An Israeli border police officer stands guard at  a bus stop in Ra

Jean Delaunay

Affrontements à la frontière israélo-égyptienne, le ministre israélien exclut un cessez-le-feu, Gaza risque la famine

Les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Échange de tirs le long de la frontière israélo-égyptienne

Israël a déclaré qu’un de ses soldats avait été « légèrement blessé » par des tirs le long de la frontière avec l’Égypte, que le Caire a attribués au trafic de drogue.

Une personne a été tuée en Égypte.

L’armée israélienne a déclaré lundi soir que les combats avaient eu lieu près du poste frontière de Nitzana avec l’Égypte, dans la péninsule du Sinaï.

Il y avait 20 suspects armés, précise-t-on.

Les Israéliens et les suspects ont échangé des tirs, Israël affirmant que « des coups ont été identifiés » parmi les suspects. Il n’a pas donné davantage de détails.

Le soldat israélien touché « a été évacué vers un hôpital pour recevoir des soins médicaux et sa famille a été informée », a indiqué l’armée.

Un communiqué militaire égyptien publié mardi a décrit les suspects impliqués comme tentant de faire passer de la drogue en contrebande. Une personne a été tuée et six personnes ont été arrêtées par la suite.

L’Égypte et Israël ont conclu un accord de paix depuis 1979, mais la guerre de plusieurs mois menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza a tendu les relations.

L’offensive à Gaza sera bientôt réduite, selon le ministre israélien

Le ministre israélien de la Défense a déclaré que l’intense offensive militaire de son pays dans le sud de Gaza serait bientôt réduite.

Il a toutefois exclu un cessez-le-feu.

Lors d’une conférence de presse lundi, Yoav Gallant a déclaré qu’Israël avait récemment mis fin à ses opérations terrestres dans le nord de Gaza après avoir pris le contrôle de la zone. Il a ajouté qu’il s’attendait à des résultats similaires dans le sud également.

« Cela va bientôt se terminer », a-t-il déclaré. « Dans les deux cas, nous atteindrons le moment pour la prochaine étape. »

Cette déclaration intervient un jour après que la Maison Blanche a appelé Israël à réduire son offensive.

Gallant n’a donné aucun détail sur le calendrier et a déclaré qu’Israël visait toujours les dirigeants du Hamas. Il les a qualifiés de « tête du serpent » et a déclaré qu’ils se cacheraient probablement à Khan Younis, la ville du sud où s’est concentrée l’offensive ces dernières semaines.

Gallant a également exclu un cessez-le-feu, affirmant que la pression militaire est le seul moyen d’obtenir la libération de plus de 100 otages toujours détenus par le Hamas.

« Ce n’est qu’en position de force que nous pouvons garantir la libération des otages », a-t-il déclaré.

La famine et la maladie menacent Gaza, prévient le chef de l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU a averti que Gaza était confrontée à « l’ombre longue de la famine » et qu’elle risquait de connaître des épidémies en raison des obstacles à l’aide.

Antonio Guterres n’a pas mentionné Israël nommément dans ses remarques lundi, mais a imputé l’incapacité de répondre aux besoins humanitaires croissants de Gaza aux bombardements généralisés, aux barrières à l’entrée sur le territoire et aux restrictions de distribution à l’intérieur de celui-ci – le tout sous le contrôle d’Israël.

Il s’est dit « profondément troublé par la violation flagrante du droit international humanitaire à laquelle nous assistons ».

Les responsables israéliens ont nié avoir entravé l’acheminement de l’aide, affirmant que l’ONU devait fournir davantage de travailleurs et de camions.

Mais Guterres a déclaré que l’ONU et ses partenaires « ne peuvent pas fournir efficacement une aide humanitaire alors que Gaza est soumise à des bombardements aussi intenses, généralisés et incessants ».

Il a souligné la mort de 152 membres du personnel de l’ONU à Gaza depuis le début de la guerre, « la plus grande perte de vies humaines dans l’histoire de notre organisation ».

Il a appelé à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et à la libération de tous les otages capturés par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre contre le sud d’Israël.

Laisser un commentaire

19 + 5 =