The fresh smell of Leonardo da Vinci.

Jean Delaunay

Arrêtez-vous et sentez l’art : un musée polonais capture l’odeur originale de la « Dame à l’hermine » de Léonard de Vinci

Au Musée national de Cracovie, Léonard de Vinci peut désormais vous donner une odeur.

Le musc croquant d’un vieux livre. La douce piqûre d’un parfum d’amant sur le col d’un manteau.

Les odeurs accentuent nos expériences et nous lient aux objets, leurs souvenirs imaginés s’infiltrent dans notre subconscient.

Mais jusqu’où notre odorat peut-il nous mener lorsqu’il s’agit de découvrir des chefs-d’œuvre ? Pourrions-nous, par exemple, vraiment avoir l’impression d’être là lors de la création de « La Dame à l’hermine » ?

Une équipe de chercheurs polonais et slovènes tente de le découvrir, après avoir développé un stylo parfumé pour le tableau du XVe siècle de Léonard de Vinci, que les visiteurs du Musée national de Cracovie peuvent désormais renifler en regardant dans les yeux de Cecilia Gallerani.

"Une petite odeur, deux maximum - il suffit de reconnaître l'odeur," a déclaré le chercheur principal.
« Une petite odeur, deux maximum, cela suffit pour reconnaître l’odeur », a déclaré le chercheur principal.

« Les odeurs émises par les institutions sont souvent perçues comme des informations inutiles, voire comme une pollution indésirable. Désormais, les visiteurs pourront découvrir l’odeur des objets historiques d’une manière totalement nouvelle et peu explorée. Ce projet est véritablement révolutionnaire », déclare Elżbieta Zygier, conservatrice en chef du Musée national de Cracovie.

Développé par analyse chimique, le stylo tente de reproduire l’odeur de l’objet lui-même.

« Nous pouvons sentir l’élément du bois de noyer, car la planche de noyer a été utilisée comme base du tableau, ainsi que l’odeur des peintures à l’huile », explique Tomasz Sawoszczuk, chercheur principal du projet à l’Université d’économie de Cracovie.

« C’est une odeur de musée historique très agréable », ajoute-t-il, soulignant également qu’un petit reniflement suffit, deux maximum.

Le stylo doit également être remplacé toutes les 3 à 4 semaines : « Au bout d’un mois, ce n’est plus la même odeur. »

La première bibliothèque de senteurs d’objets historiques au monde

Dans le cadre du projet Odotheka, la première bibliothèque mondiale d’odeurs d’objets historiques, l’équipe de Sawoszczuk travaille en collaboration avec des collègues de l’Université de Ljubljana et du musée national slovène pour recréer les odeurs de neuf autres objets d’une grande importance pour le patrimoine polonais et slovène.

Il s’agira notamment d’une tabatière ayant appartenu à Franc Prešeren, le poète national slovène, et d’une poudre hygiénique fabriquée à Cracovie dans les années 1920, qui a remporté une médaille d’or lors d’une exposition à Paris et a été annoncée dans les journaux par Pola Negri, une star hollywoodienne d’origine polonaise.

Le projet a été lancé en 2021, après que Sawoszczuk ait été sollicité par le Musée national de Cracovie pour évaluer la qualité de l’air à l’intérieur de la vitrine qui abritait la « Dame à l’hermine ».

« Je me suis juste dit, d’accord, je suis l’une des rares personnes au monde à pouvoir approcher l’objet sans aucun verre et que ce serait bien de capter l’odeur de ce tableau et de le faire ressortir. »

Si tout a intrinsèquement une odeur, celle-ci évolue également dans le temps en fonction de ce qui arrive à un objet et de l’endroit où il est stocké. De cette façon, l’odeur originale de quelque chose ne peut jamais être véritablement capturée, mais une chronologie peut être retracée.

« Nous ne mesurons pas et ne recréons pas l’odeur originale des objets, car les objets ont leur propre histoire. Nous sommes conscients que, du point de vue historique, les objets se trouvaient à des endroits différents. Ils ont subi différents traitements de conservation. »

Un autre avantage de cette solution est que les traitements de conservation réduisent considérablement les mauvaises odeurs.

Visites sensorielles

Les odeurs pourraient aider les malvoyants à se connecter avec des objets historiques.
Les odeurs pourraient aider les malvoyants à se connecter avec des objets historiques.

« Les odeurs ont un pouvoir de persuasion plus fort que celui des mots, des apparences, des émotions ou de la volonté », écrivait l’auteur allemand Patrick Süskind dans son roman de 1985 « Le parfum : l’histoire d’un meurtrier ».

Pourtant, même le chef britannique étoilé Heston Blumenthal n’a pas réussi à convaincre le public du cinéma que manger et sentir de la pâte de poisson fermentée lors de la projection de l’adaptation cinématographique du livre en 2011 était une bonne idée.

Depuis des décennies, les lieux d’art réfléchissent à des moyens de rendre l’expérience de visionnement plus engageante grâce à des techniques multisensorielles.

Bien que parfois fantaisiste (film de William Castle de 1959 Le Tingler et ses sièges de cinéma vibrants) ou terne et exagéré (expositions d’art immersives), l’ajout d’éléments plus tactiles aux espaces culturels a du sens à l’ère du numérique où les établissements ont des difficultés de financement et où les gens ont besoin de plus de conviction pour sortir.

Il s’inspire également de l’adage de Maya Angelou selon lequel les gens n’oublieront jamais comment vous les avez créés. sentir.

« Nous (l’équipe de recherche) plaisantions en disant que les visites touristiques sont proches du 4K maintenant, donc vous n’utilisez pas seulement vos yeux pour voir les objets, vous n’utilisez pas seulement vos oreilles avec l’audioguide, vous n’utilisez pas seulement votre toucher car, en dehors de la vitrine de « La Dame à l’hermine », il y en a une copie 3D, vous pouvez donc la toucher », explique Sawoszczuk.

Nous espérons que tout cela, associé aux parfums, crée une expérience véritablement immersive qui améliore notre compréhension et notre réponse émotionnelle à ce que nous regardons.

Plus important encore, l’ajout d’odeurs adaptées pourrait grandement améliorer l’expérience des galeries et des musées pour les personnes aveugles ou malvoyantes, les aidant ainsi à se sentir plus connectés aux objets historiques.

« L’une des grandes parties de ce projet consiste à étudier les émotions des gens après l’exposition. Nous ferons également la même chose avec les aveugles et leur demanderons si cette façon de visiter avec l’odorat est pour eux attrayante et comment elle influence leurs émotions. à propos de l’exposition elle-même, c’est ce que nous voulons rassembler », déclare Sawoszczuk.

Laisser un commentaire

9 + un =