Avec le temps, de plus en plus de femmes sont devenues des leaders en sciences et en génie

Jean Delaunay

Avec le temps, de plus en plus de femmes sont devenues des leaders en sciences et en génie

Nous avons de la chance dans notre industrie de voir autant de femmes pionnières qui ont fait tomber des barrières et ouvert des opportunités qui n’existaient pas auparavant, écrit Lara Duro.

Mon souvenir le plus fort de la science, et la joie de la science, remontent à l’école secondaire.

Les cours que j’ai eus avec mon prof de chimie étaient comme par magie : il jouait avec des formules et des nombres, et j’adorais ça.

La chimie a capturé mon imagination. Pour la première fois, j’étais en admiration devant la science en tant que matière ; c’était un domaine que je savais que je voulais poursuivre en raison de la joie que cela m’apportait.

Il est tout aussi important pour moi que les sciences soient utiles au monde, à l’humanité.

L’application de la science aux défis crée des solutions : des crises climatiques au déclin de la biodiversité en passant par le développement de nouvelles énergies propres, la science a les réponses.

L’absence de modèles féminins a toujours été manifeste

J’ai travaillé toute ma vie sur des projets visant à diminuer l’impact environnemental des activités industrielles nécessaires au développement de la société.

Cela va de la préservation de la qualité des eaux souterraines à la gestion responsable des déchets générés par ces activités, y compris la production d’électricité nucléaire.

Ce sentiment de joie et de but a guidé mon travail dans ce qui a toujours été une industrie traditionnellement dominée par les hommes.

La prédominance des figures masculines au début de ma carrière reflète un plus grand défi auquel l’industrie a toujours été confrontée : l’absence de femmes leaders et de modèles.

Jessica Colline/AP2011
Rebecca Allred, doctorante en chimie de deuxième année à Yale, travaille au laboratoire de chimie Kline de l’Université de Yale à New Haven, CT, septembre 2011

Tout comme mon expérience à l’école, au début de ma carrière, j’ai trouvé que les hommes étaient des mentors clés.

Ils étaient présents et ils ont cru en moi, en mon travail et en ma capacité à réaliser mes propres ambitions.

Alors que j’ai pu recevoir un soutien qui a défini mon avenir de la part des hommes, la prédominance des figures masculines au début de ma carrière reflète un plus grand défi auquel l’industrie a toujours été confrontée : l’absence de femmes leaders et de modèles.

Les femmes font face à des obstacles disproportionnés, en effet

Comme beaucoup, au début de ma carrière, j’ai constaté que les obstacles rencontrés par les femmes dans l’industrie étaient moins visibles.

Lorsque nous commençons, nous pouvons consacrer tellement de temps à notre propre développement professionnel que nous sommes moins susceptibles d’avoir d’autres responsabilités à assumer en dehors du travail.

Avec le temps, il est devenu de plus en plus évident que les obstacles auxquels sont confrontées les femmes sont disproportionnés par rapport à ceux auxquels sont confrontés les hommes.

Crédit : AP
Des militants crient des slogans lors d’un rassemblement à l’occasion de la Journée internationale de la femme à Kiev, le 8 mars 2021

Les rôles non écrits de la société signifient que les femmes assument une plus grande part des soins familiaux.

S’occuper d’enfants et d’un foyer demande du temps et des efforts, et il est difficile de concilier ces responsabilités avec de longues heures professionnelles.

C’est ici, alors que les carrières commencent à se développer, que les femmes ressentent souvent le besoin de prendre du recul – une des raisons pour lesquelles nous avons vu un nombre inférieur de femmes occuper des postes supérieurs par rapport aux postes subalternes.

Selon l’indice d’égalité des sexes, les femmes sont encore 40 % plus susceptibles de s’occuper des enfants et/ou du ménage que les hommes, bien que ces chiffres évoluent d’année en année.

Qu’est-ce que le biais d’affinité et comment fonctionne-t-il ?

Ces préjugés subconscients s’étendaient beaucoup plus loin. Le biais d’affinité, par exemple, est un biais inconscient qui nous encourage à graviter vers et à sympathiser avec ceux qui nous ressemblent.

Dans une industrie aussi dominée par les hommes que la science et l’ingénierie, ce biais signifie souvent que les femmes sont sous-représentées, en particulier dans les postes les plus élevés : un frein à la progression.

A titre d’exemple, selon l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes, 71% des membres des conseils d’administration des grandes entreprises sont des hommes contre 29% de femmes. N’est-ce pas un exemple de biais d’affinité ?

Les messages avec lesquels nous avons grandi favorisent ce désavantage apparent et façonnent nos personnalités dès le plus jeune âge.

Mark Lennihan/AP2010
La présentatrice de nouvelles Barbie, à gauche, et l’ingénieur informatique Barbie sont arrangées pour une photo au New York Toy Fair, février 2010

D’après ma propre expérience au sein des comités et des panels, lorsqu’il y a peu de femmes présentes, il est beaucoup plus difficile de se faire entendre dans ces contextes.

Cela n’a jamais signifié que mes idées ou celles de mes pairs étaient moins importantes ou moins valables. Cela signifiait que nous devions crier un peu plus fort pour être entendus, ce que beaucoup perçoivent comme bruyant ou autoritaire.

Les messages avec lesquels nous avons grandi favorisent ce désavantage apparent et façonnent nos personnalités dès le plus jeune âge.

Les messages tels que « soyez gentils », « soyez inclusifs » et « encouragez le travail d’équipe » sont particulièrement fréquents chez les filles, tandis que les garçons reçoivent plus généralement des messages tels que « soyez les meilleurs », « gagnez » et « parlez ».

Maintenant, cependant, les choses changent – ​​petit à petit.

Le plafond de verre se fissure lentement

Aujourd’hui, alors que je siège à ces mêmes comités, il y a plus de mes pairs féminins avec moi.

Nous sommes vocaux, proactifs et ambitieux.

Avec le temps, de plus en plus de femmes sont devenues des leaders dans leurs domaines respectifs, rejoignant des comités pour conseiller les décideurs politiques et les institutions sur les meilleures approches à nos plus grands défis.

Au fur et à mesure que de plus en plus de femmes pénétraient dans ces espaces, les préjugés qui avaient toujours existé commençaient à se briser. Avec cette pause est venue l’opportunité.

Il y a tellement de choses que nous pouvons apprendre de nos pairs juniors et seniors qui deviennent visibles et reconnus pour leur travail.

Photo AP/Markus Schreiber
Deux femmes avec des affiches assistent avec des milliers de manifestants à la marche pour la science à Berlin, avril 2017

Il est arrivé un moment où j’ai réalisé que l’absence de modèles féminins n’était pas due au fait que les femmes ne travaillaient pas – et ne dirigeaient pas – dans l’industrie, mais parce qu’elles étaient moins visibles.

Les femmes ont toujours dirigé les sciences. Nous avons la chance dans notre industrie de voir autant de femmes pionnières qui ont fait tomber des barrières et ouvert des opportunités qui n’existaient pas auparavant.

Voir des femmes occuper ces espaces – dans des comités, à des postes de direction dans de grandes entreprises ou à la tête de recherches dans des universités et des instituts de recherche – brise le plafond de verre en termes de potentiel mais aussi de perception.

Il y a tellement de choses que nous pouvons apprendre de nos pairs juniors et seniors qui deviennent visibles et reconnus pour leur travail.

Il y a plus de travail à faire

Avoir quelqu’un à imiter a un impact sur la façon dont nous nous percevons et sur notre capacité à réussir.

Voir des femmes diriger nous insuffle la confiance que nous pouvons diriger et que nous pouvons réussir.

Il y a maintenant plus de femmes que jamais dans des postes d’influence dans toutes les disciplines scientifiques et techniques – de la chimie et l’astronautique, ou la génétique, à l’informatique.

Contrairement à l’époque où j’étais à l’école et à l’université et que j’étais captivée par la magie de la chimie, les jeunes filles verront désormais les femmes comme des magiciennes, comme elles.

CARLOS COSTA/AFP
Des femmes travaillent sur leurs ordinateurs lors du Web Summit à Lisbonne, novembre 2021

Contrairement à l’époque où j’étais à l’école et à l’université et que j’étais captivée par la magie de la chimie, les jeunes filles verront désormais les femmes comme des magiciennes, comme elles.

J’espère pouvoir aider ceux qui me suivent de la même manière que ceux qui m’ont précédé m’ont soutenu.

Le fait que je puisse offrir de l’aide de cette manière me motive à continuer mon travail; ça me pousse à aller de l’avant.

Bien que des changements importants aient été observés dans notre industrie au fil des ans, nous devons tous continuer à travailler vers une plus grande égalité.

Laisser un commentaire

neuf − deux =