Palestinians flee from the eastern side of the southern Gaza city of Rafah after the Israeli army orders them to evacuate ahead of a military operation, in Rafah, Gaza Strip

Jean Delaunay

Alors que l’offensive terrestre israélienne à Rafah se profile, les dirigeants européens lancent un dernier appel à la retenue

Les dirigeants et ministres européens ont exhorté Israël à s’abstenir de lancer son opération militaire tant attendue à Rafah, une attaque jugée imminente.

Ce tollé fait suite à des mois d’anticipation selon laquelle le cabinet de guerre israélien pourrait ordonner à ses troupes d’envahir la ville, qui borde l’Égypte au sud de la bande de Gaza assiégée.

Depuis février, le bloc a averti que cette décision aggraverait une « situation déjà catastrophique » étant donné qu’environ 1,4 million de Palestiniens – plus de la moitié de la population de Gaza – se cachent de la guerre à Rafah.

Lundi, l’armée israélienne a ordonné aux habitants et aux Palestiniens déplacés d’évacuer les quartiers est de Rafah vers des zones sûres dans d’autres parties de Gaza, indiquant que l’invasion pourrait être imminente.

Cela survient après l’échec des pourparlers de cessez-le-feu dans la capitale égyptienne du Caire ce week-end et après que le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que ses forces se déplaceraient à Rafah si les parties ne parvenaient pas à négocier un accord de cessez-le-feu.

Lors d’un appel avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dimanche, le président français Emmanuel Macron a réitéré sa « plus ferme opposition » à une éventuelle attaque terrestre israélienne sur Rafah.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo, dont le gouvernement a critiqué l’offensive israélienne à Gaza, a également déclaré lundi aux médias belges qu’envahir Rafah aurait « des conséquences dramatiques pour la population ».

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez dit sur la plateforme de médias sociaux X, qu’une attaque contre Rafah « augmenterait les souffrances déjà endurées » par le peuple palestinien.

Le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères, Josep Borrell, s’est joint aux appels lancés à Israël pour qu’il « renonce » à ses projets, et a déclaré que l’UE « peut et doit agir pour empêcher un tel scénario ».

Un responsable de l’UE s’exprimant sous couvert d’anonymat a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que le bloc cherchait à réunir les États membres pour discuter d’une réponse potentielle au défi d’Israël. Mais la source a également déclaré qu’il n’y avait pas encore de plans concrets sur la table en termes de réponse de l’UE.

Les efforts diplomatiques se poursuivent dans une ultime tentative pour dissuader Benjamin Netanyahu de se rendre à Rafah, le président américain Joe Biden devant s’entretenir par téléphone avec le Premier ministre israélien plus tard lundi.

Un assaut contre Rafah mettrait en évidence l’échec de l’Occident à exercer son poids diplomatique pour faire pression sur Israël afin qu’il fasse preuve de retenue. Les dirigeants de l’UE ont appelé à l’unanimité Israël à ne pas poursuivre son projet d’invasion de Rafah fin mars.

Le bloc a toujours eu du mal à parvenir à un consensus dans sa réponse à la guerre entre Israël et le Hamas, les positions des capitales sur le conflit semblant s’éloigner ces derniers mois.

Un groupe d’États membres, notamment l’Espagne et l’Irlande en tête, ont constamment appelé à une position plus dure de l’UE à l’égard d’Israël et sont favorables à la reconnaissance de l’État de Palestine.

D’autres, notamment l’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie, hésitent à saper la position de solidarité du bloc avec Israël.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui brigue un second mandat à la tête de l’exécutif européen, a déclaré lundi dernier lors d’un débat électoral à Maastricht que le bloc prendrait des mesures si Israël envahissait Rafah.

« Je pense qu’il serait totalement inacceptable que Netanyahu envahisse Rafah », a déclaré von der Leyen, ajoutant que s’il le faisait, son exécutif « s’assoirait avec nos États membres et agirait en conséquence ».

La Belgique veut des restrictions commerciales

La Belgique, qui assure la présidence tournante pour six mois du Conseil de l’UE, pousse Bruxelles à interdire l’importation de produits en provenance des territoires occupés par Israël depuis « plusieurs semaines », a également déclaré lundi De Croo.

Selon la proposition belge, les produits provenant des territoires occupés par Israël, tels que les dattes et l’huile d’olive, seraient interdits d’entrée dans le bloc.

Selon la législation européenne, les produits israéliens fabriqués par les colons devraient être clairement étiquetés comme tels et soumis à des régimes douaniers moins préférentiels, mais les règles ne sont pas strictement appliquées.

La vice-Première ministre belge Petra de Sutter a annoncé lundi que le gouvernement belge prévoyait également de nouvelles sanctions contre Israël.

Madrid et Dublin ont appelé l’exécutif européen à procéder à une révision urgente de « l’accord d’association » UE-Israël, qui définit les relations commerciales des deux parties. L’accord comprend une clause qui permet à chaque partie de suspendre le commerce en cas de violations des droits de l’homme.

Mais la proposition n’a pas réussi à obtenir le soutien unanime des dirigeants, nécessaire.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez et le Taoiseach irlandais Simon Harris ont convenu lundi lors d’un appel téléphonique qu’ils « progresseraient » dans la reconnaissance d’un État palestinien « très prochainement » et que leurs gouvernements étaient en contact étroit sur cette question.

L’Espagnol Sánchez avait précédemment fixé au mois de juillet la date limite pour que son pays reconnaisse officiellement un État palestinien, qui engloberait Gaza, Jérusalem-Est et la Cisjordanie.

Laisser un commentaire

5 + 4 =