Listening to music = cash?

Jean Delaunay

15 000 artistes européens gagnent plus de 10 000 euros, selon les données Spotify

De nouvelles données de Spotify montrent combien les artistes européens gagnent grâce aux redevances. Mais dans quelle mesure l’industrie est-elle en bonne santé ?

Spotify a mis à jour son rapport annuel sur la musique Loud & Clear avec des données spécifiques à l’Europe. Le rapport 2024, qui retrace les revenus d’audience et des artistes en 2023, révèle que les artistes européens ont généré près de 1,5 milliard d’euros au cours de l’année écoulée.

Pour les artistes européens, c’est 16 % de plus que les chiffres de 2022, et cela représente une multiplication par trois par rapport à 2017.

Les chiffres globaux des musiciens européens sur Spotify semblent positifs, les artistes du continent ayant été découverts par de nouveaux auditeurs environ 28 milliards de fois au cours de l’année dernière. En ce qui concerne la manière dont cette audience se traduit en carrières artistiques, 15 000 artistes européens ont gagné plus de 10 000 € au cours de l’année écoulée.

Les artistes gagnant au moins 5 000 € grâce à leurs streams Spotify portent ce chiffre à 25 000.

« Chaque année, Spotify verse de plus en plus d’argent en redevances de streaming, ce qui se traduit par des revenus et une croissance records pour les ayants droit au nom des artistes et des auteurs-compositeurs », commente Federica Tremolada, directrice générale de Spotify pour l’Europe.

Tremolada poursuit en déclarant que « rien qu’au cours de l’année dernière, nous avons versé près de 1,5 milliard d’euros aux artistes européens, avec plus de 15 000 artistes européens générant plus de 10 000 euros de revenus. Nous sommes ravis de voir les artistes européens continuer à accroître leurs revenus et leur visibilité à travers le monde.

Bien que 10 000 € ne soient pas exactement suffisants pour que ces artistes puissent survivre seuls, en plus des revenus provenant des tournées et des produits dérivés, cela dresse un tableau de la santé globale de l’industrie musicale à travers l’Europe.

Répartition des chiffres

Le rapport Loud & Clear a également ajouté quelques chiffres spécifiques à chaque pays avec des analyses provenant de l’Allemagne, de la France et de l’Italie.

En Allemagne, plus de 1 000 artistes ont reçu plus de 50 000 € de redevances. C’est le quadruple du chiffre enregistré par Spotify en 2017. Les revenus totaux des artistes allemands ont dépassé 409 millions d’euros.

Les artistes italiens ont enregistré des chiffres tout aussi impressionnants, quoique à des niveaux légèrement inférieurs. Les artistes du pays ont généré 126 millions d’euros de redevances en 2023, dont plus de 1 200 ont gagné plus de 10 000 euros, soit le triple du chiffre de 2017.

En France, les données se sont davantage concentrées sur l’impact de la musique française sur la base d’utilisateurs mondiale du service de streaming. Plus de la moitié des revenus générés par les artistes français proviennent de l’étranger, ce qui témoigne de l’impact mondial de la production musicale nationale.

À quel point est-il sain, vraiment ?

Dans ce contexte, l’industrie musicale n’a jamais été dans une situation aussi saine, avec plus de musiciens que jamais recevant des rémunérations plus élevées. Pourtant, le tableau général brossé par la grande majorité des artistes de l’industrie musicale est celui d’un paysage dans lequel la sécurité financière est plus précaire que jamais.

La chanteuse et compositrice britannique Nadine Shah a récemment admis qu’elle ne participerait pas au festival de Glastonbury de cette année car ce n’était pas financièrement viable pour elle. « J’aurais aimé mais on ne m’a pas proposé de scène télévisée, alors j’ai refusé. Autrement, c’est un hit trop cher pour moi », a-t-elle écrit sur X.

« C’est juste une réalité : jouer en live coûte très cher et si vous pouvez justifier les coûts (comme être à la télé et avoir une plus grande portée), alors parfois vous encaissez le coup. Sinon non, nous avons toutes les factures à payer », a-t-elle poursuivi.

Jennifer Lopez et les Black Keys ont tous deux annulé des tournées massives ces dernières semaines. Lopez l’a fait apparemment pour des raisons personnelles, mais les Black Keys ont dû se tourner vers des salles plus petites après de faibles ventes de billets.

Les experts du secteur ont pris ces deux cas comme exemples d’un intérêt décroissant de la part des fans de musique à débourser des sommes de plus en plus élevées pour voir leurs artistes préférés. Pourtant, entre la hausse des prix des billets (due aux pratiques controversées des vendeurs de billets) et l’augmentation des coûts des tournées, les artistes ont du mal à joindre les deux bouts malgré des horaires déjà chargés.

Même si l’insécurité financière des tournées peut sembler être un problème distinct des redevances de streaming, les artistes affirment que le besoin de tourner a été aggravé au cours de la dernière décennie par la diminution des redevances.

Daniel Ek, co-fondateur et PDG de Spotify, a récemment été critiqué pour ses commentaires selon lesquels « le coût de création de contenu était proche de zéro » sur X, de nombreux musiciens soulignant les coûts élevés de création musicale, de l’équipement à l’enregistrement, en passant par le mixage et la distribution. .

Cela fait suite aux commentaires d’Ek lors de la première publication du rapport Loud & Clear.

« Comment se fait-il que Spotify puisse dire d’un côté que nous payons de plus en plus d’argent à l’industrie musicale, que l’industrie musicale se développe et que de plus en plus d’artistes en profitent ? Mais pourtant, de manière anecdotique, vous entendez des artistes à quel point ils sont mécontents des paiements qu’ils reçoivent du streaming ? » il a dit.

« Comment ces deux choses pourraient-elles être vraies ? » demanda Ek.

Sa première explication du manque de fonds que les artistes reçoivent de Spotify est que la société d’Ek ne paie pas directement les artistes. Au lieu de cela, l’argent est versé aux maisons de disques, aux éditeurs et aux sociétés de gestion collective. Pour certains artistes qui ressentent la pression, Ek fait valoir que cela pourrait être dû à un dirigeant de label avide qui boit le jus, et non à lui.

La deuxième explication d’Ek repose sur une analogie avec le football.

Alors que des millions de personnes pratiquent ce sport chaque jour, seuls 100 000 joueurs environ sont professionnels et salariés par la FIFA.

Laisser un commentaire

deux × deux =