L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Forum indépendant d'analyse et d'opinion pour un débat libre sur l'Europe

Le Commissaire Rehn rappelle aux élus français les effets du droit européen qu'ils ont signé  19/06/2013

"Dieu rit de ceux qui maudissent les conséquences dont ils chérissent les causes" écrivait Bossuet. Dieu doit donc rire beaucoup devant le tollé général provoqué au sein des élites françaises lorsqu'un membre de l'exécutif européen, en l'espèce son Président Barroso traite (non sans raisons) de "réactionnaires" ceux qui refusent la mondialisation libérale, consacrée par tout le droit communautaire voulu, chéri et célébré par ces mêmes élites françaises. Dieu a sans doute encore rit en observant les indignations parlementaires françaises devant le Commissaire Olli Rehn, invité à s'expliquer à l'Assemblée, trois semaines après les recriminations de Bruxelles à Paris sur les réformes structurelles à engager, notamment celle des retraites, une réforme bien différente de celle qui se prépare à Paris. Les questions des députés français trahissaient une défiance de plus en plus nette à l'égard de l'exécutif européen, de la part de groupes (PS, UMP, UDI) ayant pourtant indexé depuis trente ans tout leur discours et leurs actes sur l'impératif quasi-religieux d'unification européenne sous l'égide du libre-échange mondial. L'ancienne ministre socialiste  Élisabeth Guigou, présidente de la commission des affaires étrangères, a affirmé de sa douce (et naïve ?) voix que l'Union européenne peut « recommander mais pas commander ». L'ancienne Ministre des affaires européennes qui a dit "oui" à tout ce qui est labellisé "européen" depuis toujours, a-t-elle lu son cher traité de Maastricht de 1992 et le traité sur la stabilité, la coopération et la gouvernance (TSCG) ?  « Votre recommandation très détaillée sur les retraites était très intrusive ! », a estimé la non moins naïve Danielle Auroi, elle-même présidente de la commission des affaires européennes. « Cette recommandation fait partie de la stratégie globale de l'UE pour sortir de la crise», a répondu calmement le Commissaire Olli Rehn. « Sur les retraites, nous faisons la même recommandation depuis trois ans. Cette année, nous allons un peu plus dans les détails et nous ajoutons une dimension d'urgence », a expliqué le commissaire. Olli Rehn n'a pas faibli sur son message. « Il faut agir vite pour assurer la soutenabilité du système à moyen et long terme », a-t-il insisté, rendant plusieurs fois hommage au rapport de Yannick Moreau.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.