FILE - Indian paramilitary soldier stands guard as pilgrims head to cave shrine of Mata Vaishno Devi. Sept. 22, 2009

Jean Delaunay

Au moins 10 morts après que des militants ont tiré sur un bus au Cachemire sous contrôle indien

Le bus transportait des pèlerins vers le camp de base du célèbre temple hindou Mata Vaishno Devi lorsqu’il a été attaqué dimanche dans le district de Reasi, dans la région, ont indiqué les autorités.

Des militants présumés dans la province de Jammu, au Cachemire sous contrôle indien, ont tiré dimanche sur un bus transportant des pèlerins hindous, faisant au moins 10 morts après que le véhicule soit tombé dans une gorge profonde, ont indiqué des responsables.

Le bus transportait des pèlerins vers le camp de base du célèbre temple hindou Mata Vaishno Devi lorsqu’il a été attaqué dans le district de Reasi, dans la région, a déclaré un haut responsable administratif, Vishesh Mahajan.

Certaines des victimes ont été blessées par balle, a indiqué un policier. Personne n’a immédiatement revendiqué l’attaque, qui a également fait plusieurs blessés.

Le policier a parlé sous couvert d’anonymat car il n’était pas autorisé à parler aux journalistes.

Les sites d’information locaux ont publié des vidéos sur X montrant les conséquences de l’accident de bus.

L’attaque est survenue alors que le Premier ministre indien Narendra Modi, connu pour son traitement brutal du Cachemire, prêtait serment pour un troisième mandat.

En 2019, le gouvernement Modi a supprimé le statut spécial du Jammu-et-Cachemire. Depuis 1954, la région à majorité musulmane est semi-autonome, avec une constitution distincte et des protections héritées en matière de terre et d’emploi.

La région est désormais dirigée par des responsables gouvernementaux non élus et a perdu son drapeau, son code pénal et sa constitution.

Les groupes rebelles se battent depuis 1989 pour l’indépendance du Cachemire ou sa fusion avec le Pakistan voisin. La plupart des Cachemiriens musulmans soutiennent l’objectif des rebelles d’unifier le territoire, soit sous domination pakistanaise, soit en tant que pays indépendant.

New Delhi insiste sur le fait que le militantisme du Cachemire est un terrorisme parrainé par le Pakistan. Le Pakistan nie cette accusation et la plupart des Cachemiriens considèrent qu’il s’agit d’une lutte légitime pour la liberté.

Des dizaines de milliers de civils, rebelles et forces gouvernementales ont été tués dans le conflit.

L’Inde et le Pakistan, rivaux dotés de l’arme nucléaire, administrent chacun une partie du Cachemire, mais tous deux revendiquent la totalité du territoire.

Laisser un commentaire

16 − un =