été réaffectés à d’autres tâches.

« En France, ils sont désormais sur la ligne de mire, le lobby des pesticides, pour avoir menti au Parlement », déclare Gaberell.

L’interdiction d’exportation de la Belgique est-elle la meilleure ?

La Belgique a adopté en juin un arrêté royal interdisant l’exportation de certains produits agrochimiques interdits.

Gaberell pense que cette interdiction d’exportation est la « plus complète » en Europe car elle couvre les produits chimiques purs ainsi que le produit final.

« Ce que la Belgique a fait, c’est qu’elle a examiné les pesticides interdits qui avaient été exportés au cours des années précédentes et qu’elle les a ciblés », explique-t-il. En revanche, la longue liste allemande de pesticides sur liste noire imminente comprend de nombreux pesticides qui n’ont jamais été envoyés depuis le pays.

Elle a également adopté une approche plus nuancée, tenant compte du fait que les pesticides peuvent avoir différentes utilisations – en agriculture ou comme biocides. Étant donné que l’interdiction belge s’applique également à l’exportation de pesticides interdits destinés à être utilisés comme biocides là où cette utilisation est également interdite dans l’UE, elle comble une autre lacune potentielle.

Les grandes entreprises chimiques réorientent-elles réellement leur production de pesticides ?

Fabio Erdos/Oeil du public
Les militants soupçonnent le géant chinois Syngenta, dont le siège est en Suisse, d’avoir trouvé un moyen de contourner l’interdiction nationale française d’exporter des pesticides interdits par l’UE.

L’industrie des pesticides est dominée par quelques grandes multinationales possédant des filiales dans différents pays. Comme pour l’augmentation des exportations allemandes l’année dernière, les données des notifications d’exportation suggèrent que l’Allemagne est en mesure de modifier rapidement ses opérations en réponse aux interdictions nationales.

Mais est-ce vraiment ce que font des géants comme Syngenta ? Pour Gaberell, c’est le grand point d’interrogation qui plane sur toute réglementation nationale.

Une notification d’exportation ne signifie pas qu’un composé a été fabriqué dans ce pays. En théorie, il est possible que Syngenta – par exemple – continue de fabriquer l’herbicide interdit atrazine en France et de l’exporter uniquement d’Allemagne.

De 2004 à 2021, Syngenta a exporté ce désherbant (classé comme cancérigène probable pour l’homme) depuis la France vers des pays comme l’Ukraine, le Soudan et le Pakistan. Après l’entrée en vigueur de l’interdiction française en 2022, la France a commencé à exporter de l’atrazine vers ces mêmes pays depuis l’Allemagne.

Techniquement, il se peut même qu’il n’exporte pas physiquement le pesticide d’Allemagne, explique Gaberell. La façon dont un exportateur est défini ne signifie pas que le composé doit avoir transité par le pays. Cela signifie simplement qu’une entreprise basée ou possédant une filiale en Allemagne a un contrat pour expédier le produit.

Même si cet arrangement potentiel tourne en dérision les efforts nationaux, il est parfaitement légal au regard des conditions commerciales au sein de l’UE.

« Nous soupçonnons vraiment qu’il s’agit désormais d’une grande échappatoire, simplement destinée à contourner les interdictions nationales d’exportation », déclare Gaberell.

Lunae Parracho/Oeil du public
Conteneurs de pesticides déversés dans le Mato Grosso, au Brésil – le plus grand utilisateur de pesticides toxiques et le plus grand marché en croissance de Syngenta en 2019.

Dans le cas de Syngenta, on ne sait pas exactement quelles sont ses installations de production en Allemagne, ce qui alimente encore les doutes des militants. Il existe quatre sites Syngenta dans le pays, selon le site Internet de l’entreprise – tous des bureaux ou orientés vers les branches semences et fleurs de son activité.

« La production d’ingrédients actifs pour la protection des cultures est technologiquement complexe », a répondu Syngenta à L’Observatoire de l’Europe Green. « Nous maintenons une chaîne d’approvisionnement mondiale en ingrédients et intermédiaires nécessaires à nos produits finis.

« Pour garantir que nos composés répondent à nos normes de production strictes et ont la plus haute qualité, nous produisons dans quelques endroits seulement à travers le monde, d’où nous exportons vers plus de 90 pays. Nos usines de production de haute technologie en Europe ont fait leurs preuves en matière de sécurité et de qualité et ont des décennies d’expérience.

Quelles sont les tactiques de lobbying de l’industrie des pesticides ?

La menace de perte d’emplois est le principal argument utilisé par le lobby des pesticides, tant au niveau national qu’européen.

La Commission européenne s’est engagée à arrêter l’exportation de pesticides interdits par l’UE dès 2020, mais les progrès ont été lents depuis. En partie, affirme Gaberell, à cause du lobbying de l’industrie.

« Ils disent essentiellement que cela va détruire l’industrie. C’est l’argument qu’ils utilisent ; ils font pression sur les politiciens avec des arguments de compétitivité et d’emploi, et cela fonctionne beaucoup dans le contexte (actuel).»

Les producteurs de pesticides affirment que l’interdiction des exportations n’aura aucun impact sur les pays en développement, dans la mesure où ils continueront à expédier les produits chimiques depuis d’autres pays.

« C’est un argument puissant qui convaincra de nombreux politiciens que les produits chimiques nécessitent une solution internationale plutôt que l’intervention de l’UE. »

Pourquoi les militants réclament-ils une interdiction d’exportation à l’échelle de l’UE ?

Mais, rétorque Gaberell, « si l’UE adopte une bonne réglementation, elle aura également un impact mondial, car elle est un acteur mondial ». La délocalisation de la production en dehors de l’UE peut également s’avérer trop coûteuse pour certaines entreprises, en particulier pour les composés présents sur le marché depuis des décennies.

Un autre « outil puissant » dans l’arsenal de l’UE est son statut de grand importateur de produits alimentaires. Une décision d’interdire un produit chimique dans le bloc a des implications sur les résidus autorisés dans les importations alimentaires et influencera donc la réglementation dans de nombreux pays exportateurs, comme le Brésil.

Avec le changement des priorités vertes et les élections européennes à l’horizon, la Commission n’a pas encore produit de proposition.

« Honnêtement, ils sont vraiment pressés par le temps, je ne sais pas s’ils parviendront à trouver quelque chose d’ici la fin de l’année », déclare Gaberell.

Si la nouvelle Commission maintient son engagement à interdire les exportations de pesticides au-delà de juin 2024, l’expert de Public Eye prédit qu’il faudra attendre 2026 avant qu’une loi n’entre en vigueur – corrigeant enfin un double standard toxique.

Dans un communiqué, Syngenta a ajouté : « La sécurité des produits Syngenta pour les personnes et l’environnement est très importante pour nous. Nous avons investi des centaines de millions de dollars dans nos produits pour garantir leur sécurité. En tant qu’industrie hautement réglementée, nous devons convaincre les autorités nationales que nous respectons tous les niveaux requis de sécurité humaine et environnementale avant d’être autorisés à commercialiser et à vendre nos produits.

Laisser un commentaire

quatorze − 7 =