Allemagne, Norvège et Royaume-Uni : les gouvernements prévoient d’augmenter la production de combustibles fossiles malgré les engagements climatiques

Milos Schmidt

Allemagne, Norvège et Royaume-Uni : les gouvernements prévoient d’augmenter la production de combustibles fossiles malgré les engagements climatiques

Les gouvernements prévoient d’augmenter la production de pétrole et de gaz jusqu’en 2050 au moins, révèle une étude soutenue par l’ONU.

Les principaux pays producteurs de combustibles fossiles prévoient d’extraire plus du double de la quantité de combustibles fossiles en 2030 par rapport à l’objectif de l’accord de Paris sur le climat visant à limiter l’augmentation de la température mondiale.

Et ce, malgré les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations et les incendies de forêt fréquents et dévastateurs de ces derniers mois.

La production de charbon doit fortement diminuer pour faire face au changement climatique, mais les plans et projections du gouvernement entraîneraient une augmentation de la production mondiale jusqu’en 2030, selon une étude soutenue par les Nations Unies publiée mercredi.

La production mondiale de pétrole et de gaz, quant à elle, augmenterait au moins jusqu’en 2050, indique le Production Gap Report.

Cela est en contradiction avec les engagements du gouvernement dans le cadre de l’accord sur le climat, qui vise à maintenir la hausse de la température mondiale en dessous de 1,5 degré Celsius.

Écart flagrant entre les objectifs climatiques et l’extraction de combustibles fossiles

Le rapport examine la disparité entre les objectifs climatiques et les plans d’extraction de combustibles fossiles, un écart qui est resté largement inchangé depuis sa première quantification en 2019.

« Les projets des gouvernements visant à accroître la production de combustibles fossiles compromettent la transition énergétique nécessaire pour atteindre zéro émission nette, créant des risques économiques et remettant en question l’avenir de l’humanité », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement, dans un communiqué.

Alors que les dirigeants du monde se réunissent pour un nouveau cycle de négociations des Nations Unies sur le climat à la fin du mois à Dubaï, visant à réduire les gaz à effet de serre, Andersen a déclaré que les nations doivent « s’unir derrière une élimination progressive gérée et équitable du charbon, du pétrole et du gaz – pour faciliter les turbulences à venir et bénéficieront à chaque personne sur cette planète.

Les pays devraient réduire leur production de pétrole et de gaz de 75 pour cent d’ici 2050

Le rapport est produit par le Stockholm Environment Institute, Climate Analytics, E3G, l’Institut international du développement durable et le PNUE.

Ils affirment que les pays devraient viser une élimination quasi totale de la production et de l’utilisation du charbon d’ici 2040 et une réduction combinée de la production et de l’utilisation du pétrole et du gaz des trois quarts d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2020, au minimum.

Mais l’analyse révèle qu’au total, les gouvernements prévoient de produire environ 110 % de combustibles fossiles de plus en 2030 que ce qui est nécessaire pour limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius. C’est 69 pour cent de plus que ce qui serait compatible avec l’objectif moins protecteur de 2 degrés Celsius. Ces écarts mondiaux s’accentuent encore plus vers 2050.

Quels pays sont inclus dans le rapport ?

Peu de temps après la publication du rapport 2021 sur les écarts de production, des négociations de l’ONU sur le climat ont eu lieu à Glasgow, en Écosse. Les gouvernements ont convenu d’accélérer la transition vers l’abandon de l’énergie au charbon « sans relâche », c’est-à-dire des centrales électriques alimentées au charbon où le dioxyde de carbone sort des cheminées.

Une transition vers l’abandon de ce type d’électricité est en cours dans de nombreux endroits, notamment en Allemagne, au Canada, en Afrique du Sud et aux États-Unis. Mais les principaux producteurs de pétrole et de gaz continuent de croître, indique le rapport.

Plus de 80 chercheurs de plus de 30 pays ont contribué, examinant 20 principaux pays producteurs de combustibles fossiles : Australie, Brésil, Canada, Chine, Colombie, Allemagne, Inde, Indonésie, Kazakhstan, Koweït, Mexique, Nigeria, Norvège, Qatar, Russie, Arabie saoudite. Arabie, Afrique du Sud, Émirats arabes unis, Royaume-Uni et États-Unis.

Ils ont constaté que même si la plupart ont lancé des initiatives pour réduire les émissions, aucun ne s’est engagé à réduire suffisamment la production de charbon, de pétrole et de gaz pour limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius.

Ensemble, ces pays représentent 82 pour cent de la production et 73 pour cent de la consommation des combustibles fossiles mondiaux, indique le rapport.

Ploy Achakulwisut, auteur principal et scientifique du SEI, a déclaré que de nombreux gouvernements promeuvent le gaz naturel – qu’elle qualifie de gaz fossile – comme combustible de transition essentiel, mais sans aucun plan apparent pour s’en éloigner plus tard.

Les organisations appellent les gouvernements à réduire la production de combustibles fossiles conformément aux objectifs climatiques et à faire preuve de plus de transparence. Ils souhaitent que les pays les plus riches visent des réductions plus ambitieuses et soutiennent les processus de transition dans les pays les plus pauvres.

Laisser un commentaire

4 × un =