L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

S'abonner
Rss
Twitter
Facebook




mon Email :






Recherche par mots-clés


Versailles, le 4 février vers 15h00...


Lundi 4 février, jour de la réunion du Parlement en congrès, jour de deuil pour la démocratie, les opposants au coup d’État s’étaient rassemblés dans les avenues menant au château de Versailles. J’accompagnais un couple d’amis, elle habillée en Marianne à bonnet phrygien (mais la poitrine couverte, en février), et lui coiffé d’un casque d’Astérix...




Versailles, le 4 février vers 15h00...

A quelques centaines de mètres du lieu où se déroulait le coup d'Etat "simplifié", un citoyen raconte sa journée du 4 février 2008

Comme il mesure un mètre nonante pieds nus, il était impressionnant avec les ailes du casque relevées. Un Astérix de deux mètres, cela ne passe pas inaperçu. J'étais vêtu en député du Tiers, tricorne à cocarde, gilet, cape noire, ceinture tricolore, et brandissant au manche de mon parapluie le drapeau cousu par une de mes grand-mères pendant la guerre (Que faut-il dire ? La dernière ? On l'a déjà cru de la précédente. La plus récente ? Mais il y en eut d'autres depuis. [Ce n'est pas de mes grand-mères que je parle]).
 
Peu de gens, et guère de caméras. Le temps est loin des cars de manifestants venus de la France entière. Les vieux communistes sont aux allichamps et les socialistes ont trahi. Evidemment, on ne se déplace pas volontiers un lundi –il faut exercer un métier aux horaires souples- ni en février. Louis-Philippe disait qu'on ne fait pas de révolution en hiver, ce qui ne l'empêcha pas d'être renversé en février. Dans les rues, d'aimables CRS, serviables comme des hôtesses d'accueil, orientaient les arrivants vers les diverses manifs (car on ne se mélange pas entre opposants, non mais !). 
 
Un hippie schnouffé, hors d'âge, le fou de service, insultait les keufs dans l'indifférence générale.
 
Nous allâmes d'abord à la manif des souverainistes, porteurs de drapeaux tricolores en berne, puis à celle d'Attac, où les bannières arboraient le sigle à pourcentage. Une pasionaria y adjura les manifestants de rentrer chez eux par un chemin leur évitant de rencontrer les souverainistes, ces gens étriqués « avec qui nous n'avons rien en commun ». On y prônait l'amitié entre les peuples et l'abolition des frontières. Souriez, financiers ! Riez, européïstes ! Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles avec de tels adversaires.
 
Près des grandes écuries, un cordon de robots-cops bonnasses, déguisés en martiens de série télévisée, jouait le rôle des Gardes Françaises empêchant le peuple d'entrer au château. Et dans le château, les traîtres abolissant la République. Combien d'entre eux, soixante-huitards repentis, crièrent-ils dans leur jeunesse : « CRS-SS ! » ? 
 
Versailles dans toute sa splendeur. Cette bâtisse prétentieuse n'a jamais été, depuis trois siècles, que l'antre de la tyrannie et le théâtre de la trahison. A chaque génération, des classes dominantes sans cesse renouvelées reprennent le même pli : vanité, fermeture en caste, mépris de leurs concitoyens, platitude devant l'éphémère Permanent du Spectacle qui les domine pour un temps, rouerie et naïveté, lâcheté et ragusade, entraînant chaque fois un peu plus bas dans le déclin notre si beau pays.

La Grande Révolution et ses suites, qui coûtèrent, hélas, maintes vies, ont fait disparaître des centaines de monuments magnifiques. Mais ce monstrueux palais reste inchangé, tendant ses tentacules au bout de sa longue avenue. Monument au malheur de la France et de l'Europe. Il paraît avoir été bâti pour cela.
 
En voyant rejouer pour la dixième fois la même sinistre pièce, l'abus de pouvoir rendant illégitime le pouvoir légitime, le peuple bafoué, les gardes protégeant les traîtres, je songeais à ce que Marc Bloch écrivit pendant l'Occupation : « Les faits l'ont aujourd'hui prouvé : l'indépendance nationale à l'égard de l'étranger et la liberté intérieure sont indissolublement liées, elles sont l'effet d'un seul et même mouvement. Ceux qui veulent à tout prix donner au peuple un maître accepteront bientôt de prendre ce maître à l'étranger. Pas de liberté du peuple sans souveraineté du peuple, c'est-à-dire sans République. » 

Restaurons notre République !
 
Christian Darlot
 

Notez
Lu 8499 fois

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous


Après le Brexit, reprenons la plume aux fédéralistes. Voici le nouveau traité qui sortira l'Europe de l'idéologie. "Nous peuples d'Europe..." : pour un nouveau Traité fondamental européen