5 choses à savoir sur les résultats des élections européennes

Martin Goujon

5 choses à savoir sur les résultats des élections européennes

BRUXELLES — Les conservateurs européens sont aux anges.

Le Parti populaire européen (PPE) a remporté une nette victoire lors des élections au Parlement européen de dimanche, renforçant son emprise sur la chambre alors même que les groupes d’extrême droite ont réalisé des gains importants à travers le bloc.

La force de centre-droit est en passe d’avoir environ 184 législateurs au Parlement, soit un quart des 720 que compte l’hémicycle, selon des données provisoires. C’est le seul parti centriste à avoir progressé lors de ces élections : le groupe de centre-gauche des Socialistes et Démocrates (S&D) est resté stable, tandis que le groupe libéral Renew Europe a été décimé.

De par sa position de pouvoir, le PPE est le mieux placé pour définir la politique européenne, en faisant pencher l’agenda vers la droite. « Nous sommes le parti de l’industrie, nous sommes le parti des zones rurales, nous sommes le parti des agriculteurs d’Europe », a récemment déclaré à L’Observatoire de l’Europe Manfred Weber, président du groupe PPE au Parlement.

Si le PPE pourrait à nouveau rejoindre une grande coalition avec les socialistes et les libéraux, il pourrait également négocier des relations de travail sur certaines questions avec des partis plus à droite – s’il peut le faire sans s’aliéner ses alliés centristes.

Comme le prédisaient les sondages, les forces d’extrême droite ont réalisé des progrès majeurs dans l’ensemble du bloc. En France, le Rassemblement national a récolté près d’un tiers des voix, se consolidant ainsi comme le principal groupe ultranationaliste au prochain Parlement. Les Frères d’Italie du Premier ministre italien Giorgia Meloni ont également grimpé en flèche, avec plus d’un quart des électeurs soutenant le groupe.

Les deux groupes du Parlement européen les plus à droite du spectre, les Conservateurs et réformistes européens (ECR) et le groupe Identité et démocratie (ID), contrôleront 131 sièges dans la chambre. C’est sans compter les 15 députés d’Alternative pour l’Allemagne, les 10 représentants du parti Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, les six membres du parti de la Confédération polonaise ou les trois membres du parti bulgare pro-Renaissance du Kremlin.

L’avancée de Meloni en Italie a sapé la Ligue ; Autrefois parti leader au sein du groupe Identité et Démocratie, il a perdu dimanche les deux tiers de ses sièges. En Espagne, le parti Vox a également été fragilisé par The Party is Over, un nouveau parti dirigé par la personnalité Internet d’extrême droite Alvise Pérez. Ce nouveau groupe a obtenu trois sièges qui auraient pu revenir à Vox, qui a doublé sa représentation et comptera six législateurs à Bruxelles au cours du prochain mandat.

Si l’extrême droite devait former un seul groupe, elle serait la deuxième force en importance au Parlement, derrière le Parti populaire européen, traditionnellement dominant. Les rivalités et les désaccords au sein de l’UE rendent ce scénario peu probable, mais sa taille même exercera néanmoins une pression vers la droite sur la politique de l’UE.

Les résultats de dimanche suggèrent que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a de bonnes chances de rester en fonction, mais pas certaines.

Si elle obtient le soutien des dirigeants nationaux de l’UE, elle devra obtenir que le Parlement confirme sa candidature. En 2019, elle a été élue avec les voix du PPE, du S&D et de Renew Europe. La même coalition pourrait, en principe, lui apporter une autre majorité.

Elle devra compter soigneusement les chiffres car le vote sur sa candidature est secret. La dernière fois qu’elle a demandé le soutien du Parlement, il y a cinq ans, elle pouvait en théorie compter sur le soutien des 440 députés appartenant aux trois groupes centristes, mais elle n’a obtenu que 383 voix.

Cette fois, les trois groupes représenteront plus de 400 des 720 législateurs de l’hémicycle. Cela devrait suffire si tous leurs membres votent pour elle, mais il n’est pas certain qu’ils le feront tous : même certains partis du PPE ont déclaré qu’ils ne la soutiendraient pas.

Après cinq années au cours desquelles Bruxelles a fait du Green Deal son thème phare, les électeurs se sont retournés contre les partis écologiques et ont éliminé leurs représentants du Parlement.

Les pertes les plus importantes des Verts sont venues des délégations représentant la France et l’Allemagne, qui représentaient la moitié des effectifs du mouvement au Parlement. Malgré de légères avancées dans des pays comme les Pays-Bas et le Danemark, le groupe perdra plus d’une douzaine de législateurs, passant du quatrième au sixième parti à la chambre.

Le groupe Renew Europe – le troisième pilier de la grande coalition à trois qui a dominé le Parlement au cours des cinq dernières années – a été battu dimanche.

En France, le parti d’Emmanuel Macron a implosé lorsque les électeurs ont exprimé leur frustration à l’égard du gouvernement national en votant pour l’extrême droite. La filiale espagnole du groupe, Ciudadanos, a complètement disparu : les sept sièges qu’elle possédait au Parlement ont tous été absorbés par le Parti populaire de centre-droit. Des pertes ont également été constatées parmi les groupes apparentés en Roumanie, au Danemark et en Estonie.

Avec environ 14 pour cent des sièges au Parlement, Renew a passé la majeure partie du mandat précédent à jouer le rôle de faiseur de roi. Il est désormais peu probable que le parti ait autant de pouvoir en raison de sa petite taille – une évolution qui est une mauvaise nouvelle pour des personnalités comme Macron, qui espérait l’utiliser pour promouvoir sa vision de l’Europe à Bruxelles.

Comme c’est généralement le cas lors des élections au Parlement européen, les citoyens de tout le bloc ont utilisé leur vote comme un référendum de facto sur leur gouvernement national. En France, la victoire écrasante remportée par le Rassemblement national d’extrême droite a poussé le président Emmanuel Macron à réagir en dissolvant l’Assemblée nationale et en convoquant des élections anticipées.

Alors qu’aucun autre dirigeant national n’a réagi de manière aussi dramatique, les résultats négatifs des partis au pouvoir dans des pays comme l’Allemagne et la Hongrie ont été interprétés comme un coup dur pour leurs dirigeants respectifs.

Au Danemark, les sociaux-démocrates de la Première ministre Mette Frederiksen ont conservé leurs sièges lors d’un vote organisé sous forme de référendum sur la gestion de l’immigration par son gouvernement centriste. En Espagne, une tentative de présenter l’élection comme un plébiscite sur le Premier ministre Pedro Sánchez a échoué : son parti socialiste est presque à égalité avec le Parti populaire de centre-droit, sapant ainsi la tentative des conservateurs d’utiliser les résultats pour faire tomber son gouvernement de coalition minoritaire.

Laisser un commentaire

quatre × 1 =