L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Libre forum des universitaires, journalistes, fonctionnaires et citoyens pour l'Europe
Tribune
Professeur émérite d'histoire contemporaine à Paris 7, Annie Lacroix-Riz a vu rouge en découvrant les tribunes d'universitaires dans Le Monde des 27 mars et 17 avril, défendant notamment le passé de Walter Hallstein, contre les révélations et documents de l'ouvrage de Philippe de Villiers ("J'ai tiré sur le fil du mensonge…" Fayard). Walter Hallstein, "père-fondateur" des communautés européennes et premier président de la Commission européenne a manifestement menti sur la réalité de ses différents engagements nazis sous le IIIème Reich, avant d'être fait prisonnier par les Américains en Normandie, "rééduqué" dans un fort...
Le taux d'intérêt zéro est l'aboutissement logique du fonctionnement de l'euro et passer sous silence ses conséquences reviendrait à ne pas dresser l'inventaire intégral de ses effets. L'euro augure d'un monde nouveau et étrange, celui du taux zéro et des taux négatifs qui s'ensuivent, là où ce n'est plus le débiteur qui règle des intérêts au créancier, mais le créancier qui paie des intérêts au débiteur. Depuis des années, l'Union Européenne s'avère plus apte à faire monter les critiques dont elle est l'objet que le taux de croissance économique des Etats membres dont elle est en charge. C'est un fait d'observation que...
Immigration, souveraineté, culture : il n'est guère de sujets qui ne mettent en relief un profond clivage entre Européens de l'Ouest et Européens centraux et orientaux. En témoigne le groupe de Visegrad réunissant la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque, et qui oppose dans ces trois domaines existentiels, une certaine résistance aux visions de Bruxelles, Berlin et Paris. Pour des raisons compréhensibles de divergence historique, les Européens de l'Ouest à l'Est ne mettent plus vraiment la même chose derrière les mots "liberté", "culture", "histoire" et "démocratie". D'où de graves malentendus sur...
Avec 20 millions de chômeurs, 80 millions de pauvres, l’explosion du travail précaire, la stagnation des salaires et du pouvoir d’achat, l’apparition de travailleurs pauvres, l’effondrement des classes moyennes, le creusement des inégalités de revenus, les objectifs de plein emploi et d’amélioration du niveau de vie des européens ne sont pas atteints. Le "juste échange" auquel ce manifeste appelle serait fondé sur trois principes : la réciprocité pour éviter les concurrences asymétriques, l’équilibre structurel des échanges commerciaux, l’équité sociale, environnementale et sanitaire. Avec 20 millions de chômeurs, 80...
Le Ouisme arrogant a gagné. Au point que ce dixième anniversaire du "non" passe presque inaperçu : aucune analyse ou tribune digne de ce nom, aucune manifestation d'envergure, aucune déclaration forte, aucune bougie pour rappeler que ce jour-là, le peuple a dit "non" et que depuis il n'a cessé d'être piétiné. Les leaders du "non" ont suivi le trop aimable conseil de Delors : ils ont "changé de métier." Analyse et Témoignage « Après l'insurrection du 17 juin, Le secrétaire de l'Union des Ecrivains Fit distribuer des tracts dans la Stalinallée. Le peuple, y lisait-on, a par sa faute Perdu la confiance du gouvernement...
Cela fait quarante ans que les intéressés dénoncent comme des perroquets "l’Europe fédérale", "l’Europe fédérale".... Mais pourquoi fédérale ? Non seulement l’utilisation de ce mot est maladroite en terme de communication mais elle est fausse sur le plan du droit et de la théorie politique. Dans le même temps, se dire soi-même "souverainiste", c'est tomber dans le piège du syndrome de Stockholm où les victimes tendent le cou au bourreau. La souveraineté n’est qu’un autre nom de la liberté collective. Elle n'a donc pas à être une secte puisqu'elle n'est rien d'autre que ce qui définit la démocratie. Jamais on ne  dira...
La Cour européenne des droits de l'homme est devenue prescriptive de sa propre conception des droits fondamentaux. Il serait légitime que le gouvernement français tienne tête aux juges de Strasbourg, démontre le professeur de droit constitutionnel à l'École de droit de la Sorbonne-université Paris-I dans une tribune publiée par Le Figaro. À l'occasion de la campagne présidentielle, certaines personnalités politiques préconisent des décisions visant à redonner à la France une meilleure maîtrise de sa sécurité et de son identité culturelle (déchéance de nationalité en cas de terrorisme, encadrement du regroupement...
Un vrai pouvoir européen souverain, puissant et libre, ne saurait être conçu qu'à partir des États-nations, argumente l'historien Arnaud Teyssier. Peu à peu, le président de la République trace un programme ambitieux pour l'Europe, qu'il juge « à un niveau approprié pour recouvrer notre pleine souveraineté dans des domaines qui ne relèvent plus du seul champ national » . Il le fait en plaçant l'avenir du continent sous le signe de la « protection » sur tous les fronts : dans le domaine des investissements, sur le plan commercial, sur celui de la défense, des frontières, de la capacité budgétaire comme outil contre les...
Devant la question catalane, l'Europe doit tirer la leçon de cette résurgence imprévue d’une pathologie ancienne. A force d’expulser la nation de notre modèle du vivre ensemble, le nationalisme revient au galop sous des formes dégradées, miniaturisées quoique virulentes, mesquines (nous ne voulons pas payer pour les autres), mais aussi haineuses. Hors du président français et du commissaire Timmermans, le réactivité européenne faible et tardive révèle à nouveau l’engourdissement de l’Europe face aux évènements qui menacent le plus gravement sa pérennité. Ma mère adorait danser la sardane et parlait catalan avec...
Pour Patrick Edery, les rodomontades d'Emmanuel Macron et de l'UE contre l'actuelle majorité polonaise sont à la fois injustes, motivées par des logiques politiciennes internes à la Commission et parfaitement contre-productives pour l'union européenne déjà minée, en particulier par le Brexit. Mais d'où vient cet acharnement ? Le vice-président de la Commission M. Timmermans, qui n'est pas un magistrat mais un dirigeant politique et dont le parti ne fait plus que 5,7%, condamne sans procès, par ses propos, un gouvernement démocratiquement élu. M. Macron, dont le raisonnement se base sur les condamnations de M. Timmermans,...
La libre circulation des travailleurs ne doit plus se faire au détriment d’une justice sociale indispensable à l’égalité des droits entre citoyens européens. Actuellement en déplacement en Europe, Emmanuel Macron vise une « une refondation en profondeur  » de la directive sur les travailleurs détachés qu’il juge être « une trahison pour l’esprit européen » . Une Europe divisée sur cette directive dont la réforme est rendue nécessaire par une situation de dumping social. La directive sur les travailleurs détachés : un texte vieux de 20 ans La directive datant de 1996 établie une possibilité...
Je n’ai pas d’opinion sur le Brexit, je n’en pense rien. Je me suis, comme bien d’autres, délectée des mines d’enterrement de nos maîtres à penser et du ridicule de leurs exagérations alarmistes. L’épisode Brexit s’est tout entier déroulé sous le signe de l’irrationnel. Son traitement médiatique demeure tissé de pensées préconçues, explicites ou implicites. C’est aussi très révélateur d’une constante du discours médiatique : on parle de l’Union Européenne comme d’une réalité naturelle alors qu’elle est une construction politique (qui peut donc être contestée, modifiée, etc.). Corollairement, on inscrit son évolution dans...
"Le dumping social, la promotion du moins-disant social et tout ce que reproche M. Macron aux Polonais est l’enfant de l’idéologie libérale qui règne à Bruxelles depuis plus de trente ans et dont le même M.Macron a fait l’éloge pendant sa campagne présidentielle". C'est ce que rappelle Eric Zemmour dans son dernier billet sur RTL, véritable plaidoyer pour la Pologne après que le président Macron a lancé cet été plusieurs oukases contre le gouvernement polonais au sujet notamment de la directive sur les travailleurs détachés. Selon l'éditorialiste de RTL, c'est la Pologne au contraire qui est - malheureusement...- en phase...

L'étroit destin 05/04/2016

Saviez-vous que notre destin collectif est gravé dans un « processus créant une union sans cesse plus étroite » ? Quoiqu’ils votent au référendum du 23 juin, les Anglais, eux, ne seront plus enchaînés à cette étrange formule figurant dans le traité depuis 1957. L’arrangement qu’ils ont signé les en dispense. En France, les commentateurs qui en ignoraient jusqu’ici l’existence, firent la moue. Christophe Beaudouin revient sur la portée et le sens de cette formule, dans une analyse publiée par le magazine "La Nef" d'avril 2016. Un étudiant de deuxième année de droit n’ignore pas, lui, l’usage prolifique - fort peu...
Au soir de sa vie, Jean Monnet livrait à son biographe de terribles doutes : « ne devons-nous pas la paix plutôt aux États-Unis ? La croissance a-t-elle quelque chose à voir avec le Marché commun ? La Communauté européenne n’est-elle pas trop étroite pour le monde ? » S’il observe l’actuelle désintégration européenne, de là où Mitterrand a fait transférer ses cendres - ultime ironie : au Panthéon des « hommes, la patrie reconnaissante » - qui sait si l’Inspirateur est pris de remords ou de regrets ? Moyennant une lecture fouillée de cette histoire qui commence en 1920 et s’achève en Brexit, Booker et North livrent un...
On peut disserter à l'infini sur l'Europe des nations face aux « Etats-Unis d'Europe », la vérité est que nous sommes installés dans un fédéralisme de fait. Le droit européen a clairement la primauté sur les lois nationales. D'après bpifrance Le Lab, 80 % des normes applicables sont désormais prises au sein d'institutions internationales. On peut disserter à l'infini sur l'Europe des nations face aux « Etats-Unis d'Europe », la vérité est que nous sommes installés dans un fédéralisme de fait. La France fait partie, d'après le traité de Maastricht, d'« une organisation internationale permanente, dotée de la personnalité...
Pourquoi obéit-on aux règles européennes ? La "peur du gendarme" n'est pas suffisante, dans la durée, pour assurer l'obéissance collective. C'est le sentiment que la règle est légitime qui permet l'obéissance. Légitime parce qu'on la ressent comme juste, du fait de l'autorité qui l'a édictée (légitimité de la source) et de son contenu (recherche du Bien commun). Dès lors que près de 85% de nos règles nouvelles sont élaborées dans un cadre européen, législatif et jurisprudentiel, lequel cadre est de plus en plus contesté et chahuté, il faudrait d'urgence se pencher sur les voies et moyens de leur légitimation démocratique....
Le 15 mars s'ouvraient les discussions au sein du Conseil de l'Europe sur un projet de résolution européenne sur la gestation pour autrui. L'opacité de la procédure a provoqué un mécontentement de la part de collectifs luttant contre cette pratique, comme le collectif No Maternity Traffic. est exceptionnellement à huis clos que le Conseil de l’Europe discutera le 15 mars prochain d’un projet de résolution européenne sur la gestation pour autrui, pratique qui constitue une véritable régression pour le droit et la dignité des femmes.     Ce texte, issu de l’instance garante des droits de l’homme, aura une...
1 2 3 4 5 » ... 9



Séguin visionnaire : réécouter son fameux discours de 1992



LE LIVRE DU MOIS - L’Union européenne est devenue la première source du droit dans chacun des États membres. Etudiants, juristes, citoyens : vous ne pouvez plus l'ignorer.