Au milieu de la ruée vers les matières premières, peu envisagent une approche plus circulaire

Jean Delaunay

Au milieu de la ruée vers les matières premières, peu envisagent une approche plus circulaire

Sans action substantielle maintenant, nous sommes destinés à poursuivre notre cycle prendre-faire-utiliser-gaspiller, écrit Tahmid Chowdhury.

Nos vies sont construites autour des matières premières. Du lithium au cobalt en passant par l’aluminium, ces minéraux et métaux sont les éléments constitutifs des infrastructures urbaines. Ils constituent littéralement les smartphones et les ordinateurs portables que nous utilisons tous les jours.

Mais surtout, les matières premières sont un ingrédient clé pour faire face à la crise climatique.

Beaucoup sont essentiels pour la transition vers les énergies renouvelables, qu’il s’agisse de construire des panneaux solaires et des éoliennes ou de créer des batteries lithium-ion pour les voitures électriques.

La demande de lithium, en particulier, devrait être 12 fois plus élevée dans l’UE d’ici 2030 et, à l’échelle mondiale, 90 fois plus élevée d’ici 2050.

Quelque 24 matières répertoriées dans la loi européenne sur les matières premières critiques (CRMA) publiée en mars sont importées de Chine. Dans de nombreux cas, la Chine est le fournisseur majoritaire ou unique.

Par exemple, la Chine fournit 100 % de l’approvisionnement de l’UE en terres rares lourdes. Ajoutez à cela le paysage géopolitique instable en Russie et en Ukraine et les conséquences persistantes de la pandémie de Covid-19 – et les approvisionnements de l’UE pourraient être menacés.

Alors, comment garantir une plus grande sécurité ?

Nous devons être prudents avec notre dépendance excessive à l’égard de l’exploitation minière

Augmenter notre stock domestique en Europe est une option.

L’une des premières grandes mines de lithium d’Europe vient de recevoir le feu vert au Portugal.

Pendant ce temps, la Norvège cherche à ouvrir une zone océanique de la taille de l’Allemagne à l’exploitation minière en haute mer afin d’extraire les métaux des batteries de son fond marin.

L’objectif de l’UE est d’atteindre 10 % de la consommation annuelle à partir de l’extraction domestique.

Mais l’exploitation minière a un coût environnemental. Le processus consomme des quantités importantes d’énergie et d’eau, les mines peuvent polluer l’air et l’eau environnants avec des produits chimiques et perturber les habitats fauniques.

Dans les salines d’Atacama, au Chili, l’extraction du lithium contamine et détourne les rares ressources en eau des communautés locales, provoquant des conflits locaux.

SAMIR TOUNSI/AFP
Un tapis roulant transporte des morceaux de cobalt brut après une première transformation dans une usine de Lubumbashi, 2018

Ainsi, bien que la résistance à l’exploitation minière en Europe soit compréhensible, nous risquons simplement de déplacer ces problèmes vers d’autres parties du monde.

En République démocratique du Congo, l’exploitation minière à grande échelle du cobalt a entraîné un air toxique, la dévastation des moyens de subsistance en raison des cultures détruites et des travailleurs forcés d’exploiter dans des « conditions dégradantes sous-humaines ».

Dans les salines d’Atacama, au Chili, l’extraction du lithium contamine et détourne les rares ressources en eau des communautés locales, provoquant des conflits locaux.

Malgré les problèmes créés par une extraction accrue, personne ne semble parler d’une approche plus circulaire des matières premières.

La circularité n’est pas seulement du recyclage

Qu’est-ce que la circularité ? C’est le concept d’utilisation, de réutilisation et de conception de produits recyclables et réparables afin de réduire notre consommation de matériaux et nos émissions de carbone.

Si nous conservions une quantité plus substantielle dans le système économique, nous n’aurions pas besoin d’importer ou d’extraire autant de matériaux.

Cependant, la circularité est bien plus qu’un simple recyclage – elle examine comment conserver la valeur des matériaux dans le système plus efficacement et plus longtemps.

AP Photo/Amr Nabil
Blocs de bouteilles en plastique compressées collectées par des volontaires et des pêcheurs du Nil pour construire une pyramide en plastique avant la Journée mondiale de nettoyage au Caire, septembre 2022

La CRMA introduit un objectif de recyclage de 15% en Europe, qui, s’il est adopté, pourrait être une étape positive.

Cependant, la circularité est bien plus qu’un simple recyclage – elle examine comment conserver la valeur des matériaux dans le système plus efficacement et plus longtemps.

Sans aucun doute, une économie circulaire nécessiterait de nouvelles infrastructures pour les systèmes de collecte et des technologies de recyclage avancées pour à la fois utiliser les matériaux plus efficacement et prolonger le cycle de vie des produits.

Mais cela est tout à fait possible. C’est ce que la CRMA de l’UE n’a pas suffisamment abordé en mars de cette année.

Un changement de mentalité bien nécessaire

Un rapport phare publié le 17 juillet par le groupe de travail sur les matériaux de CLG Europe explique comment les entreprises européennes s’attaquent de front à ce problème et comment les décideurs politiques peuvent renforcer davantage ce changement.

De la société de technologie des matériaux Umicore, qui a développé une technologie de recyclage des batteries d’une capacité de 7 000 tonnes par an, à l’objectif du géant de l’emballage en aluminium Ball d’atteindre 90 % de recyclage et un objectif de 85 % de contenu recyclé d’ici 2030.

De nouvelles technologies de recyclage doivent être développées dans l’UE et des capacités de recyclage doivent être mises en place avant que de grandes quantités de matériaux en fin de vie ne se produisent.

EMMANUEL DUNAND/AFP ou concédants
un technicien manipule un appareil avec lequel le nickel et le lithium provenant d’une batterie sont séparés dans un laboratoire près de Paris, mars 2023

De nouvelles technologies de recyclage doivent être développées dans l’UE et des capacités de recyclage doivent être mises en place avant que de grandes quantités de matériaux en fin de vie ne se produisent.

La promotion de l’utilisation de matériaux recyclés nécessitera de la transparence et un partage des connaissances à tous les niveaux.

Sans action substantielle maintenant, nous sommes destinés à poursuivre notre cycle prendre-faire-utiliser-gaspiller.

Cela ne se produira que si les décideurs politiques, les citoyens et les entreprises s’unissent avec une vision audacieuse d’une économie européenne verte et circulaire.

Laisser un commentaire

onze + 13 =