Azpromo

Milos Schmidt

Appel à une réponse mondiale unifiée au déminage lors de la conférence en Azerbaïdjan

La troisième Conférence internationale sur la lutte antimines s’est tenue à Bakou et à Zangilan en Azerbaïdjan, un pays qui figure parmi les cinq pays les plus contaminés par les mines au monde.

Les mines et les engins explosifs improvisés, en particulier dans les situations et zones de conflit armé, continuent de tuer et de blesser partout dans le monde. On estime qu’il pourrait y avoir jusqu’à 110 millions de mines terrestres dans plus de 60 pays à travers le monde, et que 2 à 5 millions de mines supplémentaires seraient posées chaque année.

Plus de 300 représentants de 75 pays se sont réunis pour discuter des moyens de mobiliser des ressources financières pour atténuer l’impact environnemental des mines terrestres et autres restes explosifs de guerre.

Hikmet Hajiyev, assistant du président de l’Azerbaïdjan et chef du ministère des Affaires étrangères, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe : « L’Azerbaïdjan est un laboratoire pour le déminage humanitaire et l’action contre les mines à l’échelle mondiale. L’Azerbaïdjan a acquis des connaissances et une expertise particulières, et une fois son projet de déminage terminé, l’Azerbaïdjan aura également la capacité de contribuer à d’autres projets de déminage humanitaire à l’échelle mondiale.

Il existe deux grandes catégories de mines terrestres : les mines terrestres antipersonnel (AP) et les mines terrestres antichar (AT). Les mines antipersonnel sont plus petites que les mines AT et sont conçues pour tuer ou blesser des personnes. Ils peuvent être déclenchés par une pression bien moindre, parfois aussi petite que 5 à 15 kilogrammes. Les mines antichar sont conçues pour détruire des véhicules tels que des chars et des véhicules blindés et nécessitent beaucoup plus de pression pour exploser, généralement plus de 100 kilogrammes.

« Les mines terrestres constituent véritablement un crime contre l’humanité. Si vous avez un sac en plastique dans l’océan, il lui faudra 200 ans pour disparaître. Les mines ne le font jamais, et elles continuent de polluer l’environnement », a déclaré Alessandra Roccasalvo, représentante résidente du PNUD en Azerbaïdjan.

En moyenne, une personne est tuée ou blessée chaque heure par ces engins explosifs, parmi lesquels de nombreux enfants. Heidi Kühn est la PDG et fondatrice de Roots of Peace, une organisation humanitaire dédiée à l’élimination des mines terrestres et à la replantation et à la reconstruction ultérieure des régions déchirées par la guerre. Elle a déclaré à L’Observatoire de l’Europe : « J’ai parcouru les champs de mines du monde entier, et chaque fois que vous entrez dans un champ de mines, ils vous demandent votre groupe sanguin. C’est un moment déterminant. Je suis mère de quatre enfants et je prends mes traces très, très, très au sérieux. Mais comment oserais-je ne pas ?

« Il faut 8 livres pour faire exploser une mine terrestre. C’est le poids moyen d’un nouveau-né. Ainsi, en tant que mère et grand-mère, je pense qu’il s’agit d’un appel mondial à l’action lancé par le cœur du Karabakh et adressé au monde entier », a-t-elle ajouté.

L’Afrique est le continent le plus touché par l’installation de mines terrestres, l’Angola, le Mozambique et la Somalie étant les pays les plus critiques. La blessure la plus courante associée aux mines terrestres est la perte d’un ou de plusieurs membres. Aux États-Unis, le taux d’amputation est de 1 pour 22 000 personnes et en Angola, de 30 pour 10 000. Ils laissent également un pourcentage considérable de terres inutilisables, incapables d’être cultivées ou réhabitées, et l’impact environnemental peut être dévastateur.

« Des fuites des produits de décomposition du TNT pourraient se produire, ce qui contaminerait le sol et les eaux souterraines. En plus de cela, les émissions de dioxyde de carbone après chaque explosion de mines terrestres sont également énormes. Ainsi, un réservoir de mine terrestre, après son explosion, émettra 29 kg de dioxyde de carbone », a déclaré Samir Poladov, vice-président du conseil d’administration de l’Agence nationale azerbaïdjanaise de lutte contre les mines (ANAMA).

La conférence a également vu des appels au renforcement des partenariats internationaux dans le domaine du déminage humanitaire. L’ambassadeur Elchin Amirbayov, représentant du président de l’Azerbaïdjan pour les missions spéciales, a déclaré : « La communauté des donateurs doit accorder beaucoup plus d’attention à l’allocation de certains fonds, en particulier aux pays les plus touchés par cette situation. Sans résoudre ce problème à l’échelle mondiale, il ne serait pas possible de le résoudre dans des pays séparés.»

« L’Azerbaïdjan a apporté sa contribution à cet effet en introduisant au niveau national le 18e ODD, son objectif de développement durable, qui est le déminage humanitaire », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

dix-sept + 13 =