The head of Dagestan Republic Sergei Melikov, center, visits the damaged Kele-Numaz synagogue in Derbent after a counter-terrorist operation in republic of Dagestan, Russia.

Jean Delaunay

Attaques menées par des « cellules dormantes » dirigées de l’étranger, affirme le gouverneur du Daghestan

Plus de 15 policiers et plusieurs civils, dont un prêtre orthodoxe, ont été tués dimanche par des militants armés dans la république du Daghestan, dans le sud de la Russie, a déclaré son gouverneur Sergueï Melikov dans un communiqué vidéo lundi matin.

Le gouverneur régional du Daghestan s’est rendu sur les lieux d’une attaque menée ce week-end par des militants islamistes, qui a fait 20 morts et 26 blessés.

La région a observé lundi le premier des trois jours de deuil officiels suite à l’attaque – qui a coûté la vie à 15 policiers et à un prêtre orthodoxe de 66 ans et a incendié une église et une synagogue.

Selon la ministre régionale de la Santé, Tatiana Belyaeva, 20 personnes ont été tuées et 26 autres blessées à la suite des attaques à Makhachkala et Derbent.

Le gouverneur régional Sergueï Melikov a visité l’église et la synagogue de Derbent et s’est entretenu avec des prêtres et des membres de la communauté juive locale.

Peu après les attentats de Derbent, les militants avaient tiré sur la police à Makhackala, la capitale régionale, avant d’être tués par les forces spéciales.

Les cinq assaillants ont été tués selon le Comité d’enquête, la principale agence nationale d’enquête criminelle du pays. Leurs identités auraient été établies.

Même si la responsabilité de ces attaques n’a pas été immédiatement revendiquée, le gouverneur du Daghestan a déclaré qu’elles avaient été perpétrées par des membres de « cellules dormantes » islamistes dirigées depuis l’étranger.

Dans une déclaration vidéo, Melikov a déclaré que les assaillants visaient à « semer la panique et la peur » et a lié les attaques à l’action militaire de Moscou en Ukraine, sans fournir de preuves.

Parmi les assaillants, il y aurait les deux fils et un neveu de Magomed Omarov, chef de la branche régionale du parti du Kremlin Russie Unie au Daghestan.

Omarov a été arrêté par la police pour interrogatoire et renvoyé de Russie Unie.

Les violences de dimanche sont les dernières imputées aux extrémistes islamistes dans la région à majorité musulmane du Caucus du Nord, ainsi que les plus meurtrières en Russie depuis mars, lorsque des hommes armés ont ouvert le feu lors d’un concert à Moscou et tué 145 personnes.

Cette attaque à grande échelle et coordonnée soulève des questions difficiles pour les autorités russes quant aux manquements persistants en matière de sécurité.

Le Daghestan, situé entre la Tchétchénie et la mer Caspienne, est connu comme l’une des régions les plus diversifiées, mais aussi instables de Russie.

Il existe plus de 30 groupes ethniques reconnus et 13 langues locales bénéficiant d’un statut spécial aux côtés du russe.

Selon les statistiques du gouvernement russe, environ 95 % de la population s’identifie comme musulmane, mais la région compte également des communautés chrétiennes et juives de longue date.

Depuis le début des années 2000, la région a été ravagée par la violence après que les insurgés issus des guerres en Tchétchénie voisine ont été poussés au Daghestan par les forces de sécurité russes.

Signe que les sentiments extrémistes sont toujours vifs, des foules se sont révoltées à l’aéroport de Makhatchkala en octobre, ciblant un vol en provenance d’Israël. Des centaines d’hommes se sont précipités sur le tarmac, pourchassant les passagers et jetant des pierres sur les policiers. Plus de 20 personnes ont été blessées.

Plusieurs facteurs contribuent aux troubles au Daghestan, selon Harold Chambers, analyste politique et sécuritaire spécialisé dans le Caucase du Nord.

Il affirme qu’il s’agit notamment des sympathisants de la cause ukrainienne et de la « répression continue et renforcée » de la Russie à la suite des manifestations anti-mobilisation à grande échelle de septembre 2022.

Une « tendance à long terme de radicalisation des jeunes » a contribué aux attaques, a-t-il ajouté, ajoutant que les autorités « ont été prises au dépourvu » par l’attaque de dimanche.

« La solution reste la déportation et la répression. C’est la stratégie antiterroriste russe depuis des décennies, et elle permet encore de telles attaques, comme aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

sept + 19 =