5 choses à savoir sur les résultats des élections européennes

Martin Goujon

5 choses à retenir sur les conséquences des élections européennes

BRUXELLES — Les conservateurs européens sont aux anges.

Le Parti populaire européen (PPE) a remporté une nette victoire lors des élections de dimanche, renforçant son emprise sur l’hémicycle strasbourgeois, alors même que les groupes d’extrême droite ont fortement progressé dans l’ensemble de l’UE.

Le groupe de centre droit est en passe d’avoir environ 184 députés au Parlement, soit un quart des 720 sièges de l’hémicycle strasbourgeois, selon des données provisoires. C’est la seule composante de la grande coalition centriste, qui a dominé le Parlement au cours des cinq dernières années, à avoir progressé lors de ces élections : les Socialistes et Démocrates de centre gauche (S&D) sont restés stables, tandis que le groupe libéral Renouveler a été décimé.

En position de force, le PPE est le mieux placé pour définir la politique de l’UE, en faisant pencher la ligne vers la droite. «Nous sommes le parti de l’industrie, nous sommes le parti des zones rurales, nous sommes le parti des agriculteurs de l’Europe», a récemment indiqué Manfred Weber, le chef du PPE, à L’Observatoire de l’Europe.

Le PPE pourrait à nouveau rejoindre une grande coalition avec les socialistes et les libéraux. Il pourrait également chercher à travailler avec des partis plus à droite sur certaines questions — s’il peut le faire sans s’aliéner ses alliés centristes.

Comme le prévoyaient les sondages, les forces d’extrême droite sont en forte progression dans l’ensemble de l’Union. En France, le Rassemblement national a recueilli près d’un tiers des voix, s’affirmant ainsi comme le principal groupe ultra-nationaliste au sein du prochain Parlement. Le parti Fratelli d’Italia de la Première ministre italienne Giorgia Meloni a également fait un lien, en obtenant le soutien de plus d’un quart des électeurs.

Les deux groupes les plus à droite du Parlement européen, les Conservateurs et réformistes européens (CRE) et le groupe Identité et Démocratie (ID), contrôleront 131 sièges dans l’hémicycle. Et cela sans compter les quinze députés de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), les dix élus du Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, les six membres du parti polonais Confédération et les trois représentants du parti bulgare pro-Kremlin Vazrazhdane (Réveil).

La progression de Meloni en Italie a affaibli la Ligue, le parti de Matteo Salvini, qui était le principal parti du groupe ID et qui a perdu deux tiers de ses sièges dimanche. En Espagne, le parti Vox a également été affaibli par «Je vais à la fête» (« La fête est terminée »), un nouveau parti dirigé par Alvise Pérez, une personnalité d’extrême droite qui a construit sa popularité sur internet. Cette nouvelle formation a obtenu trois sièges qui pourraient revenir à Vox. Ce dernier double sa délégation, avec six eurodéputés au cours de la prochaine législature.

Si l’extrême droite devait être un groupe unique, elle serait la deuxième force au Parlement, derrière le PPE, traditionnellement dominante. Les rivalités et les désaccords dans ses rangs rendent ce scénario improbable, mais son poids exercera une pression à droite sur la politique de l’UE.

Les résultats de dimanche révèlent que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a de bonnes chances de rester à son poste, mais rien n’est sûr.

Si elle obtient le soutien des dirigeants nationaux de l’UE, elle devra ensuite avoir la confirmation de sa candidature par le Parlement. En 2019, elle a été élue avec les voix du PPE, du S&D et de Renew. La même coalition pourrait, en principe, lui fournir une nouvelle majorité.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a de bonnes chances de rester à son poste, mais rien n’est sûr. | Maja Hitij/Getty Images

Elle devra compter ses troupes avec soin, car le vote sur sa candidature est secret. La dernière fois qu’elle a demandé le soutien du Parlement, il y a cinq ans, elle pouvait théoriquement compter sur l’appui des 440 eurodéputés appartenant aux trois groupes de la grande coalition centriste, mais elle n’a obtenu que 383 voix.

Cette fois, PPE, S&D et Renew auront plus de 400 des 720 sièges de l’hémicycle. Cela devrait suffire si tous leurs membres votent pour elle, mais il n’est pas certain qu’ils le feront tous : Même certains partis du PPE ont déclaré qu’ils ne la soutiendraient pas.

Après cinq années au cours où Bruxelles a fait du Pacte vert son cheval de bataille, les électeurs se sont retournés contre les partis écologistes.

Les pertes les plus importantes des Verts proviennent des délégations françaises et allemandes, qui représentaient la moitié des forces du groupe au Parlement. Malgré de légères avancées dans des Etats comme les Pays-Bas et le Danemark, les Verts perdent plus d’une douzaine d’eurodéputés, passant ainsi de quatrième à sixième parti de l’hémicycle.

Le groupe Renew, troisième pilier de la grande coalition, a été battu dimanche.

En France, le parti d’Emmanuel Macron a implosé lorsque les électeurs ont exprimé leur frustration à l’égard du gouvernement en votant pour l’extrême droite. La branche espagnole du groupe, Ciudadanos, a complètement disparu : les sept sièges qu’elle détenait au Parlement ont tous été absorbés par le Parti populaire, de centre droit. Des pertes ont également été constatées parmi les formations apparentées en Roumanie, au Danemark et en Estonie.

Avec environ 14% des sièges du Parlement, Renew a passé la majeure partie de la législature précédente à jouer le rôle de faiseur de rois. Désormais, le parti n’aura probablement plus autant de pouvoir en raison de sa taille réduite — une mauvaise nouvelle pour des personnalités comme Macron, qui espérait l’utiliser pour promouvoir sa vision de l’Europe à Bruxelles.

Le groupe Renew, troisième pilier de la grande coalition, a été battu dimanche. | Ludovic Marin/Getty Images

Comme c’est généralement le cas lors des élections du Parlement européen, les citoyens de l’ensemble de l’Union ont utilisé leur vote comme pour un référendum sur leurs gouvernements nationaux.

En France, la victoire écrasante du Rassemblement national a poussé Emmanuel Macron à réagir, en dissolvant l’Assemblée nationale et en convoquant des élections anticipées.

Alors qu’aucun autre dirigeant national n’a réagi de manière aussi spectaculaire, les résultats négatifs pour les partis au pouvoir dans des pays comme l’Allemagne et la Hongrie ont été interprétés comme des revers pour leurs dirigeants respectifs.

Au Danemark, les sociaux-démocrates de la Première ministre Mette Frederiksen ont conservé leurs sièges lors d’un examen considéré comme un référendum sur la gestion de l’immigration par son gouvernement centriste.

En Espagne, la tentative de présenter l’élection comme un plébiscite sur le Premier ministre Pedro Sánchez a échoué : son Parti socialiste a presque fait jeu égal avec le Parti populaire, symbolisant les conservateurs d’utiliser les résultats pour faire tomber son gouvernement de coalition minoritaire.

Cet article a d’abord été publié par L’Observatoire de l’Europe en anglais et a été édité en français par Jean-Christophe Catalon.

Laisser un commentaire

trois × quatre =