Viktor Orbán, Giorgia Meloni and Petr Fiala have voiced their displeasure about the way the EU top jobs are being distributed.

Milos Schmidt

Analyse : Pourquoi Orbán, Meloni et Fiala sont en colère contre les postes les plus élevés de l’UE

Viktor Orbán, Giorgia Meloni et Petr Fiala veulent avoir davantage leur mot à dire sur la répartition des postes les plus élevés de l’UE. Mais les chiffres jouent en leur défaveur.

Qui devrait diriger l’Union européenne dans les cinq prochaines années ? Dix jours après les élections, la question reste sans réponse.

Le sommet informel de lundi n’a pas permis de réaliser la percée nécessaire, malgré un trio bien établi de favoris pour les postes les plus élevés : Ursula von der Leyen pour la présidence de la Commission européenne, António Costa pour la présidence du Conseil européen et Kaja Kallas pour le Haut-Commissariat. Représentant pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité.

Sur le papier, la sélection coche toutes les cases : politiquement diversifiée, géographiquement mixte et équilibrée entre les sexes. C’est aussi une liste de visages connus qui ont côtoyé les dirigeants au cours des cinq dernières années et qui ne devraient pas réserver de surprises majeures.

Pourtant, aucun accord n’a été trouvé. Une série de réunions bilatérales et trilatérales entre les trois principaux partis – le Parti populaire européen (PPE), les Socialistes et les Libéraux – ont contribué à combler les écarts mais se sont enlisées dans les exigences maximalistes du PPE.

Un sommet est prévu le 27 juin pour tenter une nouvelle tentative.

Entre-temps, les récriminations ont commencé. Une poignée de dirigeants ont exprimé leur mécontentement et leur frustration quant à la manière dont les négociations se déroulent.

« La volonté du peuple européen a été ignorée aujourd’hui à Bruxelles », a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orbán à l’issue de la réunion de lundi.

Orbán a attaqué le PPE, qui a largement remporté les élections, pour avoir partagé les postes les plus élevés avec les socialistes et les libéraux, arrivés respectivement deuxième et troisième.

« Ils ne se soucient pas de la réalité », a écrit Orbán. « Nous ne devrions pas être naïfs : ils continueront à soutenir l’immigration et à envoyer encore plus d’argent et d’armes dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine. »

Le lendemain, Il Corriere Della Sera publiait un article détaillant la colère d’un autre dirigeant : l’Italienne Giorgia Meloni. Selon le journal, la première ministre, qui s’est positionnée comme une faiseuse de rois, n’aimait pas être laissée à l’écart alors que les accords bilatéraux étaient en cours et a refusé d’accepter une sélection « préemballée » sans avoir au préalable une discussion « sérieuse et approfondie » sur les élections.

Puis, un troisième signataire est entré dans la mêlée pour exprimer ses doléances : le Tchèque Petr Fiala, qui a établi un lien tiré par les cheveux entre la géographie de son pays et sa prétention au pouvoir.

« Les règles sont claires, les nominations aux postes les plus élevés des institutions européennes doivent respecter les intérêts politiques et géographiques », a écrit Fiala sur les réseaux sociaux. « La République tchèque est au centre de l’Europe – notre futur portefeuille doit le refléter. »

En marge

Les griefs exprimés par Orbán, Meloni et Fiala découlent d’un trait commun qui les unit : aucun d’entre eux n’appartient aux trois familles pro-européennes – le PPE, les Socialistes et les Libéraux – qui dominent Bruxelles depuis des décennies.

Même si cette influence n’est plus ce qu’elle était, la « grande coalition » détient toujours la majorité au Parlement européen et contrôle le Conseil européen, avec environ 75 % des chefs d’État et de gouvernement autour de la table.

Selon eux, ces chiffres sont suffisamment solides pour maintenir le jeu traditionnel des marchandages selon lequel les postes les plus élevés sont attribués au PPE, aux socialistes et aux libéraux en fonction de leurs résultats électoraux. Bien que cette façon de travailler ait été critiquée comme étant des « accords en coulisses » dénués de transparence, elle a assuré la stabilité et la prévisibilité du cycle d’élaboration des politiques du bloc.

Mais pour Orbán, Meloni et Fiala, le vent du changement souffle.

L’augmentation du soutien aux partis d’extrême droite et d’extrême droite lors des élections de juin est, pour eux, l’aube d’une refonte plus large des normes de longue date de l’UE, à commencer par la répartition des postes les plus élevés. Selon eux, leurs voix renforcées devraient être entendues et reconnues avec une plus grande autorité.

« Le résultat des élections européennes est clair : les partis de droite se sont renforcés, la gauche et les libéraux ont perdu du terrain », a déclaré Orbán. « Nous ne céderons pas à cela ! Nous unirons les forces de la droite européenne et lutterons contre les bureaucrates pro-immigration et pro-guerre. »

Viktor Orbán et Giorgia Meloni ont développé une étroite relation de travail.
Viktor Orbán et Giorgia Meloni ont développé une étroite relation de travail.

L’arithmétique, cependant, dresse un tableau tout à fait différent.

Bien que les nationalistes aient fait des percées, ils n’ont pas réussi à atteindre la « vague massive » ou la « poussée » que les sondages d’opinion avaient anticipée. Lors de la prochaine législature, ils seront plus nombreux mais resteront minoritaires. La « grande coalition » disposera d’une majorité de plus de 400 sièges – sur 720 – qui pourrait dépasser 450 avec l’ajout des Verts, suffisamment pour stabiliser le bateau.

En revanche, le groupe d’extrême droite des Conservateurs et réformistes européens (ECR) et le groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) disposeront ensemble de plus de 130 sièges, ce qui pourrait augmenter si certains députés non-inscrits rejoignaient leurs rangs.

Au Conseil européen, où les décisions politiques sont prises au plus haut niveau, les chiffres sont plus frappants : l’ECR a deux représentants – Meloni et Fiala – et l’ID n’en a aucun. Orbán n’est pas affilié et a jeté son dévolu sur le groupe ECR. Sa candidature se heurte cependant à la résistance des membres pro-ukrainiens du groupe, notamment du parti de Fiala.

Conscients de leur fragmentation, les personnalités d’ID ont encouragé des pourparlers pour former un super-groupe de droite radicale afin d’amplifier leur influence. Mais ces efforts ont jusqu’à présent échoué et se heurtent à des désaccords idéologiques entre les forces, notamment sur la Russie et la Chine.

Même si ce supergroupe émergeait et dépassait les socialistes en tant que deuxième formation du Parlement, cela ne modifierait pas les résultats des élections. L’équilibre des pouvoirs au Parlement et au Conseil serait le même, le centre obtenant suffisamment de voix pour garantir que les postes les plus élevés soient confiés à ceux qui veulent renforcer, plutôt qu’affaiblir, le projet d’intégration européenne.

Laisser un commentaire

4 + 5 =