The New York Stock Exchange seen on 3 July - a day before Independence Day

Jean Delaunay

Aperçu des bénéfices : les grandes banques américaines pourraient voir leurs bénéfices diminuer au deuxième trimestre

La saison des résultats financiers aux Etats-Unis débutera vendredi avec la publication des résultats des grandes banques pour le deuxième trimestre. Les analystes s’attendent à ce que les bénéfices de ces banques soient affectés négativement par les anticipations de baisse des taux.

Les grandes banques américaines, dont JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo, devraient publier leurs résultats du deuxième trimestre avant l’ouverture des marchés américains le 12 juillet. Les marges bénéficiaires de ces banques phares américaines pourraient avoir été réduites par les attentes croissantes de baisse des taux par la Réserve fédérale au cours du deuxième semestre de l’année. Cependant, une reprise des transactions devrait compenser les pertes dans la banque commerciale. Selon FactSet, la croissance des bénéfices des banques américaines devrait diminuer de 10 % en glissement annuel au deuxième trimestre.

Le revenu net d’intérêts fait face à des vents contraires

Les grandes banques américaines ont vu leurs bénéfices diminuer au premier trimestre en raison de la hausse des coûts de financement, les déposants se tournant vers des comptes bancaires à rendement plus élevé. Cette tendance devrait continuer à avoir un impact négatif sur les performances des banques au deuxième trimestre. Le ralentissement de la croissance des prêts pourrait être un facteur important affectant les bénéfices des banques, en particulier pour celles qui dépendent fortement des activités de prêt. À mesure que les déposants bénéficient de taux d’intérêt plus élevés, les banques devront réévaluer leurs taux de prêt et négocier avec leurs clients. Des taux d’intérêt élevés et des signes de ralentissement économique pourraient ralentir considérablement la croissance des prêts, en particulier dans les secteurs commercial et immobilier. Les baisses de taux potentielles de la Fed en septembre et en décembre pourraient également réduire les revenus d’intérêts des banques au deuxième semestre de l’année.

Certaines grandes banques américaines ont déjà perdu leur élan au premier trimestre 2024. Après un bénéfice record en 2023, lorsque la hausse des taux d’intérêt et l’opération de rachat de First Republic ont dopé le revenu net d’intérêts (NII) de JPMorgan Chase, le plus grand prêteur a fait état d’un NII inférieur aux attentes et a fourni des prévisions décevantes pour 2024 au premier trimestre.

Le PDG Jamie Dimon a exprimé ses inquiétudes quant au fait que la guerre et la pression inflationniste persistante menacent un contexte économique positif. Le directeur financier Jeremy Barnum a averti que son revenu net d’intérêts record n’aurait peut-être pas pu être maintenu auparavant. Wells Fargo a également prévu que son revenu net d’intérêts diminuerait entre 7 % et 9 % en 2024, après une baisse de 8 % en glissement annuel au premier trimestre.

Les pertes de crédit devraient augmenter

Les banques américaines devraient mettre davantage de fonds de côté dans un contexte de risques économiques croissants. Les analystes prévoient que les provisions pour pertes sur prêts augmenteront pour couvrir la détérioration des prêts, en particulier dans le secteur de l’immobilier commercial.

Selon les récents tests de résistance de la Fed sur les 31 plus grandes banques américaines, les taux de pertes sur prêts commerciaux et industriels pourraient augmenter à 8,1 % en 2024, contre 6,7 % l’année dernière. La banque centrale a constaté que les fonds propres de haute qualité de ces banques tomberaient à 9,9 %, soit leur niveau le plus bas. Les analystes prévoient que les quatre plus grandes banques en termes de dépôts – JPMorgan Chase, Bank of America, Citigroup et Wells Fargo – annonceront des provisions pour prêts de 7 milliards de dollars (6,5 milliards d’euros) au deuxième trimestre, en hausse de plus de 50 % par rapport à l’année dernière.

La banque d’investissement pourrait connaître une croissance positive

Malgré les aspects négatifs évoqués ci-dessus, il y a une note positive : les activités de banque d’investissement devraient se redresser par rapport à l’année dernière, au cours de laquelle la hausse des taux d’intérêt a freiné les opérations et les introductions en bourse. Le rebond des fusions et acquisitions (M&A) et des introductions en bourse a été alimenté par l’assouplissement des liquidités, les banques centrales ayant mis un terme à leurs hausses de taux, certaines d’entre elles étant déjà engagées dans un cycle de baisse des taux.

Selon l’enquête de Bloomberg, les analystes s’attendent à ce que les revenus de la banque d’investissement des cinq grandes banques, dont JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bank of America et Citigroup, augmentent de 30 % en moyenne sur un an au deuxième trimestre.

La reprise des opérations bancaires devrait profiter en particulier aux banques les plus exposées à la banque d’investissement, comme Goldman Sachs et Morgan Stanley. JPMorgan Chase a également indiqué que la hausse de ses revenus provenant de cette division atteindrait 30 % au deuxième trimestre. Cependant, il est peu probable que les performances des banques dans le domaine de la banque d’investissement retrouvent leur niveau record en 2021 et 2022, lorsque les taux d’intérêt ont été réduits à des niveaux extrêmement bas en raison de la récession économique provoquée par la pandémie.

Laisser un commentaire

20 − dix-sept =