BCE : l'inflation dans la zone euro pourrait s'accélérer, la croissance restera faible

Milos Schmidt

BCE : l’inflation dans la zone euro pourrait s’accélérer, la croissance restera faible

L’inflation pourrait s’accélérer temporairement tandis que la croissance économique de la zone euro restera faible à court terme, a déclaré Luis de Guindos, vice-président de la Banque centrale européenne.

La Banque centrale européenne (BCE) s’attend à ce que l’inflation dans la zone euro rebondisse dans les mois à venir avant de recommencer à décélérer, car les prix de l’énergie et des produits alimentaires restent une grande source d’incertitude dans un contexte de tensions géopolitiques accrues et d’événements météorologiques défavorables.

Ces commentaires ont été faits par le vice-président de la BCE, Luis de Guindos, lors de la 26ème Frankfurt Euro Finance Week, qui a débuté lundi.

L’inflation dans la zone euro a enregistré une baisse en septembre et en octobre, pour ces derniers, le chiffre s’élève à 2,9%, selon l’estimation flash d’Eurostat.

« Nous nous attendons à un rebond temporaire de l’inflation dans les mois à venir, car les effets de base liés à la forte hausse des prix de l’énergie et des produits alimentaires à l’automne 2022 ne seront plus pris en compte dans le calcul en glissement annuel », a déclaré de Guindos. « Mais nous pensons que le processus désinflationniste général se poursuivra à moyen terme. »

Le vice-président n’a laissé aucun doute sur le fait que les taux d’intérêt directeurs de la BCE ne seront pas réduits de sitôt, ce qui laissera les coûts d’emprunt élevés pendant une période prolongée pour que les consommateurs ainsi que les entreprises ralentissent l’inflation jusqu’à son objectif de 2 %.

« Aujourd’hui, l’inflation est nettement inférieure, mais on s’attend à ce qu’elle reste trop élevée pendant trop longtemps », a-t-il déclaré.

Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a laissé ses trois taux d’intérêt inchangés lors de sa réunion d’octobre, le taux directeur sur les dépôts étant de 4 %.

Selon les dernières prévisions de la BCE, l’inflation ne reviendra à son objectif qu’à la fin de 2025, la croissance des prix à la consommation stagnant globalement autour de 3 % pendant la majeure partie de 2024.

Quelques jours auparavant, la présidente de la BCE Christine Lagarde avait également commenté la possibilité d’abaisser les taux directeurs, affirmant que la BCE ne commencerait pas à les réduire avant au moins « les deux prochains trimestres », selon le Financial Times.

La position ferme contre une réduction prématurée des taux est également soutenue par le Fonds monétaire international (FMI), qui a récemment averti que le conflit au Moyen-Orient pourrait faire grimper l’inflation en Europe.

La zone euro pourrait sombrer dans la récession avant de reprendre son élan

Avant le dernier arrêt, la BCE a relevé les taux d’intérêt à un niveau record via 10 hausses consécutives. Les coûts d’emprunt élevés ont limité la capacité d’investissement des entreprises de la zone euro et ont également eu un impact négatif sur la consommation intérieure.

Parallèlement, la croissance économique mondiale ralentit également.

« Les perspectives de croissance de l’économie de la zone euro se sont encore détériorées, alors que la dynamique de la croissance mondiale ralentit et que les conditions de financement plus strictes pèsent de plus en plus sur l’investissement et les dépenses de consommation », a déclaré de Guindos.

« Le ralentissement de l’activité industrielle se répercute sur les services », a-t-il ajouté. « Il est probable que l’économie de la zone euro restera atone à court terme. »

Même le marché du travail, le point positif de l’économie du bloc, a commencé à montrer des signes d’affaiblissement, a déclaré de Guindos.

Les derniers chiffres d’Eurostat suggèrent que l’économie de la zone euro a reculé de 0,1% au cours des trois mois précédant septembre et que si le PIB continue d’être négatif au cours des trois derniers mois de l’année, la zone à monnaie unique pourrait officiellement entrer en récession (récession est généralement défini par la baisse du PIB au cours de trimestres consécutifs).

Cependant, la BCE est optimiste quant au rebond de la production économique l’année prochaine.

« Il est probable que l’économie de la zone euro restera atone à court terme », a déclaré de Guidos. « Cependant, il semble appelé à se renforcer à nouveau à moyen terme, à mesure que l’inflation continue de baisser, que les revenus réels des ménages se redressent et que la demande d’exportations de la zone euro reprend. »

Laisser un commentaire

1 + 13 =