L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Forum indépendant d'analyse et d'opinion pour un débat libre sur l'Europe

Londres, le talon d’Achille de l’Union européenne  29/01/2013

Pour le blogueur Laurent Pinsolle, "l’annonce de David Cameron est extrêmement intéressante. Tout d’abord, il convient de souligner que le référendum est un moyen de pression autant externe qu’interne. C’est un outil politique interne dans la mesure où cela cherche à couper l’herbe sous le pied de UKIP, qui vient d’arriver second lors d’une élection législative partielle, derrière le parti travailliste, mais devant les conservateurs, et dont l’adn politique est justement la critique de cette UE. En musclant son discours, il espère sans doute limiter l’hémorragie, mais aussi reprendre l’avantage sur des travaillistes plus europhiles. Mais cette annonce a aussi une utilité externe dans la mesure où elle doit contraindre les pays européens à entamer des négociations avec la Grande-Bretagne pour redéfinir sa participation à l’Union Européenne. Car l’objectif affiché de David Cameron n’est pas de quitter l’UE. Pour lui « quand nous aurons négocié un nouvel accord (…) nous offirons aux Britanniques un référendum avec un choix très simple : rester au sein de l’UE sur cette nouvelle base ou en sortir complètement ». Mme Merkel a accueilli sereinement le discours très critique à l’égard de l’Europe de premier ministre britannique. La chancelière a ainsi déclaré que « nous sommes naturellement prêts à discuter des souhaits britanniques (…) mais nous ne devons pas perdre de vue que d’autres pays ont aussi des souhaits et que nous devons in fine trouver un compromis équilibré ». On est loin des sirènes anglophobes de certains éditorialistes. L’issue de cet épisode reste néanmoins incertaine. Tout d’abord, il y a une chance importante que les britanniques disent au revoir à la technocratie bruxelloise et ce premier départ d’un pays de l’UE donnerait un signal extrêmement négatif. Ensuite, l’ouverture de la boîte de Pandore des traités et plus encore, le fait de quitter des politiques communes serait à la fois un mauvais signe et un encouragement pour certains pays à défaire ce qui a été fait. Bref, l’UE a beaucoup à perdre et il y a fort à parier que David Cameron parviendra à obtenir beaucoup de ce qu’il souhaite. Soit dit en passant, le fait que cela vienne de Londres et d’un gouvernement conservateur démontre bien que l’UE n’est pas un projet étasunien, même si les Etats-Unis lui apportent son soutien. En effet, Londres, premier allié de Washington, menace d’affaiblir fortement l’UE, avec l’aide d’une presse qui ne semble pourtant pas vraiment hostile aux Etats-Unis. Et contrairement à ce qu’avance le Figaro, il est bien évident que Londres ne passerait pas par l’article 50 pour sortir de l’UE". (Blog Gaullistelibre )

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.