Portuguese youth on 25 April 1974, by Alfredo Cunha

Jean Delaunay

Alfredo Cunha : le photojournaliste qui a défini la révolution des œillets au Portugal

Cinquante ans après la Révolution des œillets, les photographies de Cunha continuent d’immortaliser le coup d’État militaire qui a changé le cours de l’histoire contemporaine du Portugal.

Le 25 avril 1974, Alfredo Cunha travaillait comme photographe pour « O Século », un quotidien publié à Lisbonne.

Il ne savait pas que lorsqu’il partit travailler ce matin-là, il était sur le point de se lancer dans une mission de trois jours qui définirait sa carrière.

Au cours des jours suivants, Cunha, alors âgé de 20 ans, a documenté la révolution des œillets ; le coup d’État presque sans effusion de sang qui a mis fin à plus de quarante ans de régime autoritaire au Portugal et à la plus longue dictature d’Europe.

Aujourd’hui, les tableaux de Cunha sont considérés comme l’un des témoignages les plus importants et les plus complets de la révolution qui tire son nom des fleurs offertes aux soldats et placées dans la bouche de leurs armes.

Amigos Dès maintenant, je reviens au public, à moyen terme, des photos relatives au livre « 25 avril de…

Publié par Alfredo Cunha le mercredi 10 avril 2024

« J’ai quitté le travail le soir et quand je suis rentré à la maison, ma mère m’a dit qu’il y avait une révolution. Je suis retourné au journal ‘O Século’, où je travaillais, et j’ai pris des photos », a déclaré Cunha à L’Observatoire de l’Europe.

Un portrait emblématique

L’une des photographies les plus célèbres de la série de Cunha n’a été publiée qu’en 1994.

Il a été imprimé par le journal « Público » dans le cadre d’un éditorial intitulé « O olhar do capitão » et a contribué à élever la carrière de Cunha.

Portrait de Salgueiro Maia, inédit jusqu'en 1994 : "Le moment où l'homme devient mythe"selon les propres mots du photographe
Portrait de Salgueiro Maia, inédit jusqu’en 1994 : « Le moment où l’homme devient mythe », selon les propres mots du photographe

« Il y a ceux qui considèrent ce portrait comme le portrait du 25 avril. Je pense que c’est un portrait de Salgueiro Maia, rien de plus, mais cela nous amène à un point où l’homme devient un mythe. C’est ce que les gens voient dans ce portrait », a expliqué Cunha.

Une autre photo de sa série montre un groupe de jeunes rassemblés derrière un cordon de soldats. C’est aussi l’un des favoris de Cunha : « C’est un portrait partiel puisqu’il n’y a pas de femmes, mais il nous montre l’état d’esprit de ce jour-là.

« Comment nous étions, comment nous nous habillions, comment nous nous coiffions, si c’était une société multiraciale ou non. Et ça l’était. Je pense que c’est un portrait dans lequel tout est là si on rapproche ces deux visages (les militaires l’homme qui fume et le jeune homme noir à l’arrière). C’est le Portugal des années 1970. »

Une jeunesse portugaise en 1974
Une jeunesse portugaise en 1974

Le photojournaliste primé organise une série d’expositions à travers le Portugal intitulée « Jeudi 25 avril 1974 » pour marquer le 50e anniversaire de la révolution.

Cunha a également publié un livre du même nom en collaboration avec le street artiste portugais Vhils et des textes de Fernando Rosas, Carlos Matos Gomes et Adelino Gomes.

25 avril 1974, Quinta feira ALFREDO CUNHA/VHILS Depuis hier, je reviens au public, à moyen terme,…

Publié par Alfredo Cunha le lundi 12 février 2024

Vhils réinterprète l’œuvre d’Alfredo Cunha

Une série d’œuvres basées sur les photos de Cunha seront également exposées aux chantiers navals Lisnave à Almada, à environ six kilomètres de Lisbonne, pour proposer de nouvelles interprétations.

Laisser un commentaire

1 × 5 =