L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

"Stopper la régression démocratique impose le retour du Politique, c’est-à-dire des nations aux commandes de l'Europe"





"En abandonnant des pans entiers de souveraineté au non de la mondialisation de tout, les États européens ont acté un changement subreptice de régime, de la démocratie politique à l’oligarchie technocratique. Tous nos maux en découlent. L’urgence démocratique est donc à un retour du Politique, c’est-à-dire des nations en Europe. Pour ce faire, l'arrivée massive de députés eurocritiques au Parlement européen ne suffira pas". Dans une longue interview donnée à Liberté Politique, Christophe Beaudouin, docteur en droit public, en appelle à imposer au sommet un nouveau rapport de force politique, à l’image de ce qu’avait fait le Général de Gaulle avec la politique de la chaise vide face aux prétentions financières de la Commission. Il qualifie de "technocratie de marché" le régime européen, "objet identifié non-politique", en "rupture non seulement avec la nation de 1789 mais aussi avec celle les "quarante Rois qui ont fait la France". Elle est, poursuit-il, le symptôme d'une démocratie fatiguée en tant que régime, sortie de son champ politique comme un fleuve en crue s'engouffrant partout ailleurs — dans la famille, à l'école, dans les églises —pour effacer les limites, distinctions et hiérarchies. L'ensemble UE-Conseil de l'Europe est le régime de cette liberté extrême et cette égalité extrême annoncé par Montesquieu et Tocqueville". (Liberté Politique)

Notez
Lu 787 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous