Album anniversaries: Three records to celebrate in May 2024

Jean Delaunay

Anniversaires d’albums : Trois disques à célébrer en mai 2024

Des chansons d’amour ravageuses et intimistes aux bangers hip-hop en passant par les ambiances sonores luxuriantes pour une escapade parisienne, voici notre sélection des trois albums célébrant un anniversaire majeur ce mois-ci.

Chaque mois de 2024, L’Observatoire de l’Europe Culture fait un voyage dans le passé et sélectionne un trio d’albums célébrant une étape majeure.

Ce sont les trois disques que vous devriez choisir de (re)découvrir alors qu’ils fêteront respectivement leurs 10, 20 et 30 ans en mai prochain.

Turing 10 en 2024 : Sharon Van Etten – Sommes-nous là

(Date de sortie : 27 mai 2014)

Sharon Van Etten – Sommes-nous là
Sharon Van Etten – Sommes-nous là

« Are We There », intitulé de manière confuse et sans point d’interrogation, est un véritable joyau d’album. Il s’agit du quatrième de l’auteure-compositrice-interprète américaine Sharon Van Etten, dans laquelle elle propose une collection urgente de chansons à la fois évanouies et envoûtantes qui étaient sans conteste ses meilleures au moment de sa sortie.

Depuis, elle a sorti l’enivrant « Remind Me Tomorrow » de 2019 et « We’ve Been Going About This All Wrong » de 2022 – sans doute ses plus grands albums à ce jour. Pourtant, « Are We There » est cet album qui a confirmé qu’elle était vraiment spéciale, qui a plus que tenu la promesse de son album révolutionnaire « Tramp ».

Beaucoup le savent ou y sont venus parce qu’ils ont entendu Van Etten interpréter la chanson de l’album « Tarifa » sur Twin Peaks : The Return. Espérons qu’ils aient continué à découvrir le reste du LP, dont les points forts incluent « Taking Chances », « Your Love Is Killing Me » et « I Love You But I’m Lost ». Comme vous pouvez le constater d’après les titres, il y a beaucoup ici de choses sur l’amour, la perte et la volatilité des sentiments. Ce qui distingue Van Etten en ce qui concerne ces thèmes, c’est son talent lyrique pour embrasser à la fois le romantique et l’anti-romantique, partageant des extraits intimes mais universels qui donnent l’impression qu’elle retire un pansement pour révéler une blessure spécifique que vous comprenez et connectez automatiquement. avec. Et pour tous ceux qui ont déjà senti l’amour leur échapper à cause des réalités de la vie avec une autre personne, ou de la compréhension dévastatrice de la raison pour laquelle un être cher vous laisse derrière, « Are We There » frappe fort.

Van Etten livre des odes confessionnelles et conscientes aux sentiments de dévastation que peuvent laisser derrière eux, et même si cela ressemble à beaucoup de pessimisme, ce n’est pas le cas. Surtout quand ça sonne aussi bien. Tout cela culmine dans le meilleur morceau de l’album, le plus époustouflant « Every Time The Sun Comes Up », qui distille des sentiments complexes en termes simples mais touchants, et résume assez bien l’album : il y a du caractère poignant (On a cassé tes lunettes / Mais on s’est couvert le cul / Prends le temps, ressens en silence); humour ironique (Les gens disent que je suis une merveille / Mais que se passe-t-il quand j’en ai deux ?); des aveux désinvoltes (J’ai fait ta vaisselle / Mais j’ai chié dans ta salle de bain); et une livraison de la ligne titulaire qui vous procurera à chaque fois.

En somme, une écoute douloureusement intime, dense et captivante qui regarde le chagrin droit dans les tétons et décide de tordre. Parfois pour infliger de la douleur. Souvent comme une marque de reconnaissance. Et ce, à plusieurs reprises, avec un sourire qui ne peut venir que de l’acceptation des zigzags de la vie.

En fait, cela pourrait très bien être son meilleur album.

Il fêtera également ses 10 ans en mai : le premier album de l’auteur-compositeur-interprète britannique Nick Mulvey, « First Mind », avec le superbe morceau « Fever To The Form » ; L’album révolutionnaire primé de Christine and the Queen, « Chaleur humaine ».

Avoir 20 ans en 2024 : Feist – Let It Die

(Date de sortie : 18 mai 2004)

Feist – Laissez-le mourir
Feist – Laissez-le mourir

Enregistré à Paris avec Chilly Gonzales et Renaud Letang, « Let It Die » est le deuxième album de l’auteure-compositrice-interprète canadienne Feist, et celui qui l’a fait connaître un public plus large.

L’album a été un succès en Europe, notamment en France, avec des auditeurs vibrant d’un certain je ne sais quoi cela fait de cet album la bande originale parfaite si vous souhaitez vous rendre dans les quartiers romantiques de la capitale française et vous adonner à ce plus merveilleux des termes : flâner.

La chanteuse de Broken Social Scene a quelque peu abandonné ses sons indie rock précédents et ce deuxième album était une affaire plus pop de chambre et décontractée. De l’ouverture douce « Gatekeeper » à la lamentation jazzy déchirante « Lonely Lonely », en passant par le nettement plus optimiste « Inside and Out » et le point culminant de l’album « Mushaboom », c’est une glorieuse collection de chansons qui n’ont pas vieilli à l’âge de 20 ans. La fantaisie et le romantisme n’ont pas vieilli non plus, même si l’optimisme sans limite que l’on retrouve sur beaucoup de ces titres ne doit pas éclipser une partie de l’excellent lyrisme à l’œuvre.

« La partie la plus triste d’un cœur brisé n’est pas tant la fin que le début » ressort sur la chanson titre, et la douce mélodie pop du « Mushaboom » susmentionné (toujours aucune idée de ce que cela signifie) ne devrait pas arrêter les lignes. comme « Cela prendra peut-être des années avant le jour / Mes rêves correspondront à mon salaire » et « Nous rassemblerons les moments un par un / Je suppose que c’est comme ça que l’avenir se fera » en s’enfouissant à nouveau dans votre tête.

Joyeux 20ème « Let It Die ». Vos charmes irrésistibles ne l’ont pas été.

Nous fêterons également nos 20 ans en mai : la bonté folklorique de « Rejoicing in the Hands » de Devendra Banhart.

Avoir 30 ans en 2024 : Beastie Boys – Ill Communication

(Date de sortie : 31 mai 1994)

Beastie Boys – Mauvaise communication
Beastie Boys – Mauvaise communication

Un peu de changement de rythme après les deux premiers albums pour les anniversaires de ce mois-ci, alors que nous comprenons comment trois garçons juifs de New York ont ​​continué à changer le genre hip-hop.

Après le succès commercial de leur premier album « Licensed to Ill » (1986), leur virage à gauche sonore facilité par Dust Brothers qui était l’opus d’échantillonnage « Paul’s Boutique » (1989) et leur toujours un peu décevant « Check Your Head ». » (1992), le trio sort « Ill Communication » le dernier jour du mois de mai 1994. Et ce fut un retour en forme, devenant le deuxième album numéro un du groupe aux États-Unis – avec une série de succès dont « Get it Together’, ‘Root Down’, ‘Sure Shot’… et bien sûr ‘Sabotage’.

Ce dernier, en plus d’être un banger et un hymne de rébellion intemporel, a été utilisé dans tant de bandes-annonces de films qu’il élève toute promo au rang de grandeur.

Fait amusant pour tous les merveilleux nerds : le réalisateur Danny Boyle a crédité le générique d’ouverture de « Sabotage » et sa vidéo comme étant l’influence du début de Trainspotting. Et comme l’album dans son ensemble, la chanson est tumultueuse, explosive et abrasive dans tous les sens.

Il convient également de noter qu’Ill Communication ne se limite pas à des succès amusants – des influences comme Miles Davis ont clairement influencé certains des grooves de l’album, ce qui fait de certains des instrumentaux les meilleurs auxquels les Beasties aient jamais donné leur nom.

Seulement surmonté de « Paul’s Boutique » (et peut-être de « Hello Nasty » de 1998, si vous êtes de cette persuasion), « Ill Communication » est le groupe à son meilleur en matière de genre. 30 ans plus tard, vous essayez de ne pas crier sur ces morceaux quand ils arrivent.

Continuez – osez-vous Ch-Check It Out le trentième.

On se voit le mois prochain!

Laisser un commentaire

10 − 10 =