Amsterdam ouvre un skatepark avant-gardiste : un havre de paix pour les LGBTQ et les skateuses

Jean Delaunay

Amsterdam ouvre un skatepark avant-gardiste : un havre de paix pour les LGBTQ et les skateuses

Malgré son image de sport alternatif pour les rebelles aux pantalons amples, à Amsterdam, un skatepark unique est l’un des premiers au monde à offrir un espace sûr aux skateurs LGBTQ.

Niché dans un entrepôt au cœur du sud animé d’Amsterdam, un message convaincant résonne des murs : « Le skateboard est pour tout le monde ».

Embrassant l’esprit d’inclusion, un emblème aux couleurs de l’arc-en-ciel orne les murs des rampes de skate en bois.

Ce skatepark récemment inauguré dans la capitale néerlandaise a un objectif clair : servir de coffre-fort pour les personnes LGBTQ et les patineuses.

« Il n’y a pas de jugement », explique Tem, un jeune homme de 22 ans portant un casque et un t-shirt noirs et un pantalon à carreaux bleus et blancs tout en surfant sur une planche de freestyle de style années 80.

Le patineur, qui travaille comme bénévole pour la restauration, a ajouté qu’il s’agissait d’un « environnement confortable où j’ai l’impression de pouvoir apprendre à patiner sans l’ambiance dégoûtante d’un skatepark public ».

Une initiative pionnière

Crédit : AFP
Responsable du skatepark, Flip Zonne Zuijderland pose pour une photo dans un skatepark inclusif à Amsterdam, le 9 août 2023.

Malgré sa réputation de sport de contre-culture associé à une tenue rebelle, le skateboard est aux prises avec des défis de longue date liés au sexisme, à l’homophobie et parfois à une culture trop masculine.

Il n’est donc pas surprenant que les Pays-Bas, qui ont été le premier pays au monde à légaliser le mariage homosexuel et qui sont réputés pour leurs attitudes libérales, offrent une alternative.

« J’ai l’impression d’avoir l’espace pour être moi-même, skater et m’amuser avec des amis, c’est tout ce que nous voulons », a déclaré le manager du skatepark, Flip Zonne Zuijderland 25, 25 ans.

Le parc est un pionnier, car les ONG (organisations non gouvernementales) ont déjà promu le skateboard pour les femmes dans des pays comme l’Afghanistan et dans les territoires palestiniens, mais pas pour les skateurs LGBTQ.

« C’est sûr que ce pourrait être le premier », déclare Zonne Zuijderland.

Alors que les femmes et les athlètes LGBTQ sont de plus en plus acceptés dans le skateboard, en particulier après que le vétéran professionnel américain Brian Anderson est devenu gay en 2016, le sport a encore beaucoup à faire.

Comment est né le skatepark inclusif

Crédit : AFP
Wiske Mooney, une jeune étudiante pose pour une photo dans un skatepark inclusif à Amsterdam, le 9 août 2023.

Le skatepark est né d’un effort de collaboration entre deux organisations, Women Skate the World et New Wave. Sa création remonte à des sessions de skate spontanées au cours du premier été de la pandémie de Covid.

« Ça a commencé comme une discussion de groupe du genre ‘Hé, les gars, il y a un tas de gens queer qui patinent dans un parc en plein air, qui veut venir ?' », raconte Zonne Zuijderland.

« Cela a commencé avec 10 personnes et en quelques mois, c’était environ 40. »

Lorsque l’hiver est arrivé, ils ont commencé à organiser des soirées bimensuelles dans un autre skatepark couvert d’Amsterdam, Noord, mais c’était « beaucoup trop peu » alors ils voulaient un endroit à eux.

Avec des dons et des fonds publics, ils ont trouvé un entrepôt vide et en ont créé un.

C’est maintenant un espace sûr pour une génération montante de patineurs qui pourraient autrement être rebutés par ce que Zonne Zuijderland dit être un « groupe agressif avec un état d’esprit sans douleur, sans gain ».

Mais le parc n’est pas réservé aux personnes LGBTQ et aux femmes, même si c’était l’idée initiale, ajoute Zonne Zuijderland.

« Le respect est le plus grand objectif », explique-t-il.

« Peu importe si vous êtes gay, hétéro, queer, cis, trans, tant que vous êtes ici pour passer un bon moment et faire passer un bon moment aux autres, vous êtes le bienvenu », ajoute Zuijderland. .

Laisser un commentaire

12 − 2 =