Smashed piggy bank.

Jean Delaunay

À la recherche de la monnaie perdue : les Belges invités à vider leurs poches

Remettre en circulation des pièces oubliées peut réduire les dépenses publiques et aider l’environnement, dit-on aux Belges.

Les Belges sont encouragés à commencer à dépenser leurs pièces cachées afin qu’il n’y ait pas besoin de nouvelle production.

Lundi, le Trésor a lancé une campagne #spendyourchange sur les réseaux sociaux, qui exhorte les particuliers à déterrer leurs centimes oubliés.

Il existe actuellement en Belgique plus de 4,2 milliards de pièces de monnaie, pour une valeur de plus de 1,5 milliard d’euros. Si on les mettait toutes les unes à côté des autres, elles pourraient faire plus de deux fois le tour de la Terre.

Malgré cela, certains commerces belges n’ont toujours pas assez de monnaie à donner aux clients qui paient en espèces. En effet, de nombreuses pièces existantes restent inutilisées.

La campagne #spendyourchange intervient après les avertissements de pénurie de pièces de monnaie émis par un certain nombre de fédérations commerciales clés en Belgique.

Les groupes financiers Febelfin, Comeos et Unzio ont publié en 2022 une déclaration commune sur la « thésaurisation » des pièces de 5, 10 et 20 cents.

«Ces pièces ne circulent pas suffisamment», estiment les fédérations.

« Depuis la crise du coronavirus, les consommateurs utilisent beaucoup moins ces pièces pour payer leurs achats et finissent donc par les stocker, ce qui les empêche de revenir dans le circuit des détaillants et des banques. Cependant, comme les détaillants continuent de demander ces pièces, une pénurie se crée. »

Les transactions numériques ont dépassé les paiements en espèces

Si les Belges ne veulent pas payer avec leurs pièces de rechange, ils ont également la possibilité de les déposer à la banque ou d’en faire don à une œuvre caritative.

En remettant en circulation seulement 2 % des pièces non utilisées, l’État belge estime qu’il pourrait économiser plus de 5 millions d’euros en coûts de production chaque année.

Réduire la création de nouvelles pièces de un cent présente également des avantages environnementaux, car la fabrication et le transport des pièces libèrent d’importantes émissions de dioxyde de carbone.

L’une des principales raisons pour lesquelles les pièces de monnaie sont en sommeil est que de plus en plus de clients se tournent vers les méthodes de paiement numériques.

Selon une étude de la BCE sur les attitudes en matière de paiement, les espèces ont été utilisées pour 59 % des transactions au point de vente dans la zone euro en 2022. Ce chiffre est en baisse par rapport aux 72 % de 2019.

L’étude révèle que même si les consommateurs privilégient les modes de paiement électroniques, ils apprécient également la possibilité de payer en espèces. C’est particulièrement le cas des personnes de 55 ans et plus.

L’Autriche, l’Allemagne et l’Irlande sont les pays où la proportion de citoyens qui préfèrent payer en espèces est la plus élevée, avec des scores respectifs de 45 %, 30 % et 28 %.

À l’autre extrémité du spectre, seulement 7 % des citoyens finlandais ont déclaré préférer les paiements en espèces aux transactions par carte.

Laisser un commentaire

20 + vingt =