Activists protest against fossil fuels at the COP28 UN Climate Summit, 5 December 2023, in Dubai, United Arab Emirates.

Jean Delaunay

72 % de la population mondiale soutient l’élimination progressive des combustibles fossiles – mais un pays d’Europe de l’Est s’y oppose

La plus grande enquête publique jamais réalisée sur le changement climatique montre un large soutien en faveur d’une action plus forte.

Environ 80 pour cent des Italiens souhaitent que leur pays se concentre sur la protection et la restauration de la nature. Pourtant, le gouvernement a été l’un des rares à voter lundi contre la loi historique de l’UE sur la restauration de la nature.

Ce n’est là qu’un petit aperçu du Vote du Peuple pour le Climat, la plus grande enquête d’opinion publique jamais réalisée sur le changement climatique, publiée aujourd’hui.

Les personnes interrogées du monde entier ont fait écho à cet appel aux gouvernements pour qu’ils en fassent davantage, 80 % d’entre elles déclarant vouloir une action plus forte contre le changement climatique.

Un nombre encore plus élevé – 86 pour cent – ​​souhaitent que leurs pays mettent de côté leurs différences géopolitiques et travaillent ensemble sur les questions ayant un impact sur notre planète. Dans l’UE, ce chiffre s’élève à 92 pour cent.

Couvrant 77 pays et 87 pour cent de la population mondiale, l’enquête a été menée conjointement par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Université d’Oxford au Royaume-Uni.

L’étude a également interrogé les répondants sur des sujets tels que l’anxiété climatique et l’élimination progressive des combustibles fossiles. Voici ce qu’il a trouvé.

L’opinion publique mondiale est-elle favorable à l’élimination progressive des combustibles fossiles ?

L’enquête révèle que près des trois quarts (72 %) des personnes dans le monde souhaitent abandonner rapidement les combustibles fossiles au profit d’énergies propres.

Dans l’UE, ce chiffre s’élève à 77 %, ce qui témoigne d’un large soutien à l’action climatique, malgré les craintes que les récents résultats des élections ne bloquent les progrès du Green Deal.

Parmi les principaux partisans d’une élimination progressive figurent bon nombre des plus grands producteurs mondiaux de pétrole, de charbon et de gaz, notamment le Nigéria et la Turquie (tous deux à 89 pour cent), la Chine (80 pour cent), l’Allemagne (76 pour cent), l’Arabie saoudite (75 pour cent). pour cent), l’Australie (69 pour cent) et les États-Unis (54 pour cent).

L’Italie a également montré un fort soutien avec 89 pour cent de personnes en faveur.

La Russie est le pays le moins favorable à une transition rapide vers l’abandon des combustibles fossiles, avec seulement 16 % des sondés en faveur.

Seulement 7 pour cent des personnes dans le monde ont déclaré que leur pays ne devrait pas du tout faire de transition.

Les gens veulent une action climatique plus forte de la part des gouvernements

Les citoyens de 20 des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre au monde estiment que leurs gouvernements n’en font pas assez pour lutter contre le changement climatique.

Les Italiens ont montré le plus grand soutien à une action climatique plus forte, avec 93 pour cent des personnes votant en faveur. En Iran, 88 pour cent des personnes étaient d’accord, 85 pour cent au Brésil, 77 pour cent en Afrique du Sud et en Inde, 73 pour cent en Chine, 67 pour cent en Allemagne et 66 pour cent aux États-Unis et en Russie.

En particulier, 78 pour cent des personnes interrogées souhaitaient que leur pays offre davantage de protection contre les conditions météorologiques extrêmes, et 81 pour cent des personnes interrogées ont déclaré que leur pays devrait faire beaucoup pour protéger et restaurer la nature.

Quatre cinquièmes des personnes interrogées ont déclaré souhaiter davantage d’éducation sur le changement climatique dans les écoles.

Dans de nombreux pays à fortes émissions, les femmes étaient plus susceptibles de soutenir le renforcement des engagements climatiques de leur pays. Cette tendance a été plus clairement observée en Allemagne, où 75 pour cent des femmes ont voté pour contre 58 pour cent des hommes.

Les gens s’inquiètent-ils du changement climatique ?

Dans le monde entier, 56 pour cent des personnes interrogées déclarent penser régulièrement au changement climatique, chaque jour ou chaque semaine. Dans les pays les moins avancés (PMA), qui contribuent le moins au changement climatique mais en subissent les pires effets, ce chiffre est passé à 63 pour cent.

L’anxiété climatique augmente d’année en année, avec 53 pour cent des personnes interrogées se disant plus préoccupées par le changement climatique maintenant que l’année dernière et 43 pour cent affirmant que les événements météorologiques extrêmes ont été pires que d’habitude cette année.

Dans les neuf petits États insulaires en développement (PEID) interrogés – y compris Vanuatu, qui risque d’être submergé par les eaux d’ici la fin du siècle – 71 pour cent des personnes interrogées se disent plus préoccupées par le changement climatique aujourd’hui que l’année dernière.

Ces craintes ont un impact réel sur bon nombre des personnes les plus vulnérables de la planète. Dans les PMA, 74 pour cent des personnes interrogées ont déclaré que les décisions importantes comme le lieu de résidence ou de travail et quoi acheter étaient affectées par le changement climatique.

En Europe occidentale et septentrionale, ce chiffre est tombé à 52 pour cent, tandis qu’en Amérique du Nord, il était de 42 pour cent.

Ces résultats sont la preuve indéniable que partout dans le monde, les citoyens soutiennent une action climatique audacieuse.

Cassie Flynn

PNUD

L’enquête était un « immense effort scientifique » qui a produit « certaines des données mondiales de la plus haute qualité disponible sur l’opinion publique sur le changement climatique », explique le professeur Stephen Fisher du département de sociologie de l’Université d’Oxford.

Des efforts particuliers ont été déployés pour inclure les personnes issues des groupes marginalisés des régions les plus pauvres du monde, notamment neuf pays qui n’avaient jamais été interrogés sur le changement climatique auparavant.

« Ces résultats sont la preuve indéniable que les gens du monde entier soutiennent une action climatique audacieuse », déclare Cassie Flynn, directrice mondiale du changement climatique au PNUD. Elle estime que l’enquête devrait éclairer la prochaine série d’engagements de l’Accord de Paris, qui devrait être décidée par les dirigeants mondiaux en 2025.

« Les deux prochaines années constituent l’une des meilleures chances dont nous disposons en tant que communauté internationale pour garantir que le réchauffement reste inférieur à 1,5°C », ajoute-t-elle.

Grâce à son initiative Climate Promise, le PNUD vise à aider les décideurs politiques à accroître leurs ambitions en matière de climat et à exécuter avec succès leurs plans d’action.

Les principaux objectifs pour 2030 comprennent la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’élimination progressive des combustibles fossiles, le triplement de l’approvisionnement en énergies renouvelables et la prévention de la déforestation.

Laisser un commentaire

16 − 16 =