Alors que Big Oil continue de profiter de la guerre en Ukraine, il est temps de fermer l'oléoduc

Jean Delaunay

Alors que Big Oil continue de profiter de la guerre en Ukraine, il est temps de fermer l’oléoduc

Les gouvernements européens ont un choix à faire : continuent-ils de fermer les yeux sur ce prix du sang, ou y font-ils face de front et s’assurent que la bonne chose est faite, écrit Lucy Hall.

Cette semaine, la plus grande compagnie pétrolière russe, Rosneft, a annoncé qu’elle verserait à ses actionnaires 406,5 milliards de roubles (4,08 milliards d’euros) de dividendes pour l’année dernière.

L’un de ces actionnaires est le géant pétrolier britannique BP, qui, bien qu’il se soit engagé à vendre sa participation d’un cinquième dans Rosneft lorsque la Russie a envahi l’Ukraine, détient toujours le même montant qu’au début de la guerre.

BP, qui opère dans sept pays de l’UE, dont l’Allemagne et la Belgique, devrait retirer plus de 80 milliards de roubles (797 millions d’euros) à la major pétrolière russe. Cet argent équivaut à des profits de guerre.

Promesses non tenues

La dernière fois que Rosneft a annoncé des dividendes en décembre 2022, BP a déclaré qu’il « ne reconnaîtrait pas ce dividende comme un revenu ».

Le géant pétrolier a déclaré qu’en vertu de la réglementation russe, les paiements seraient effectués sur « un compte bancaire russe restreint spécifique, dont le contenu ne pourrait pas être transféré hors de Russie sans l’approbation du gouvernement ».

BP a estimé qu’il n’avait « reçu aucun dividende de Rosneft » depuis qu’il avait écrit sa participation, mais les militants ukrainiens ont qualifié les profits pétroliers russes réalisés pendant la guerre illégale du Kremlin en Ukraine de « l’argent du sang ».

Alors pourquoi ces bénéfices ne sont-ils pas remis en cause ?

Malheureusement, la responsabilité ne s’arrête pas à BP. D’autres grandes compagnies pétrolières occidentales, dont Shell et TotalEnergies, sont complices du maintien de la circulation du pétrole russe dans le monde.

Alexei Druzhinin/AP
Ladimir Poutine, à gauche, écoute le PDG russe de Rosneft, Igor Sechin, lors de son vol pour visiter la mine de charbon de Chernigovets, à Beryozovsky, février 2020

Lorsque la guerre en Ukraine a commencé, les entreprises n’ont pas tardé à annoncer qu’elles se retiraient de Russie et, compte tenu des horreurs de l’invasion, elles ont été prises au mot.

Pourtant, cela ne s’est jamais produit. Les compagnies pétrolières occidentales et leurs facilitateurs sont toujours très emmêlés en Russie.

Malheureusement, la responsabilité ne s’arrête pas à BP. D’autres grandes compagnies pétrolières occidentales, dont Shell et TotalEnergies, sont complices du maintien de la circulation du pétrole russe dans le monde.

Pourquoi? Eh bien, en partie parce qu’ils en tirent également d’énormes profits.

Participations à de nouveaux développements et ventes sommaires de carburéacteur

Shell devrait toucher un peu moins de 1,27 milliard d’euros après que la société gazière russe Novatek a fait une offre pour sa participation dans un important développement pétrolier et gazier en Extrême-Orient, Sakhalin-II.

Cet argent couvrirait plus de 10 % des dommages directs causés à l’infrastructure énergétique de l’Ukraine par les attaques russes. Lors de l’assemblée générale annuelle de la société le 23 mai, celle-ci a refusé de répondre à une question sur ce qu’elle ferait de cet argent.

Ivan Sekretarev/AP
Le siège du géant pétrolier russe Rosneft est vu à travers les murs déchiquetés du Kremlin de Moscou, mai 2023

Et pour TotalEnergies ? Ce n’est pas beaucoup mieux. La société française, qui s’est finalement engagée à se retirer « progressivement » de la Russie, détient toujours une participation de 19,4% dans le deuxième producteur de gaz naturel de Russie, Novatek.

À la fin de l’année dernière, Total a annulé 3,37 milliards d’euros sur sa participation dans la société russe.

Cette dépréciation des actifs russes n’est intervenue qu’après qu’il a été révélé qu’un champ gazier sibérien détenu par Total et Novatek fournissait du condensat de gaz à une raffinerie qui produisait du carburéacteur pour les avions de chasse russes.

Tout cela relève de l’hypocrisie

L’argent que des entreprises comme BP, Shell et TotalEnergies ont tiré de la guerre devrait être reversé à la reconstruction verte de l’Ukraine.

L’année dernière, Shell a créé ce précédent lorsque, après avoir acheté de manière opportuniste une cargaison de pétrole brut russe à prix réduit alors que des chars fonçaient sur Kiev, la société s’est excusée et a reversé les bénéfices de la transaction à des organisations humanitaires en Ukraine.

Mais ce don unique ne suffit pas.

Les gouvernements européens ont un choix à faire : continuent-ils de fermer les yeux sur ce prix du sang, ou l’affrontent-ils de front et s’assurent-ils que la bonne chose est faite ?

AP Photo/Evgeny Maloletka
Olga Husak, au centre, rend le dernier salut à son fils tué Andrii Husak à Donetsk, le 11 juillet 2023

Les gouvernements européens ont un choix à faire : continuent-ils de fermer les yeux sur ce prix du sang, ou l’affrontent-ils de front et s’assurent-ils que la bonne chose est faite ?

Ces bénéfices devraient être taxés à 100% et redirigés vers la reconstruction verte de l’Ukraine.

Tout cela équivaut à quelque chose comme de l’hypocrisie. Tout en parlant de reconstruire l’Ukraine, les compagnies pétrolières et gazières occidentales sont en réalité complices du financement de l’invasion illégale du Kremlin.

Les géants des combustibles fossiles donnent la priorité au profit plutôt qu’aux efforts sérieux pour mettre fin à la guerre ; il est temps que les gouvernements occidentaux interviennent.

Laisser un commentaire

vingt + quatorze =