Palestinians look at the aftermath of an Israeli airstrike on a UN-run school that killed dozens of people in Gaza, July 6, 2024

Jean Delaunay

Au moins 16 Palestiniens tués dans une frappe israélienne contre une école de l’ONU utilisée comme abri à Gaza

Le manque d’eau potable et de produits d’hygiène personnelle provoque une augmentation des maladies infectieuses parmi la population déplacée de Gaza. Selon l’OMS, les cas de diarrhée, de varicelle et de jaunisse ont tous dépassé les chiffres des années précédentes.

Au moins 16 Palestiniens, principalement des femmes et des enfants, ont été tués dans une frappe israélienne contre une école gérée par les Nations Unies à Gaza qui servait d’abri aux personnes déplacées.

Le bureau des médias du gouvernement de Gaza a déclaré samedi que plus de 75 personnes avaient été blessées dans l’attaque contre l’école al-Jaouni dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de Gaza.

« Nous condamnons l’occupation israélienne pour ces crimes et massacres continus contre les civils, les enfants et les femmes », indique le communiqué.

Des témoins oculaires ont déclaré que la frappe semblait viser les étages supérieurs de l’école, qui serait utilisée comme abri par pas moins de 7 000 personnes.

De nombreux blessés ont été transportés à l’hôpital des Martyrs d’Aqsa, le principal établissement médical du centre de Gaza.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle enquêtait sur cette attaque signalée.

Du sang est visible après une frappe aérienne israélienne sur une école gérée par l'ONU qui a tué des dizaines de Palestiniens à Gaza, le 6 juillet 2024
Du sang est visible après une frappe aérienne israélienne sur une école gérée par l’ONU qui a tué des dizaines de Palestiniens à Gaza, le 6 juillet 2024

Samedi également, l’armée israélienne a diffusé de nouvelles images de troupes opérant prétendument dans le district de Shijaiyah, dans la ville de Gaza.

Les troupes sont revenues dans le quartier des mois après que les forces de défense israéliennes ont déclaré avoir terminé leurs opérations dans la région.

Les combats terrestres font rage à Shijaiyah depuis deux semaines, forçant des dizaines de milliers de personnes à fuir leurs maisons.

La vidéo de Tsahal montre des soldats exhibant des armes qui auraient été saisies dans un entrepôt.

Le Hamas s’est regroupé à plusieurs reprises dans les zones durement touchées après le retrait des troupes israéliennes, soulevant des questions sur la capacité d’Israël à détruire les capacités militaires du groupe militant.

Dans le même temps, le manque d’eau potable et de produits d’hygiène personnelle provoque une augmentation de la propagation des maladies infectieuses parmi la population déplacée de Gaza.

« Nous manquons de produits d’entretien. Il n’y a pas de savon, de détergent ou quoi que ce soit. Le prix du savon, même s’il est disponible dans la bande de Gaza, nous ne pouvons pas l’acheter. Le savon parfumé coûte 25 shekels (6,20 euros). Je n’ai pas 25 shekels pour acheter du savon », a déclaré Muhammad Al-Talouli, qui a été déplacé du camp d’Al-Bureij-Est vers le centre de Gaza.

Nasser Al-Kurdi, un déplacé du camp d’Al-Bureij, a déclaré : « Les épidémies et les maladies se sont propagées parmi les gens et parmi les enfants. C’est une chose très terrible. C’est une zone restreinte. Les maladies se propagent à un rythme très rapide. »

L’Organisation mondiale de la santé a signalé en février que les cas d’infections respiratoires, de diarrhée, de gale et de poux, de varicelle et d’ictère aigu ont tous atteint des niveaux dépassant de loin ceux des années précédentes.

Le Maroc a envoyé en début de semaine 40 tonnes d’aide médicale à Gaza, notamment du matériel pour les interventions chirurgicales d’urgence et des médicaments de première nécessité. Ces fournitures ont été réceptionnées par le Croissant-Rouge palestinien au poste-frontière de Kerem Shalom.

Israël a lancé une offensive aérienne et terrestre à Gaza en réponse à l’attaque du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, qui a fait 1 200 morts et 250 prises en otage.

Plus de 38 000 Palestiniens ont été tués dans l’offensive, selon le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre civils et combattants dans son bilan.

Laisser un commentaire

six + 13 =