L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Forum des universitaires, journalistes, fonctionnaires pour un libre débat sur l'Europe
A la Une
"Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste" explique Philippe de Villiers dans cet entretien fleuve accordé à Atlantico. Pendant la guerre froide, on pouvait parfaitement être anti-communiste tout en voulant une Europe européenne, non soumise à une puissance étrangère, fût-ce l'ami et allié américain, comme de Gaulle ou Aron. Ce n'était pas le cas de Jean Monnet, Robert Schuman et Walter Hallstein, les "pères fondateurs" européens. Contrairement à ce qui est conté dans les écoles chaque 9 mai, ce n'est pas cette Europe européenne, cette Europe puissance,...
Les premiers juges européens qui par l'arrêt "Costa" imposèrent la primauté du droit européen sur le droit national, étaient, comme les "Pères-fondateurs", nourris à la nouvelle sociologie de la déconstruction qui fermentait sur les campus américains. Pour éviter une nouvelle guerre en Europe, il fallait qu'ils sortent du Politique, pour en faire un marché ouvert et un espace de droits. En ce sens, et comme Monnet l'annonce au terme de ses Mémoires, l'intégration européenne n'est qu'une colline sur la route de globalisation. C'est ce qu'explique Christophe Beaudouin dans une longue interview au mensuel "La Nef". Il évoque...
Le Brexit sans accord qui se profile montre les limites que les promoteurs de l’idée d’une intégration supranationale sans limite trouvent devant eux pour définir un "Bien commun" à l’échelle des peuples européens. Par définition le sentiment commun d’appartenance à l’Europe est beaucoup plus limité dans son objet et ses effets, qu’au sein d’un même peuple. Or, il n'y a pas de peuple européen au singulier. Le choix d'un peuple de l'Union de récupérer sa souveraineté appelle les autres peuples européens à la réflexion. Le Brexit est la première illustration concrète de la liberté de retrait des Etats membres de l’Union...
Soft power, pouvoir financier, marché du travail flexible et réservoir de main-d’oeuvre, immigration choisie, économie du savoir, cheval de Troie de la Chine en Europe, croissance et plein emploi hors zone euro, exportations : tels sont les atouts considérables du Royaume Uni pour reconquérir son destin planétaire. Marc Roche fût correspondant au Monde pendant vingt-cinq ans, aujourd'hui au Point, à la BBC et au Soir. Il développe une thèse dérangeante pour ses amis du vieux continent, une autre vision que celle, catastrophiste, selon laquelle il n'y aurait point de salut hors de l'Union européenne. Il propose une vision...
Dans une étude prospective de la situation mondiale à l’horizon de 2040, des analystes allemands livrent plusieurs scénarios, allant de la propérité à l’effondrement de l’Union européenne. L’Europe a en effet "perdu ses avantages compétitifs globaux. Un monde de plus en plus désordonné, chaotique et déchiré par des conflits change complètement le cadre de l'Allemagne et de l'UE du point de vue de la politique de sécurité." Des analystes du ministère allemand de la Défense n’excluent pas l’effondrement de l’Union européenne et une réorganisation complète de l’ordre mondial existant, écrit Der Spiegel, fondant sa...
L’industrie gazière aurait dépensé plus de 100 millions d’euros en 2006 pour son lobbying auprès des institutions européennes en vue de la construction de nouvelles infrastructures gazières inutiles – y compris en France – et contradictoires avec les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris. Alors que la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP23) débute ce lundi 6 novembre à Bonn, les organisations Corporate Europe Observatory, l’Observatoire des multinationales, les Amis de la Terre et Attac France publient un nouveau rapport intitulé « L’Europe enlisée dans le gaz - Les lobbies...
Contre la délocalisation du travail, les OPA et la déresponsabilisation générale : l'actionnariat universel, pour permettre à tous les Français, salariés ou retraités, de devenir actionnaires, et donc propriétaires de leur entreprise. Aujourd'hui, un quart seulement des salariés français bénéficient d'un mécanisme de participation, dont 1,6 millions d'actionnaires-salariés. Qu'en est-il dans le reste de l'Europe ? Que font les Américains ? Faut-il aller plus loin ? Nous présenterons ici les mécanismes de la participation dans sa double dimension - financière et décisionnelle - (I) , puis un aperçu de ce que font d'autres...
Présent à Hambourg pour le sommet du G20 les 7 et 8 juillet, le président américain a promis au Royaume-Uni qu’un accord commercial entre Washington et Londres pourrait être signé « très très rapidement ». Il faut cependant faire preuve de grande prudence. La déclaration est jusqu’à présent passée presque inaperçue. Si elle est suivie d’effet, elle constitue pourtant une véritable bombe atomique Présent à Hambourg pour le sommet du G20 les 7 et 8 juillet, le président américain a promis au Royaume-Uni qu’un accord commercial entre Washington et Londres pourrait être signé « très très rapidement ». Certes,...
Il y a soixante ans, le grand - et finalement dernier - socialiste français, Pierre Mendès-France, livrait à la tribune de l'Assemblée nationale sa vision décapante du projet de traité qui serait signé à Rome le 25 mars de la même année. Fustigeant à la fois le retour improbable de ce libéralisme dix-neuvièmiste fauteur de tant de crises et la sortie du Démocratique pour le Technique, les préventions très gaulliennes du grand Mendès, allaient hélas s'avérer prophétiques : "Le projet de marché commun tel qu’il nous est présenté est basé sur le libéralisme classique du XIXe siècle, selon lequel la concurrence pure et simple...
"En renonçant à la forme nationale, nous risquons de sortir du Politique - après être sortis du Religieux - et donc de la démocratie au sens de « gouvernement de soi ». Mais la grande querelle européenne, qui opposa longtemps les partisans de l’Europe des nations à ceux de l’Europe fédérale, n’a plus lieu d’être. L’Union aujourd’hui n’est ni l’une, ni l’autre. Elle a d’ailleurs elle-même mis fin de longue date à la préférence communautaire, sa raison d’être, pour passer au libre-échange mondial. Le sacrifice des souverainetés et frontières nationales n’a accouché d’aucune souveraineté européenne ni par conséquent d'aucune...
Les attentats qui ont endeuillé Paris le vendredi 13 novembre nous horrifient et nous révoltent. Certes, ce n’est pas la première fois que Paris est ainsi ensanglanté. Le souvenir de la tragédie qui s’était déroulée à la rédaction de Charlie-Hebdo et au magasin Hyper-Casher en janvier dernier est encore frais dans nos mémoires. Nous continuons d’en pleurer les morts. Mais, les carnages de ce 13 novembre marquent un saut qualitatif dans l’horreur et l’abjection. Le temps du deuil et du recueillement dû aux victimes et à leurs proches s’impose. Le temps de l’action viendra ensuite. Mais, il importe qu’il soit éclairé par le...
La Commission européenne, en autorité morale suprême, le Vatican de Bruxelles, tresse des lauriers à la France pour l'accueil de sa part des quotas et lui distribue des bons points. Merci Madame la Commission, vous êtes trop bonne, merci pour ce bon point. qu'une Europe, qui tolère en laissant faire, à deux pas de ses frontières, par aveuglement, par bêtise et par lâcheté, la résurgence d'un marché aux esclaves sexuelles Yézidies ou chrétiennes et qui s'enivre de bons sentiments et de bonne conscience en abolissant soudain de facto ses frontières, est une Europe à la dérive, une Europe qui fuit le réel, une Europe qui...
Le dernier vrai gaulliste vient-il d'outre-Manche ? On pourrait le croire, en ouvrant le blog de Daniel Hannan et sa fameuse chronique "Ici Londres" illustrée du microphone dans lequel le général de Gaulle lança son appel depuis la BBC le 18 juin 1940. Réveillant un vieux et beau mot oublié de la langue française - "résistance" - cet appel "venu du fond des âges" n'aurait pu être lancé sans l'aide du Premier ministre Winston Churchill qui dût imposer à son secrétaire d'Etat Hallifax que de Gaulle accède au micro de la BBC Internationale. Hallifax était alors conseillé par un certain...Jean Monnet. Le futur "père de...
Une Europe déracinée est-elle encore l'Europe ? Dans son célèbre dialogue avec Malraux à Colombey ("Les chênes qu'on abat", Gallimard, 1971), de Gaulle lance ceci : "L'Europe, vous le savez comme moi, sera un accord entre les États, ou rien. Donc, rien. Nous sommes les derniers Européens de l'Europe, qui fut la Chrétienté." Alors que les partis démocrates-chrétiens furent justement les artisans de l'intégration supranationale à visée fédérale depuis soixante-dix ans, force est de constater que la machinerie européenne s'est retournée contre les valeurs de ses promoteurs. En liquidant les Etats-nations - rendus...
Comment les Européens ont-ils pu basculer, sans bruit, sans violence et presque sans s’en apercevoir, dans un régime antidémocratique ? Comment ont-ils pu laisser leurs gouvernements renoncer progressivement à ce qui leur était le plus cher : leurs libertés, à commencer par celle de choisir souverainement leur destin, ainsi que leurs communautés nationales ? Cette préservation des souverainetés était une condition impérieuse de la paix : l’Histoire nous enseigne que les démocraties modernes ne se font jamais la guerre entre elles. À l’heure où la dette publique, la pauvreté, la crise d’identité et la défiance populaire...
Ouvrant les journées parlementaires du Groupe "Europe des Libertés et des Démocraties" au Parlement européen, Philippe de Villiers fustige le "mensonge" européen originel de la "souveraineté partagée", qui aboutit aujourd'hui à ce qu'il appelle "un système monstrueux, post-démocratique, répondant dans le triptyque d’Aristote au troisième terme qu’on n’avait jamais appliqué complètement à une telle échelle : l’oligarchie". Les faits donnent chaque jour un peu plus raison à celui qui porta le "non" au traité de Maastricht en 1992 et à la Constitution européenne en 2005. Cette oligarchie, répète Philippe de Villiers, est au...
Dans un livre sur "La démocratie à l'épreuve de l'intégration européenne" (LGDJ éd.), Christophe Beaudouin, docteur en droit, accuse les classes dirigeantes d'avoir utilisé le rêve européen pour trahir la démocratie : "Sentant le vide ronger la nation de l'intérieur, l’élite française n’imaginait plus depuis longtemps, pour la nation, de destin propre. Plutôt que de penser une architecture européenne souple conjuguant respect des démocraties, besoin de frontières et économie de marché, les États d’Europe se collèrent les uns aux autres sous l’égide de l’administration bruxelloise, comme des poules malades dans un coin du...
Kai A. Konrad, conseiller en chef du ministre allemand des Finances, s’attend à l’effondrement de la zone euro. Il propose que l’Allemagne quitte l’union monétaire – c’est l’Europe, non l’euro, qu’il faudrait sauver selon lui. L’économiste du Max-Planck-Institut et conseiller scientifique en chef du Ministère des Finances, Kai A. Konrad, craint que le ralentissement de la dynamique économique constaté dans l’ensemble de l’Europe n’en vienne à s’accélérer notablement. Il affirme qu’en cas de crise grave l’Allemagne devrait abandonner l’euro. La crainte que cette sortie ne provoque une catastrophe pour l’économie allemande...
1 2 3 4 5 » ... 12



LE LIVRE DU MOIS - L’Union européenne est devenue la première source du droit dans chacun des États membres. Etudiants, juristes, citoyens : vous ne pouvez plus l'ignorer.