Blur : chaque album classé du pire au meilleur

Jean Delaunay

Blur : chaque album classé du pire au meilleur

Le groupe de Colchester s’est réuni et sort son nouvel album le 21 juillet. Il est temps pour L’Observatoire de l’Europe Culture de revenir sur sa discographie et de faire un classement culotté…

2023 a vu la réunion de Pulp et Blur, deux piliers de la Britpop des années 90 qui ont défini une ère musicale.

Plus tôt ce mois-ci, le Blur réuni a joué deux spectacles au stade de Wembley, ainsi que dans plusieurs festivals, montrant qu’ils ont toujours la marchandise comme l’un des actes live les plus excitants du moment..

Avant la sortie de leur neuvième album très attendu, « The Ballad of Darren », seulement leur deuxième depuis 2003, L’Observatoire de l’Europe Culture revisite et classe les albums studio de Blur, explorant comment le chanteur Damon Albarn, le guitariste Graham Coxon, le bassiste Alex James et le batteur Dave Rowntree ont réussi à traverser la tempête Britpop et à émerger comme un groupe qui ne pourrait jamais être accusé de se reposer sur ses lauriers.

8) Loisirs (1991)

Les premiers albums ont généralement tendance à appartenir à l’une des deux catégories suivantes : des classiques entièrement formés qui servent de déclaration d’intention « nous sommes arrivés » ou des efforts jetables que les artistes rejettent une fois que leur discographie s’est étoffée. Le premier album de Blur, « Leisure », se situe tout à fait dans cette dernière catégorie. Ce n’est en aucun cas un raté et a quelques points forts (« Il n’y a pas d’autre moyen », « Elle est si haute »), mais cela ressemble à un tarif indé assez moyen des années 90, avec toutes les vibrations de fainéant requises qui n’ont pas trop bien vieilli.

A l’écoute, on a l’impression qu’il s’agissait – tout naturellement – ​​d’un groupe qui cherchait son son et tentait de s’insérer dans le paysage alors actuel de la musique de guitare britannique, qui était en quelque sorte à la croisée des chemins. La britpop ne s’était pas encore matérialisée, les Stone Roses faisaient leur truc et Madchester commençait à peine… Une période déroutante dans laquelle Blur essayait de naviguer. C’est une introduction décente à un jeune groupe prometteur essayant de trouver sa place, mais beaucoup trop ample pour laisser une impression durable, surtout par rapport au reste de leur production.

Piste clé : ‘Il n’y a pas d’autre chemin’

7) Le fouet magique (2015)

L’avant-dernier album de Blur est sorti après une pause de 12 ans. Damon Albarn était impliqué dans d’innombrables projets solo et Gorillaz, et personne ne s’attendait à un nouvel album d’un groupe que tout le monde pensait être en pause permanente. Leurs retrouvailles en 2009, suivies de concerts en 2012 étaient extrêmement prometteuses, tout comme la sortie du single ‘Under The Westway’. Pourtant, les fans devront attendre 2015 pour « The Magic Whip », qui n’était pas le retour que tout le monde espérait, mais toujours une sortie très cohérente. Inspiré par une période de cinq jours bloqués à Hong Kong après l’annulation du festival de musique Tokyo Rocks 2013, le groupe a travaillé sur des chansons liées à leur environnement. Un point de départ intéressant pour un album concept, mais les résultats restent un peu décevants. ‘Lonesome Street’ et ‘Ong Ong’ se démarquent, tout comme le point culminant de l’album – le magnifique ‘My Terracotta Heart’. En dehors de cela, « The Magic Whip » était un retour bienvenu mais pas extrêmement mémorable.

Piste clé : « Mon coeur en terre cuite »

6) La vie moderne, c’est de la foutaise (1993)

Un classement un peu controversé pour le deuxième album du groupe, car la plupart placeraient « Modern Life is Rubbish » plus haut dans la production de Blur. Écrit après une tournée américaine décevante qui a donné le mal du pays au groupe, « Modern Life Is Rubbish » est une sortie confiante qui a établi le son ambitieux du groupe. C’était une nette avancée par rapport à « Leisure », le quatuor expérimentant différents genres – du psychédélisme inspiré de Smiths (« Chemical World ») aux hommages de Kinks (« Star Shaped ») – et établissant le talent d’Albarn pour dépeindre la classe ouvrière britannique à travers des vignettes sur le quotidien, tout en injectant une bonne dose de romantisme dans les débats. Beaucoup attribuent à cet album la naissance de Britpop; rien que pour cela, « Modern Life is Rubbish » doit être considéré comme une capsule temporelle qui a donné le coup d’envoi à un genre.

Piste clé : ‘Pour demain’

5) La grande évasion (1995)

Après le succès commercial et critique de leur troisième album ‘Parklife’ (plus d’un en peu de temps) allait toujours être une question difficile. La sortie de 1994 a fait de Blur l’un des plus grands groupes des années 90. Albarn et co étaient partout dans les tabloïds britanniques, qui adoraient opposer le groupe à Oasis dans la « Battle Of Britpop », et la pression était forte pour convertir l’essai. Alors que beaucoup rejettent «The Great Escape» comme un «Parklife Pt.2» plus pop, la narration amusante, les riffs formidables et les airs accrocheurs sont une distillation plutôt parfaite du son du groupe. Les guitares de Graham Coxon n’ont jamais sonné aussi bien, surtout lorsqu’elles sont associées à la ligne de base d’Alex James, et les singles « Stereotypes », « Charmless Man » et, bien sûr, « Country House » (la chanson qui les a menés à remporter la confrontation contre Oasis dans les charts), brillent tous. Mais c’est ‘M. Robinson’s Quango’ et ‘The Universal’ qui volent la vedette, prouvant que Blur ne se résume pas à des chansons pop agréables. Il y a une ambition grand écran ici qui a prouvé à l’époque que Blur ne faisait que commencer et n’allait pas vivre et mourir avec le mouvement Britpop.

Piste clé : « L’universel »

4) Groupe de réflexion (2003)

Un autre classement un peu controversé pour cette version 2003 sous-évaluée. Fidèle à la veine expérimentale que le groupe avait exploitée avec ’13’ en 1999, ‘Think Tank’ a vu le groupe élargir ses horizons et sonner assez méconnaissable par rapport à ses jours de Brit-popper. Sa création n’a pas été facile : le guitariste Graham Coxon avait quitté le groupe en 2002, laissant penser que Blur était foutu. Cependant, Albarn, James et Rowntree ont persévéré et le trio a livré un disque sombre et souvent colérique sur lequel on pouvait entendre l’influence du temps d’Albarn avec Gorillaz, ainsi que son album « Mali Music ». C’est un album concept lâche sur ce qu’Albarn a décrit comme « l’amour et la politique » et oui, tout cela semble un peu décousu – et « Crazy Beat » est l’un de leurs morceaux les plus irritants. Cela dit, l’expérimentation de la musique dance, des influences rythmiques et de l’afrobeats – aux côtés des crédits de production des artistes électro William Orbit et Fatboy Slim – fait de « Think Tank » un album négligé dans la discographie de Blur. Il y a tellement de choses à admirer dans ce disque merveilleusement ambitieux, en particulier des morceaux comme le rêve minimaliste de « Out of Time », les influences dub de « Brothers and Sisters » et l’hypnotique « Battery in Your Leg ». Surtout, « Think Tank » a confirmé le fait que Blur avait vraiment laissé les années 90 derrière lui et n’allait pas être catalogué.

Piste clé : ‘Hors du temps’

3) Flou (1997)

1997 a été une année clé pour la scène musicale britannique. La bulle Britpop a éclaté, éclatée par « Ok Computer » de Radiohead. Tout le monde prédisait des victimes – à savoir Oasis, Pulp et Blur. À la surprise générale, ce n’était pas le cas, car Blur s’ennuyait déjà avec le label Britpop qu’ils portaient et avait commencé un pivot vers un son plus rock. Graham Coxon est intervenu, avec son amour pour Pavement, et en s’éloignant de l’air du temps, le groupe a élargi son son plus pop. Alors que l’album est surtout connu pour l’explosion rock de 2 minutes « Song 2 » et le formidable « Beetlebum », le reste de l’album éponyme avait de quoi se vanter : « On Your Own » a une sensation Britpop mais couplé avec un son plus garage et « MOR » a une ambiance David Bowie qui est contagieuse. C’était le son d’un groupe qui repensait ses options et adoptait un son américain lo-fi qui faisait des merveilles. Il est normal que la couverture de l’album présente une civière qui se précipite dans une salle d’urgence : Blur s’élançait d’une scène mourante qu’ils étaient venus définir, mais le patient était loin d’être sous assistance respiratoire.

Piste clé : ‘Beetlebum’

2) Parklife (1994)

Nous arrivons à l’album Britpop déterminant, un effort déterminant pour l’époque qui englobait le son de la Grande-Bretagne des années 90. Amusant et sérieux à la fois, « Parklife » traite d’observations de la vie britannique avec des personnages détaillés, explorant les bizarreries des héros folkloriques de la classe moyenne et de la classe ouvrière avec un point de vue satirique et souvent mélancolique. Le portrait euro-trash de la jeunesse britannique « Girls & Boys » et le baroque « To the End » sont les points forts, ainsi que « End of a Century » – un démantèlement glorieux des institutions britanniques. Et puis il y a « Parklife », qui ressemble à une encapsulation de l’ensemble du mouvement Britpop – il n’a pas brillamment vieilli mais reste emblématique à sa manière idiote. Il y a des accalmies en cours de route dans cet album, et même s’il est loin d’être parfait, les aigus le rendent inévitable et l’un des meilleurs de Blur. Cependant, la première place revient à l’album qui a vu Blur refuser de mourir avec Britpop – un album qui montre à quel point ils ont l’un des catalogues les plus éclectiques de l’indie rock…

Piste clé : « Fin d’un siècle »

1) 13 (1999)

Britpop était mort et enterré en 1999, et l’effort précédent de Blur, ‘Blur’, avait déjà vu le groupe s’éloigner du mouvement. L’influence du rock alternatif a fonctionné et a été un succès commercial. Cependant, Blur voulait toujours innover et adopter un son différent. Le résultat fut ’13’, un record que personne n’avait vu venir, en raison de son changement de son expérimental. Il a également été fortement influencé par la séparation très médiatisée de Damon Albarn avec sa partenaire Justine Frischmann du groupe Elastica – ce qui signifie que les paroles et l’ambiance de ’13’ sont souvent sombres. Pour ne pas dire déprimant, mais l’album a un noyau émotionnel souvent dévastateur. La chanson de rupture étouffante « No Distance Left To Run » est contrebalancée par « Tender », touchant et plus plein d’espoir, avec le lyrisme d’Albarn qui brille de mille feux. Quant à Coxon, qui a quitté le groupe après ’13’, il a pris la tête de l’hymne ‘Coffee & TV’, l’un des meilleurs singles du groupe. Ensuite, il y a des morceaux comme «Swamp Song» à la guitare, «Battle» influencé par le trip-hop et le Kraftwerk faisant écho à «Caramel», qui se sentaient tous à des années-lumière de tout ce que le groupe avait sorti auparavant. ’13’ est un album poignant, stimulant et sophistiqué, qui a montré que Blur était la chose la plus éloignée d’un poney à un tour. Cela les a cimentés comme l’un des groupes les plus fascinants de la musique britannique.

Piste clé : ‘Offre’

Le neuvième album de Blur « The Ballad of Darren » sort le 21 juillet.

Laisser un commentaire

onze − deux =