File photo from 2013 of Russian billionaire Dmitry Rybolovlev, who is suing Sotheby

Jean Delaunay

Un oligarque russe poursuit Sotheby’s en justice, affirmant qu’il a été amené à payer des millions de dollars en trop pour des œuvres d’art

Le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, propriétaire du club de football de l’AS Monaco, poursuit la maison de ventes Sotheby’s pour avoir prétendument aidé un marchand d’art à lui soutirer des dizaines de millions d’euros.

Un milliardaire russe poursuit Sotheby’s, affirmant que la maison de vente aux enchères a aidé un marchand d’art à lui faire payer des dizaines de millions d’euros de plus pour une œuvre d’art que sa valeur.

L’oligarque russe Dmitry Rybolovlev – qui, selon Forbes, dispose d’une valeur nette de 6,4 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros) – a intenté une action en justice auprès d’un tribunal de New York contre la maison de vente aux enchères britannique vieille de 280 ans, la dernière d’une longue procédure. bataille juridique qui bouleverse le marché de l’art.

Selon des documents judiciaires, Rybolovlev a dépensé environ 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) sur 12 ans pour acquérir une collection d’art de classe mondiale, qui comprenait des chefs-d’œuvre de Léonard de Vinci, Gustave Klimt, Auguste Rodin et Amedeo Modigliani.

Le procès indique que l’équipe de Rybolovlev a découvert plus tard que le marchand d’art suisse qui l’avait conseillé dans l’achat des œuvres, Yves Bouvier, les avait « trompés en achetant lui-même les œuvres à un prix et en leur facturant un autre prix – des millions ou des dizaines de millions de dollars de plus. »

Rybolovlev a déjà poursuivi Bouvier lui-même en justice à Hong Kong, New York, Singapour et en Suisse, affirmant qu’il avait payé en trop plus d’un milliard de dollars (913 000 €) sur 38 pièces en raison de ce stratagème. Le marchand d’art a nié ces accusations et les deux hommes ont réglé leur différend à l’amiable à la fin de l’année dernière.

Mais ce nouveau procès allègue que Sotheby’s a aidé et encouragé Bouvier en gonflant les évaluations de 16 des œuvres achetées par Rybolovlev, dont le « Salvator Mundi » de Léonard de Vinci, qui est devenu l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue.

L'une des œuvres pour lesquelles Rybolovlev dit avoir payé trop cher est celle de Léonard de Vinci. "Salvator Mundi," qui deviendra plus tard le tableau le plus cher jamais vendu.
L’une des œuvres pour lesquelles Rybolovlev dit avoir payé trop cher est « Salvator Mundi » de Léonard de Vinci, qui est devenu plus tard le tableau le plus cher jamais vendu.

Sotheby’s nie toute implication dans toute faute, affirmant que la société a respecté les meilleures pratiques du secteur et ses obligations légales lors de toutes les transactions avec Rybolovlev.

« Toute suggestion selon laquelle Sotheby’s était au courant de la mauvaise conduite présumée de l’acheteur ou de son intention de frauder M. Rybolovlev est fausse », a déclaré un porte-parole de la société dans un communiqué.

Un juge d’un tribunal de district américain a statué l’année dernière que la maison de vente aux enchères devait faire face à des réclamations liées à la fraude sur quatre des œuvres qu’elle avait aidé à vendre à Rybolovlev – « Salvator Mundi », la sculpture « Tête » de Modigliani, le chef-d’œuvre de Klimt « Wasserschlangen II » et 1962 de René Magritte. « Le Domaine d’Arnheim ».

Rybolovlev, qui a fait fortune dans les engrais potassiques après la chute de l’Union soviétique, a acheté le « Salvator Mundi » de Da Vinci en 2013 pour 127,5 millions de dollars, un prix qui, selon Bouvier, avait été convenu après d’âpres négociations avec un vendeur anonyme, selon des documents judiciaires. .

Cependant, le procès affirme que « ces négociations n’ont jamais eu lieu » et que le tableau valait en réalité environ 90 millions de dollars lorsque Rybolovlev l’a acheté. Le procès affirme également que Sotheby’s a gonflé la valorisation du tableau dans ses communications officielles pour justifier la forte majoration de Bouvier.

Quatre ans plus tard, Rybolovlev a vendu « Salvator Mundi » pour 450 millions de dollars au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, lors d’une vente aux enchères chez Christie’s à New York. L’endroit où se trouve le tableau reste désormais un mystère et son authenticité a été remise en question par de nombreux experts en art ces dernières années.

Rybolovlev, 57 ans, propriétaire du club de football de l’AS Monaco et de l’île grecque de Skorpios, ne devrait pas comparaître devant le tribunal lors de la procédure qui débute à Manhattan lundi 8 janvier.

Laisser un commentaire

6 + douze =