A man holds a gavel, illustration

Jean Delaunay

Eurovues. Avec l’augmentation du financement des litiges par des tiers, les tribunaux deviennent un lieu de débat politique

Généralement sans appui, l’objectif de ces revendications est de perturber et d’engorger le système et de provoquer le chaos, écrit Pieter Cleppe.

L’époque où la politique se limitait aux parlements est révolue depuis longtemps. Outre les médias de plus en plus politisés et polarisés, la salle d’audience devient de plus en plus un lieu politique, le financement des litiges par des tiers étant particulièrement préoccupant.

Tant en Europe qu’aux États-Unis, le financement des litiges par des tiers fait l’objet d’une surveillance accrue.

Il s’agit d’un phénomène dans lequel les demandeurs en justice ne financent plus leurs propres dossiers. Au lieu de cela, ils sont financés par des sociétés d’investissement, qui y voient fondamentalement un investissement attrayant, bien que peu sûr.

Bloomberg Law a récemment révélé comment des milliardaires russes proches du président Vladimir Poutine ont secrètement injecté de l’argent dans les tribunaux américains via le financement de litiges par des tiers, dans le but de contester les sanctions auxquelles ils ont été soumis.

L’essentiel est qu’en investissant des millions sans même se montrer devant un tribunal, certains acteurs malveillants ont trouvé dans la loi un outil utile pour se moquer du droit et de la justice et siphonner leur argent de l’autre côté de la frontière.

Les revendications chinoises ciblent désormais la propriété intellectuelle aux États-Unis

Dans un autre exemple, une entreprise basée en Chine a financé clandestinement des poursuites en matière de propriété intellectuelle contre Samsung, en utilisant une entreprise technologique de Floride comme façade, pour prétendre que le géant sud-coréen utilisait sa propriété intellectuelle dans ses produits audio populaires.

L’essence du problème ici est que les bailleurs de fonds « manipulent souvent les litiges civils à leurs propres fins », selon une lettre adressée en octobre aux présidents d’un comité du Congrès américain par les grandes sociétés pharmaceutiques Bayer et Johnson & Johnson.

Dans la lettre, ils se plaignent du fait que le secteur du financement des litiges « fait de grands efforts pour fonctionner dans le plus grand secret », exigeant plus de transparence.

La crainte ici… est que le financement d’un litige puisse permettre aux adversaires de Washington d’obtenir des informations confidentielles sur des technologies sensibles.

Des masques représentant le président russe Vladimir Poutine et le président élu américain Donald Trump sont mis en vente dans une boutique de souvenirs à Saint-Pétersbourg, décembre 2016.
Des masques représentant le président russe Vladimir Poutine et le président élu américain Donald Trump sont mis en vente dans une boutique de souvenirs à Saint-Pétersbourg, décembre 2016.

La crainte ici, soutenue par la Chambre de commerce américaine, est que le financement de litiges puisse permettre aux adversaires de Washington d’obtenir des informations confidentielles sur des technologies sensibles.

Quoi qu’il en soit, le président de la Chambre des représentants des États-Unis, Mike Johnson, et le sénateur John Kennedy ont déjà intenté une action en justice, après avoir soumis une proposition législative qui réglementerait la capacité des entités étrangères à financer des litiges.

Des groupes d’entreprises comme la Chambre de commerce des États-Unis soutiennent cette idée, estimant que le manque d’informations disponibles sur les personnes qui financent les dossiers ouvre la porte à des adversaires étrangers susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale des États-Unis.

Une directive européenne est en préparation

En Europe également, des poursuites judiciaires sont en cours. L’été dernier, le Parlement européen a recommandé à la Commission européenne de proposer une directive sur la réglementation du financement par des tiers dans l’UE, bien nommée « Financement responsable des litiges », dans le but de réglementer les procédures de financement des tiers bailleurs de fonds dans l’UE. UE.

S’il est adopté, il créerait une norme minimale pour les bailleurs de fonds tiers dans l’UE et établirait une autorité de surveillance accordant des autorisations aux bailleurs de fonds et surveillant leurs activités.

Généralement sans aucune base sur laquelle s’appuyer, l’objectif de ces revendications est de perturber et d’engorger le système et de provoquer le chaos, avec des profits qui ne sont rien d’autre qu’une quête secondaire. Pourtant, parfois, un cas comme celui-ci peut également nuire au PIB d’un pays tout entier.

Des gens passent devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, octobre 2018
Des gens passent devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, octobre 2018

Cela tiendrait également les bailleurs de fonds solidairement responsables avec la partie contestante financée du paiement du coût de la procédure qui pourrait être accordée, imposerait aux bailleurs de fonds l’obligation de disposer de ressources financières adéquates pour remplir leurs obligations en vertu de l’accord de financement, imposerait une obligation fiduciaire de diligence au bailleur de fonds. envers la partie contestante financée, établir des obligations spécifiques d’information et de transparence pour informer les organes judiciaires ou administratifs compétents de l’existence d’un accord de financement et limiter la participation financière des bailleurs de fonds à 40 % du montant de l’indemnisation accordée, sauf circonstances exceptionnelles.

La directive a été motivée par un certain nombre d’affirmations douteuses qui se sont multipliées ces dernières années. Généralement sans aucune base sur laquelle s’appuyer, l’objectif de ces revendications est de perturber et d’engorger le système et de provoquer le chaos, avec des profits qui ne sont rien d’autre qu’une quête secondaire.

Pourtant, parfois, un cas comme celui-ci peut également nuire au PIB d’un pays tout entier.

L’affaire du Sultanat de Sulu continue de faire sourciller

Un exemple frappant en Europe de financement de litiges est une affaire intentée par un arbitre privé espagnol, Gonzalo Stampa, qui a demandé à la Malaisie de payer une sentence arbitrale de 14,9 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros) à un groupe d’individus prétendant être les héritiers du dernier sultan de Sulu, un territoire appartenant désormais à la Malaisie. Kuala Lumpur a rejeté cette demande, arguant que l’affaire représentait un défi à sa souveraineté.

Les réclamations juridiques des héritiers du sultan avaient été financées par une société mondiale de financement de litiges et d’arbitrages, Therium, basée à Londres.

Même s’il n’y avait aucun lien avec l’Espagne, les demandeurs ont quand même porté l’affaire devant les autorités judiciaires de ce pays, désireux de trouver une instance judiciaire pour obtenir gain de cause. C’est ainsi que Stampa, spécialisée dans la médiation internationale, a été désignée par la Chambre civile et pénale du Tribunal suprême d’Espagne (TSJM) comme arbitre de l’affaire.

Imposer de divulguer qui finance une affaire judiciaire peut dissuader les investisseurs extérieurs et signifier « moins d’accès au financement juridique », mais cela n’a pas empêché des poursuites judiciaires en Europe et aux États-Unis liées à la pratique du financement de litiges par des tiers.

Les héritiers du sultanat de Sulu s'adressent aux journalistes dans sa maison de la banlieue de Taguig, au sud de Manille, février 2013.
Les héritiers du sultanat de Sulu s’adressent aux journalistes dans sa maison de la banlieue de Taguig, au sud de Manille, février 2013.

À la suite de contestations judiciaires du gouvernement malaisien au motif que la procédure requise n’avait pas été suivie, la Cour suprême espagnole a décidé en juin 2021 de retirer Stampa de l’affaire, faisant ainsi droit à la demande de non-lieu du gouvernement malaisien.

Bien que Stampa ait reçu plusieurs fois l’ordre de mettre fin à l’arbitrage, l’arbitre a ignoré ces ordres et a même changé le lieu de l’arbitrage de Madrid à Paris pour des raisons juridiques controversées.

Là, il a rendu sa décision finale, accordant une récompense massive, ce qui en fait la deuxième plus élevée jamais décernée et s’élevant à 1% du PIB de la Malaisie. Il est étrange que des affaires aussi importantes aient tendance à impliquer plusieurs arbitres, plutôt qu’un seul, l’ensemble de la procédure, y compris le paiement à Stampa, apparemment financé par Therium.

Plus tard, un appel en France a annulé la décision et, fait remarquable, Stampa a été reconnu coupable d’outrage au tribunal pour ne pas s’être conformé à une décision de justice antérieure lui ordonnant d’abandonner cette bataille juridique complexe.

Il est temps de s’arrêter et de réfléchir à quoi faire ensuite

Imposer de divulguer qui finance une affaire judiciaire peut dissuader les investisseurs extérieurs et signifier « moins d’accès au financement juridique », mais cela n’a pas empêché des poursuites judiciaires en Europe et aux États-Unis liées à la pratique du financement de litiges par des tiers.

Au vu de l’ensemble de la bureaucratie supplémentaire envisagée par le Parlement européen, il est peut-être important de faire une pause.

Permettre aux juges de décider au cas par cas dans quelle mesure les demandeurs doivent faire preuve de transparence, en particulier dans une affaire litigieuse où la sécurité nationale pourrait être menacée, pourrait bien être une meilleure solution.

Laisser un commentaire

quatre × 2 =