A la COP28, 12 000 caméras de surveillance suscitent des inquiétudes sur les libertés publiques

Jean Delaunay

A la COP28, 12 000 caméras de surveillance suscitent des inquiétudes sur les libertés publiques

Les Émirats arabes unis possèdent l’une des concentrations de caméras de surveillance les plus élevées au monde. Certains des membres de la COP sont liés à un groupe émirati accusé d’espionnage.

Lors du sommet climatique COP28 des Nations Unies à Dubaï, les caméras de surveillance semblent être partout où vous vous tournez. Et cela en inquiète certains.

On ne sait pas exactement comment les Émirats arabes unis (EAU), une fédération autocratique de sept cheikhs, utilisent les images qu’ils rassemblent sur leur vaste réseau.

Cependant, le pays a déjà déployé la reconnaissance faciale aux portes d’immigration de l’aéroport international de Dubaï, le plus fréquenté au monde pour les voyages internationaux.

Les caméras de surveillance font de plus en plus partie de la vie moderne.

Cependant, les experts estiment que les Émirats arabes unis possèdent l’une des concentrations de caméras de ce type par habitant les plus élevées au monde, ce qui permet aux autorités de suivre potentiellement un visiteur tout au long de son voyage dans un pays ne bénéficiant pas des protections en matière de liberté civile des pays occidentaux.

« Nous avons simplement supposé à chaque instant de cette conférence que quelqu’un regardait, quelqu’un écoutait », a déclaré Joey Shea, chercheur à Human Rights Watch spécialisé dans les Émirats.

Elle et d’autres militants partent du principe qu’il est impossible d’avoir une conversation privée tout en assistant à la COP28.

Les caméras appartiennent à une société émiratie qui fait l’objet d’allégations d’espionnage en raison de ses liens avec une application de téléphonie mobile identifiée comme un logiciel espion.

La société a également été accusée d’avoir collecté secrètement du matériel génétique auprès d’Américains pour le gouvernement chinois.

Cette société, Presight, est une branche dérivée de la société d’Abou Dhabi G42, supervisée par le puissant conseiller à la sécurité nationale du pays.

12 000 caméras

Plus de 12 000 caméras de la société surveillent les près de 4,5 kilomètres carrés qui composent Dubai Expo City, y compris des caméras portant les logos G42 et Presight placées au-dessus de plusieurs entrées du centre des médias du sommet.

La sûreté et la sécurité de tous les participants, y compris les représentants des médias, les visiteurs et le personnel, ainsi que la confidentialité de leurs données, sont d’une importance capitale pour nous tous.

Comité COP28

G42, également connu sous le nom de Group 42, et Presight n’ont pas répondu à une demande de commentaires de l’Associated Press.

En réponse aux questions de l’Associated Press, le comité émirati organisateur de la COP28 a déclaré qu’un accord entre la branche climatique de l’ONU et le gouvernement des Émirats arabes unis prévoit que seul le Département de la sûreté et de la sécurité de l’ONU ait accès aux données des caméras de sécurité dans la zone bleue, un une vaste zone où les délégués négocient, de plus petites réunions entre organisations non gouvernementales ont lieu et les journalistes travaillent.

« La sûreté et la sécurité de tous les participants, y compris les représentants des médias, les visiteurs et le personnel, ainsi que la confidentialité de leurs données, sont d’une importance capitale pour nous tous », a déclaré le comité dans un communiqué.

« Toutes suggestions ou allégations de violations de la vie privée et d’utilisation abusive des informations personnelles sont infondées ».

Les images de la zone verte du sommet, largement ouverte au grand public, ainsi que du reste de la cité-État, restent entièrement entre les mains des services de sécurité émiratis.

Presight, qui a récemment fait une introduction en bourse à la bourse d’Abou Dhabi, a conclu un accord de 52 millions de dollars (48 millions d’euros) avec Dubai Expo 2020 pour installer des équipements de surveillance sur le site avant l’accueil de l’exposition universelle, selon des documents de la société.

Le matériel marketing de Presight décrit le système de l’entreprise comme ayant « suivi et retracé facilement des millions de personnes et de véhicules » lors de cet événement et ayant « identifié et évité des milliers d’incidents ».

Il n’y a eu « aucun cas d’agression physique ou d’attaque contre un visiteur – 100 % sécurisé », a affirmé Presight.

Lors de la COP28, un journaliste de l’AP a dénombré au moins six caméras au Media Center arborant les logos G42 et Presight, certaines pointées vers des espaces de travail.

D’autres étaient assis dehors le long du parcours d’une manifestation samedi où quelque 500 personnes ont manifesté.

« Intimidation très visible »

Dimanche, les militants ont largement refusé de parler publiquement de la surveillance aux Émirats arabes unis.

Certains retournent soigneusement leur badge d’identification lorsqu’ils participent à des manifestations ou tentent d’éviter de se faire prendre en photo.

L’année dernière, nous avons été témoins d’intimidations très visibles. Cette année, tout est beaucoup plus fluide. Cela laisse donc les gens perplexes et un peu paranoïaques.

Marta Schaaf

Directeur du climat, de la justice économique et sociale, Amnesty International

Marta Schaaf, directrice du département climat, justice économique et sociale et responsabilité des entreprises d’Amnesty International, a déclaré à l’AP que la surveillance apparemment omniprésente aux Émirats arabes unis créait un « environnement de peur et de tension ».

Elle l’a décrit comme plus insidieux que la COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte, qui a vu des membres présumés des services de sécurité s’attarder pour écouter des conversations et prendre ouvertement des photos de militants.

« L’année dernière, nous avons été témoins d’intimidations très visibles », a déclaré Schaaf. « Cette année, tout est beaucoup plus fluide. Donc ça laisse les gens perplexes et un peu paranoïaques ».

Le vaste réseau de caméras de surveillance des Émirats a fait l’actualité pour la première fois en 2010. Ensuite, la police de Dubaï a rapidement reconstitué des images montrant trois douzaines d’agents présumés des services de renseignement israéliens du Mossad, certains habillés en joueurs de tennis, qui ont assassiné le commandant du Hamas Mahmoud al-Mabhouh dans un luxe. hôtel.

Depuis lors, le nombre et la sophistication des caméras ont augmenté. Fin 2016, la police de Dubaï s’est associée à une filiale de la société DarkMatter basée à Abu Dhabi pour utiliser son application de « big data » Pegasus afin de mutualiser des heures de vidéo de surveillance afin de suivre toute personne dans l’émirat.

Utilisation du logiciel espion Pegasus

DarkMatter a embauché d’anciens analystes de la CIA et de la National Security Agency, ce qui a suscité des inquiétudes, d’autant plus que les Émirats arabes unis ont harcelé et emprisonné des militants des droits humains.

En 2021, trois anciens responsables du renseignement et de l’armée américains ont admis avoir fourni une technologie sophistiquée de piratage informatique aux Émirats arabes unis alors qu’ils travaillaient chez DarkMatter.

Ils ont accepté de payer près de 1,7 million de dollars (1,5 million d’euros) pour résoudre les accusations criminelles.

Les personnes accusées ont eu accès pour les Émirats arabes unis à au moins un exploit dit « zéro clic », qui peut s’introduire dans les appareils mobiles sans aucune interaction de l’utilisateur. Et ce, même si DarkMatter affirmait depuis des années qu’il n’avait pas lancé de cyberattaques offensives.

Alors que DarkMatter disparaissait à cause de cette attention, certains membres de son personnel rejoignirent G42. Parmi eux se trouvait Peng Xiao, PDG de G42, qui a dirigé pendant des années le programme Pegasus de DarkMatter. Les documents d’entreprise du G42 citent Cheikh Tahnoon bin Zayed Al Nahyan, le conseiller à la sécurité nationale du pays, comme l’un des administrateurs de la société.

G42 est à l’origine de l’application d’appels vidéo et vocaux ToTok, qui permettait aux utilisateurs de passer des appels Internet longtemps interdits aux Émirats arabes unis. Les États-Unis et les experts ont prévenu qu’il s’agissait probablement d’un outil d’espionnage, ce que le co-créateur de l’application a démenti.

G42 s’est également associé pendant la pandémie à la société chinoise BGI Group, la plus grande société de séquençage génétique au monde qui avait étendu sa portée pendant la crise et cherchait à offrir des services au Nevada aux États-Unis.

L’État a finalement décliné l’offre après les avertissements des responsables fédéraux, rapportait alors l’AP.

Les États-Unis, qui disposent de quelque 3 500 soldats basés aux Émirats arabes unis et servent depuis longtemps de garant de la sécurité, expriment de plus en plus clairement leurs inquiétudes concernant les liens du pays avec la Chine.

Cela a même entraîné une certaine pression sur le G42. Xiao a déclaré cette semaine au Financial Times que son entreprise romprait ses liens avec les fournisseurs de matériel chinois en raison des inquiétudes de partenaires américains comme Microsoft et OpenAI alors qu’elle intensifie ses activités d’intelligence artificielle.

« Pour le meilleur ou pour le pire, en tant que société commerciale, nous sommes dans une position où nous devons faire un choix », a déclaré Xiao au journal. « Nous ne pouvons pas travailler avec les deux parties. Nous ne pouvons pas ».

Laisser un commentaire

un × 3 =