Ocean Calls. Season 3. Episode 7.

Jean Delaunay

Battez-les ou mangez-les : que faire contre les espèces envahissantes dans l’océan ?

Faut-il les battre ou les manger ? Dans cet épisode d’Ocean Calls, nous nous lançons dans un voyage pour percer les mystères des espèces envahissantes dans les eaux de l’UE. Ils perturbent l’équilibre délicat des écosystèmes marins, alors que pouvons-nous faire à leur sujet ?

Avec environ 20 nouveaux animaux et plantes non indigènes découverts chaque année dans les eaux européennes – et 70 % d’entre eux se cachent en Méditerranée – les experts des océans se penchent sur les implications de ces intrus aquatiques.

Dans les eaux idylliques de Madère, qui abritent 70 espèces non indigènes, des chercheurs sont tombés par hasard sur une découverte troublante il y a à peine deux ans : une algue brune du nom de Rugulopteryx okamurae.

João Canning-Clode est président du groupe d’experts sur les espèces envahissantes du CIEM, le Conseil international pour l’exploration de la mer.

Il qualifie cette découverte d’algues de sans précédent, soulignant sa prolifération rapide et son « comportement nuisible ». En plus de recouvrir les plages de sa présence disgracieuse, cette algue envahissante est devenue un fléau pour les touristes et un casse-tête pour les autorités locales, ainsi que pour ceux qui plongent plus profondément dans l’océan.

Malgré les tentatives visant à le réutiliser comme engrais, sa résilience obstinée souligne les défis posés par les espèces non indigènes.

Les algues ne sont pas les seules à causer des problèmes : il existe également un certain nombre de poissons envahissants qui posent problème dans les eaux troubles de la Méditerranée.

Voula Karachle, directrice de recherche au Centre hellénique de recherche marine, met à nu un certain nombre d’envahisseurs notoires, notamment le poisson-crapaud venimeux à joues argentées, Lagocephalus sceleratus.

Malgré son apparence inoffensive, il recèle un secret mortel : sa chair est imprégnée de toxines, ce qui en fait un choix potentiellement mortel pour les consommateurs humains.

« Nous avons eu quelques incidents, comme en Grèce et à Chypre où… ils ne savaient pas de quoi il s’agissait. Ils l’ont mangé. Et puis ils ont été hospitalisés par mesure de précaution », explique Karachle.

Dans la région de la Méditerranée orientale, rappelle-t-elle, quelque 28 personnes sont mortes après en avoir consommé.

Quelle est la différence entre non indigène et envahissant ?

Selon Canning-Clode, la clé réside dans leur comportement. Alors que les espèces non indigènes désignent simplement les organismes trouvés dans de nouveaux emplacements, les espèces envahissantes sont celles qui présentent des impacts écologiques et économiques néfastes.

Cependant, combattre ces envahisseurs s’avère être une tâche quasi herculéenne et, dans certains cas, le combat rappelle davantage celui de Sisyphe et de son rocher. Contrairement aux écosystèmes terrestres, où le confinement est possible, les vastes étendues des environnements marins présentent de formidables défis.

« Quand nous parlons de l’environnement aquatique et en particulier des mers, il n’y a pas de frontières », dit Canning-Clode, « Il y a toujours un décalage… entre le moment où nous le repérons et dans les cas où nous l’avons repéré, il est peut-être déjà hors de nos possibilités. (de résoudre le problème).

Si possible, mieux vaut prévenir que guérir, et la prévention ne passe que par une détection et une intervention précoces. Les efforts d’éradication s’avèrent souvent vains, comme en témoignent les tentatives infructueuses aux Açores.

« Nos collègues des Açores ont trouvé des algues vertes dans le port d’une des îles et ont dépensé plus d’un million d’euros pour tenter de les éradiquer, avec de nombreux plongeurs utilisant des couvertures de cuivre et d’autres méthodes », explique Canning-Clode. .

« Ils n’ont pas réussi et ils ont abandonné. C’est vraiment très difficile », déplore-t-il. « Notre objectif premier devrait être la prévention. »

Alors, où allons-nous partir d’ici? Dans la lutte contre les espèces envahissantes, la collaboration apparaît comme notre arme la plus cruciale. En favorisant les synergies entre les scientifiques, les décideurs politiques et les profanes, il est plus facile de renforcer les efforts de prévention et d’élaborer des stratégies d’atténuation robustes. Une détection précoce, associée à une action rapide, pourrait bien être la clé pour endiguer la marée des espèces envahissantes et préserver la riche biodiversité de la Méditerranée.

De plus, il existe également une autre solution que vous n’auriez peut-être pas envisagée.

Battez-les ou mangez-les : une solution plus inhabituelle au problème

« Si nous ne pouvons pas les battre, nous devrions les manger », explique Karachle, « ils sont comestibles. Ils sont délicieux. »

C’est bien sûr si l’on exclut le poisson-globe.

Elle et son équipe ont examiné quatre espèces envahissantes en Méditerranée et ont découvert qu’elles sont extrêmement riches en graisses essentielles. Son objectif est désormais d’amener les pêcheurs à choisir de les capturer et de voir ces créatures se développer dans l’industrie, les transformant en produits « fumés, salés, en conserve, séchés ».

Même si de nombreux pêcheurs et experts du secteur s’intéressent déjà à ces espèces, « les consommateurs constituent un autre problème », dit-elle.

La solution? « Nous avons lancé des campagnes telles que faire appel à des chefs connus, les cuisiner, proposer aux gens des recettes en ligne, organiser des événements dans les restaurants », s’enthousiasme Karachle.

Si l’idée de manger ces poissons ne vous plaît pas, il existe d’autres options : porter des espèces envahissantes comme sac à main.

« Mon amie Aylin Ulman en Turquie, elle a développé une petite entreprise et elle prend le cuir. Et ils produisent des pochettes et des sacs à main extrêmement, très beaux, dit Karachle. Ulman est le cerveau derrière Pufferfish Leather, qui utilise des espèces envahissantes mais non menacées pour réaliser ces créations inhabituelles. En plus d’utiliser ces poissons, ils mettent l’accent sur l’amélioration de leur empreinte environnementale, ainsi que sur la pratique de pratiques de pêche durables et de processus de tannage respectueux de l’environnement.

​​Canning-Clode est cependant légèrement moins enthousiaste à cette perspective.

« Je pense avoir un point de vue plus conservateur », dit-il. « Il existe des utilisations positives des espèces non indigènes, mais je pense que les avantages positifs des invasions ne compensent pas les impacts négatifs. »

Si vous souhaitez en savoir plus sur la myriade de créatures envahissantes de la mer Méditerranée, écoutez l’épisode complet d’Ocean Calls dans le lecteur ci-dessus.

Dans cet épisode d’Ocean Calls, nous enquêtons sur la vérité derrière ces espèces extraterrestres et sur la meilleure façon de les gérer.

Nous ferons appel à l’expertise de João Canning Clode, président du groupe d’experts sur les espèces envahissantes du CIEM, le Conseil international pour l’exploration de la mer, et de Voula Karachle, experte en espèces envahissantes du Centre hellénique de recherche marine.

À la fin de l’épisode, vous entendrez l’histoire d’Amjad Almatni, un jeune activiste syrien originaire d’une région syrienne touchée par la sécheresse, sur le moment magique où il a vu l’océan pour la première fois de sa vie.

Laisser un commentaire

cinq × 2 =