The banking district with the European Central Bank, in Frankfurt, Germany,

Jean Delaunay

Bank of America envisage une baisse des taux de la BCE si les sondages français perturbent les marchés

La BCE pourrait accélérer son cycle de baisse des taux si la situation économique française durcit les conditions financières, selon Bank of America.

Bank of America prévoit que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait accélérer ses baisses de taux d’intérêt si les élections françaises entraînaient une augmentation des risques de marché.

« Le principal risque à partir de là est que les développements français finissent par conduire à un resserrement persistant des conditions financières et à un choc d’incertitude durable », a écrit Ruben Segura-Cayuela, économiste de Bank of America, dans une note récente.

Bank of America prévient que des chocs plus importants provoqués par les élections françaises pourraient entraîner un ralentissement de la croissance dans la zone euro, une désinflation plus rapide et un cycle de baisse des taux plus rapide de la BCE.

Perspectives de Bank of America pour la zone euro

Bien que l’économie globale de la zone euro se soit comportée dans l’ensemble comme prévu, des variations entre les États membres sont apparues, selon Bank of America.

La banque d’investissement a révisé légèrement à la hausse ses prévisions de croissance pour la zone euro pour 2024, de 0,5% à 0,6%. Ce chiffre global masque toutefois une révision à la baisse pour l’Allemagne, contrebalancée par une croissance plus forte que prévu en Italie et en Espagne. Au lieu de cela, la croissance de la zone euro pour 2025 a été révisée à la baisse, passant de 1,2 % à 1,1 %.

« Le tableau de croissance sous-jacent reste celui d’une croissance faible, mais qui s’améliore lentement », a déclaré Ruben Segura-Cayuela.

Pour l’avenir, les thèmes clés du bloc restent inchangés : la reprise des revenus réels devrait soutenir les dépenses de consommation, mais une grande partie des surprises positives à venir proviendront probablement de l’amélioration de l’économie mondiale.

Segura-Cayuela note que l’économie américaine a régulièrement surperformé la zone euro en termes de croissance et d’inflation, une tendance qui devrait se poursuivre. Cette divergence est cruciale car elle souligne les trajectoires différentes de la politique monétaire de la Réserve fédérale et de la BCE.

Bank of America maintient que l’inflation atteindra probablement son objectif d’ici début 2025, mais prévient qu’elle restera inférieure à son objectif par la suite, en raison de la baisse des prix de l’énergie. Les prévisions de l’institution pour l’inflation globale s’établissent à 2,3 % pour 2024 et 1,5 % pour 2025, l’inflation de base étant attendue à 2,5 % en 2024 et 1,8 % en 2025.

« Nous pensons toujours que l’insuffisance chronique de la demande globale et un écart de production persistant qui ne se comblera pas même d’ici 2026, ainsi qu’un mix politique trop serré, contribueront tous à ce sous-objectif », a commenté Segura-Cayuela.

Implications pour les baisses de taux de la BCE et incertitudes liées aux élections françaises

Dans son analyse, Bank of America prévoit une baisse totale des taux de la BCE de 75 points de base en 2024 (dont 25 points de base déjà accordés en juin) et de 125 points de base en 2025.

Les tendances des données suggèrent que la BCE pourrait avoir besoin d’accélérer son cycle de réduction des taux plus que prévu actuellement, en visant un taux de dépôt de 2 % d’ici le second semestre 2025.

Le cycle d’assouplissement de la BCE, qui a débuté en juin, devrait être légèrement plus long. Des réductions initiales de 25 points de base sont attendues toutes les deux réunions, puis des réductions à chaque réunion à partir de mars 2025.

Toutefois, « si l’évolution de la situation en France entraîne un resserrement persistant des conditions financières dans toute la région, cela pourrait facilement amener l’accélération du cycle de baisse à la fin de 2024 », a averti Segura-Cayuela.

La vision à long terme de Bank of America suggère que les baisses de taux se poursuivront probablement au-delà de 2025. Le taux neutre serait inférieur à 2 %, comparable aux niveaux d’avant la pandémie. Cependant, le taux de 2 % constituera un point de pause critique pour la BCE jusqu’à ce que les données confirment que ce taux reste restrictif.

Dans l’ensemble, l’analyse de Bank of America suggère que la BCE de Francfort est prête à accélérer les baisses de taux si les conditions de marché se détériorent en raison de risques politiques croissants, dans le but d’atténuer les risques croissants de fragmentation au sein de la zone euro.

Laisser un commentaire

quatorze − treize =