L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Forum européen des universitaires, chercheurs, journalistes et hauts-fonctionnaires pour un débat libre










S'abonner
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Pinterest
LinkedIn
Yahoo! Buzz
Mobile

Mario Draghi (BCE) promet la croissance et exige de la France qu'elle "poursuive les réformes"  16/12/2013

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le président de la BCE, Mario Draghi, a évoqué la situation actuelle de l'économie européenne. La croissance serait selon lui de retour l'année prochaine dans l'UE, mais pas partout dans les mêmes proportions. Certains pays iraient bien, alors que d'autres restent sous pression. Le rythme de croissance pour l'année 2015 est estimé entre 1,1% et 1,5%, principalement en raison de la hausse des exportations. En ce qui concerne la France, M. Draghi dit que le pays a besoin de trouver une stabilité fiscale. L’Allemagne se porte bien grâce aux réformes qu'elle a mises en place depuis 2000, mais elle ne doit pas se reposer sur ses lauriers. Les banques de l'UE doivent investir davantage dans les PME, afin d’entretenir la croissance. Ensuite, M. Draghi a commenté le rôle à venir de la BCE en tant que superviseur bancaire : Il doute que les stress tests trouveront un Lehman Brothers américain, mais rappelle aux gouvernements que la BCE ne peut pas faire tout le travail, ils doivent aussi s'engager sur les réformes proposées et continuer à miser sur l'innovation, ainsi que trouver de nouveaux modèles de croissance. Sur le sentiment anti-européen de plus en plus répandu dans l'Union, Mario Draghi réaffirme que l'euro est notre seul avenir, mais que la monnaie souffre d'une union monétaire incomplète, d'où la raison d'investir dans l'union bancaire. La présence d'eurocritiques au Parlement "augmentera sans aucun doute, mais les gouvernements et les institutions européennes doivent travailler à apaiser ceux qui sont vraiment déçus, et les convaincre des avantages de l'Union européenne".

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.