Alors que le marché unique de l'UE fête ses 30 ans, nous ne pouvons pas tolérer de nouveaux obstacles à son juste avenir

Jean Delaunay

Alors que le marché unique de l’UE fête ses 30 ans, nous ne pouvons pas tolérer de nouveaux obstacles à son juste avenir

Les entreprises et leurs lobbyistes utilisent les règles du marché unique pour faire obstacle aux politiques et réglementations sociales et environnementales progressistes susceptibles de nuire à leurs bénéfices. Cela doit cesser, écrit Olivier Hoedeman.

Cette année marque le 30e anniversaire de la création du marché unique de l’UE.

Il touche à presque tous les aspects de la vie quotidienne des Européens, y compris des réalisations importantes telles que les voyages sans frontières au sein de l’UE.

Cependant, peu sont conscients de la façon dont les entreprises et leurs lobbyistes, avec leur obsession de « parachever » le marché unique, ont utilisé ses règles pour faire obstacle aux politiques et réglementations sociales et environnementales progressistes qui pourraient nuire à leurs profits.

Leurs plaintes d’entreprises contre des politiques légitimes – qui consistent à pousser la Commission européenne à lancer des poursuites pour « infraction » aux règles du marché unique – sont un type de lobbying qui passe presque entièrement sous le radar.

Et pourtant, ils offrent un outil puissant aux acteurs de l’industrie pour cibler en silence la législation des États membres qu’ils n’aiment pas.

Et maintenant, ces lobbies sont engagés dans une campagne réussie pour que ces règles – qui ont déjà tendance à donner la priorité aux intérêts commerciaux par rapport aux autres préoccupations d’intérêt public – aillent encore plus loin en leur faveur.

Au lieu de protéger l’espace démocratique des pouvoirs publics, l’UE va dans la direction opposée.

Les lobbies de l’industrie répliquent aux mesures climatiques

Trop souvent, les règles qualifiées d' »obstacles » au marché unique sont en réalité des étapes cruciales pour une transition vers un avenir durable et socialement juste, telles que les mesures visant à atteindre les objectifs climatiques.

Par exemple, alors que la crise climatique frappe de plus en plus fort avec des sécheresses, des inondations et des températures record qui prolifèrent à travers l’Europe, l’interdiction par le gouvernement français des vols intérieurs à courte distance qui pourraient facilement être effectués en train a provoqué des plaintes de groupes de pression de l’aviation auprès de la Commission européenne.

Pendant ce temps, les tentatives récentes en Allemagne et en Pologne de freiner la hausse des prix de l’énergie en raison de la dépendance à des combustibles fossiles de plus en plus chers ont également été repoussées en utilisant le marché unique comme justification.

Photo AP/Peter Dejong
Les voyageurs font la queue à l’extérieur du terminal pour s’enregistrer et monter à bord des vols à l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, juin 2022

En réponse, ces mesures urgentes ont été limitées dans leur portée. Maintenant, en raison des plaintes des lobbies des aéroports, l’intention du gouvernement néerlandais de réduire les vols de l’aéroport de Schiphol de 25 % pourrait également être sapée en utilisant les règles du marché unique.

Pendant ce temps, les tentatives récentes en Allemagne et en Pologne de freiner la hausse des prix de l’énergie en raison de la dépendance à des combustibles fossiles de plus en plus chers ont également été repoussées en utilisant le marché unique comme justification.

Il en va de même pour les projets de financement de panneaux solaires dans une commune danoise car ils étaient perçus comme une potentielle « distorsion » de concurrence.

Les blocages sur les politiques légitimes abondent

Comment cela cadre-t-il avec les propres engagements de l’UE de réduire les émissions de CO2 de 55 % d’ici 2030 ?

L’Observatoire de l’Europe des entreprises montre exactement comment les entreprises et leurs groupes de pression utilisent ces mécanismes d’application pour bloquer ou saper la législation progressiste nécessaire de toute urgence au niveau national et municipal dans un nouveau rapport, « 30 ans de marché unique : il est temps de supprimer les obstacles à la transformation socio-écologique ».

Dans presque tous les cas, le secteur des entreprises a été en mesure de faire reculer, de retarder ou d’affaiblir une législation progressiste.

Kenzo Tribouillard/AFP
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avec le commissaire au marché intérieur Thierry Breton et le commissaire à l’économie Paolo Gentiloni à Bruxelles, avril 2022

D’autres cas de politiques légitimes bloquées incluent l’obstruction des mesures de logement social, les initiatives de santé publique et la législation de protection des consommateurs concernant les substances nocives.

Ils impliquent également des interdictions sur les plastiques à usage unique, des taxes sur le sucre et des restrictions sur l’hébergement touristique et les jeux de hasard.

Dans presque tous les cas, le secteur des entreprises a été en mesure de faire reculer, de retarder ou d’affaiblir une législation progressiste.

Nous allons dans la mauvaise direction

Aujourd’hui, sous le slogan de « l’achèvement du marché unique », de nouvelles propositions de la Commission européenne et des groupes de pression d’entreprises nous poussent encore plus loin dans la mauvaise direction en cherchant à renforcer les règles et les mécanismes d’application existants.

En juin 2022, ces groupes de pression ont exigé que l’UE supprime « tous les obstacles aux opérations commerciales transfrontalières et aux investissements intra-UE, formant un marché unique à part entière pour toutes les activités économiques » et ont souligné la déréglementation du secteur des services comme une priorité principale.

La menace que des règles soient considérées comme des obstacles au marché unique pourrait avoir un effet glacial, empêchant les gouvernements ou les municipalités de tenter même d’introduire de nouvelles réglementations sociales ou écologiques.

Ricardo De Luca/AP2010
Un serveur tient des spaghettis à la sauce tomate et basilic traditionnelle lors d’un événement organisé par la Coldiretti italienne au Campidoglio de Rome, novembre 2010

Effectivement, la communication de la Commission de mars 2023 sur « Le marché unique à 30 ans » a annoncé toute une série de nouvelles initiatives pour « faire respecter les règles existantes du marché unique et supprimer les obstacles au niveau des États membres », reflétant étroitement les demandes de groupes de pression d’entreprises comme la Table ronde européenne des industriels (ERT) et BusinessEurope.

Ce que veulent ces acteurs corporatifs, c’est essentiellement une préemption sur les initiatives nationales qui ne correspondent pas à leur agenda.

Cela pourrait signifier que même en l’absence de plainte active, les nouvelles réglementations nationales feront l’objet d’un examen plus approfondi à un stade encore plus précoce de la prise de décision.

Et la menace que des règles soient considérées comme des obstacles au marché unique pourrait avoir un effet glacial, empêchant les gouvernements ou les municipalités de tenter même d’introduire de nouvelles réglementations sociales ou écologiques.

L’État est crucial pour affronter les catastrophes de front

La Conférence syndicale européenne (CES) a décrit les réformes comme mettant « l’UE sur la voie d’une course vers le bas ».

Entre-temps, les recommandations de l’Observatoire de l’Europe des entreprises, ainsi qu’une nouvelle lettre de signature de la société civile à la Commission européenne, appellent à un recalibrage de la manière dont les règles du marché unique s’appliquent à des éléments tels que les services publics, la justice sociale et les mesures de protection du climat.

Au lieu de supprimer les « obstacles » identifiés par l’industrie au marché unique de l’UE, nous devons nous concentrer sur la suppression des véritables obstacles à une transition socialement et écologiquement juste.

Photo AP/Martin Meissner
Des éoliennes se tiennent dans un parc éolien à Marsberg, juin 2022

Car si la pandémie de COVID-19, le coût de la vie et les crises climatiques nous ont appris quelque chose, c’est que le rôle de l’État est crucial pour affronter ces catastrophes de front.

Pour que l’Europe protège et étende ses services publics et ses protections sociales et s’attaque véritablement à la crise climatique, elle devra tourner le dos au néolibéralisme et prendre des mesures pour moderniser la gouvernance du marché unique afin que les mesures nationales et locales nécessaires à une transition écologique juste soient sauvegardées.

Il faut changer de paradigme. Au lieu de supprimer les « obstacles » identifiés par l’industrie au marché unique de l’UE, nous devons nous concentrer sur la suppression des véritables obstacles à une transition socialement et écologiquement juste.

Laisser un commentaire

quatorze + 8 =