Eurogroup finance ministers sign an EU flag during a round table meeting of eurogroup finance ministers in Luxembourg, Monday, Oct. 9, 2017.

Milos Schmidt

Avertissement de S&P selon lequel les marchés financiers européens sont trop fragmentés

Même si la croissance est de retour dans la zone euro, les risques géopolitiques posés par les conflits en Ukraine et au Moyen-Orient demeurent, ainsi que par le resserrement des conditions financières et la refonte du paysage politique à travers l’Europe.

S&P Global a publié lundi matin ses perspectives économiques pour la zone euro pour le troisième trimestre 2024, soulignant que la croissance dans la zone euro a repris principalement grâce à la baisse des prix de l’énergie et des matières premières.

Cela devrait permettre à la croissance du produit intérieur brut (PIB) de passer de 0,7 % cette année à 1,4 % en 2025, soit une légère hausse par rapport aux 1,3 % prévus par S&P Global en mars. L’inflation de la zone euro devrait également revenir à l’objectif de 2 % de la Banque centrale européenne (BCE) d’ici la mi-2025, si les conditions actuelles restent plus ou moins constantes.

Le rebond de la productivité, la croissance des salaires à un rythme plus lent et la stabilisation des marges bénéficiaires devraient également contribuer de manière significative au ralentissement de l’inflation. Il devrait s’établir en moyenne à 2,2 % l’année prochaine, contre environ 2,4 % cette année.

L’économie de la zone euro a également connu un atterrissage en douceur car l’hiver dernier a été plus doux que prévu, ce qui a eu des répercussions sur des secteurs clés tels que la construction. S&P s’attend également à ce que les dépenses de consommation rebondissent au cours du second semestre, à mesure que les prix de détail de l’énergie continueront de baisser, ce qui bénéficiera directement aux consommateurs.

Cependant, le rapport souligne également que les risques d’une inflation plus élevée, de conditions financières plus strictes et d’un ralentissement de la croissance ont augmenté depuis mars 2024.

Le rapport indique également : « Les conflits géopolitiques au Moyen-Orient et en Ukraine restent les principaux risques qui pèsent sur nos perspectives économiques immédiates. Cela mis à part, d’autres poches de risques se sont intensifiées ces derniers mois. Il s’agit du découplage des politiques monétaires des deux côtés de l’Atlantique, de l’incertitude politique en Europe et de la détérioration des relations économiques de l’Europe avec la Chine.»

Quels sont certains des risques pour le troisième trimestre 2024 ?

L’instabilité politique reste également une préoccupation, en particulier à la suite des récentes élections européennes. À ce sujet, Sylvain Broyer, économiste en chef de S&P Global pour la région EMEA, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe : « Nous pouvons certainement constater une certaine incertitude politique s’étendant davantage aux conséquences nationales des élections au Parlement européen, plutôt qu’aux élections elles-mêmes, les élections anticipées en France étant au sommet du scrutin. l’esprit de tout le monde.

« Ils sont une source d’incertitude et cela peut certainement ébranler la confiance et ensuite fragiliser la reprise des investissements que nous attendons en 2025. »

Un autre risque majeur qui pourrait apparaître au cours des prochains mois est la possibilité d’une escalade des tensions entre l’UE et la Chine, déclenchées principalement par le fait que l’UE envisage d’imposer des droits de douane sur les véhicules électriques chinois, afin de protéger et de promouvoir les automobiles européennes.

Le rapport indique : « En termes de commerce, la Chine est le deuxième partenaire le plus important de l’Europe après les États-Unis. Il représente 10 % des exportations totales de l’UE et 22 % des importations de l’UE, dont environ la moitié sont des produits essentiels à l’économie européenne.»

Quant à l’ampleur que pourraient atteindre ces tensions, Broyer a déclaré : « Il est évident que les relations commerciales entre l’Europe et la Chine se détériorent et il est très probable qu’elles s’aggraveront encore. Je ne pense pas que cela puisse dégénérer en une véritable guerre commerciale. Je ne m’attends pas non plus à ce que les relations commerciales entre l’UE et la Chine se détériorent autant que celles entre les États-Unis et la Chine.

En effet, les économies européenne et chinoise sont fortement interdépendantes et leurs chaînes d’approvisionnement respectives sont beaucoup plus liées que la Chine ne l’est avec la chaîne d’approvisionnement américaine. Par exemple, l’Europe dépend certainement de la Chine pour l’importation de produits essentiels, tels que les panneaux solaires, nécessaires à la transition verte, mais la Chine est également très dépendante de la technologie européenne, non seulement pour les voitures, mais aussi pour d’autres équipements de transport et électroniques. .

Près de 15 % de la valeur ajoutée par les entreprises européennes dans le secteur électronique est exportée vers la Chine, ce qui montre le degré d’interconnectivité.»

Il existe également un risque croissant que davantage d’entreprises européennes quittent les plus grandes bourses du continent pour s’inscrire ailleurs, aux États-Unis ou en Asie.

«C’est sans aucun doute le signe que les marchés financiers européens sont trop fragmentés, trop nationaux, trop chers pour les émetteurs et pour les investisseurs particuliers. Pour faire court, l’Europe doit avancer sur la voie de l’union des marchés des capitaux, et c’est certainement une priorité absolue pour la prochaine commission », déclare Broyer.

De même, il estime également que la rationalisation des réglementations financières et autres est essentielle pour garantir que les entreprises européennes soient réellement soutenues et habilitées à atteindre les objectifs de transition verte.

En ce qui concerne ce que l’UE peut faire pour attirer davantage d’investissements sur le continent et retenir les entreprises souhaitant s’établir aux États-Unis et sur d’autres marchés, Broyer souligne qu’il ne s’agit pas seulement d’une Europe qui veut vaincre la concurrence extérieure. Il s’agit également pour le continent de retrouver ses niveaux de productivité plus élevés, observés ces dernières années.

Selon Broyer, la BCE pourrait également rencontrer quelques défis pour poursuivre sa politique de réduction des taux dans un avenir proche.

« L’aiguille de la BCE est l’inflation et la banque centrale a besoin de voir davantage de progrès sur la croissance des salaires et sur les aspects les plus internes de l’inflation sous-jacente, dans les prix des services. Un autre élément qui devient de plus en plus évident est la Fed. Plus la Fed attend et ne donne pas beaucoup d’indications sur le moment et l’ampleur de la baisse des taux, plus il sera difficile pour la BCE de réduire encore les taux.»

Broyer souligne que ce découplage de la politique monétaire entre la BCE et la Réserve fédérale américaine est devenu de plus en plus évident au cours des trois premiers mois de l’année.

« Les investisseurs européens ont déjà transféré 50 milliards de dollars sur le marché des bons du Trésor américain et cela va probablement s’accélérer au deuxième et au troisième trimestre. C’est donc certainement une limite pour la BCE, même si cette question du découplage de la politique monétaire est une question plus mineure pour les banques centrales. en général », a-t-il déclaré.

Pourquoi l’Espagne devrait-elle connaître une forte croissance cette année ?

L’économie espagnole devrait croître davantage que celle de l’Allemagne au troisième trimestre, pour diverses raisons. Le rapport souligne : « La baisse des coûts de l’énergie a aidé l’économie allemande à sortir de la récession au premier trimestre 2024, grâce à une reprise de la production dans des secteurs à forte intensité énergétique comme l’industrie chimique. Toutefois, l’économie allemande reste à la traîne des autres grandes économies européennes en termes de croissance.

« L’Espagne continue de dépasser les attentes, avec une croissance du PIB qui s’accélère pour le troisième trimestre consécutif, à 0,7 % en rythme trimestriel. La normalisation du tourisme post-pandémique n’en est pas la seule raison. La production industrielle est en constante expansion en Espagne. L’année dernière, les dépenses de consommation ont été le principal moteur de la croissance, ajoutant un point de pourcentage à la hausse de 2,5 points de pourcentage du PIB espagnol.

« Les effets de second tour sur l’inflation sous-jacente ont également été plus discrets en Espagne que dans de nombreux autres pays. Une plus forte croissance de l’emploi, stimulée par les réformes du marché du travail visant à remplacer les contrats de travail à durée limitée par des contrats à durée indéterminée, constitue une autre explication. Le dynamisme de l’emploi n’entrave pas la croissance de la productivité, contrairement aux trois autres grandes économies de la zone euro, l’Allemagne, la France et l’Italie.»

Laisser un commentaire

5 × 2 =