L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

Les Européens du 'Non' font un tabac au Palais des Sports


Mieux que Nicolas Sarkozy dix jours plus tôt, Philippe de Villiers, dans une ambiance rock, a eu du mal à se frayer un chemin au milieu des 5000 personnes réunies, dans une ambiance survoltée au Palais des Sports de Paris, samedi après-midi. 500 sympathisants avaient malheureusement dû rester à la porte. Le Président du Mouvement pour la France, entouré des députés européens Paul-Marie Coûteaux et Patrick Louis, de plusieurs dizaines de jeunes venus de toute l'Europe et brandissant les drapeaux de leur pays, a été rejoint par les députés UMP Nicolas Dupont-Aignan et Philippe Pemezec, mais aussi par plusieurs eurodéputés tels que le Danois Jens-Peter Bonde, le Britannique Nigel Farage, la Suédoise Hélène Goudin, et le Tchèque Vladimìr Železný qui se sont succédés à la tribune pour inviter les Français à "ouvrir le bal des Non"... A l'appel des Français, les peuples d'Europe seraient-ils en train de se réveiller pour reprendre leur destin en main ?




Les Européens du 'Non' font un tabac au Palais des Sports

Philippe de Villiers : "Deux jours après, les Pays-Bas auront dit non, et ensuite les Polonais, les Danois, et peut-être les Suédois, les Luxembourgeois, puis les Anglais."

Parce que ce sont les hésitants «qui vont nous faire gagner», Philippe de Villiers a appelé samedi plus de 5.000 de ses partisans réunis à Paris à «aller voir cousins, voisins, familles» pour les «convaincre» de voter «non» le 29 mai.

«Ce qui va se passer dimanche prochain, c'est un tournant historique», a-t-il affirmé. «Vous devez allez voir vos cousins, vos voisins, vos familles, convaincre pendant toute la semaine». Philippe de Villiers a donc égrené, sans notes, les «derniers arguments pour les hésitants», en entraînant ses partisans dans un «petit voyage dans la Constitution».

Dopé par les sondages qui donnent le «non» en tête dans les intentions de vote, le président du Mouvement pour la France (MPF) s'exprimait devant un palais des sports plein, qui a même dû refuser du monde. Il a donc fait aussi bien que le président de l'UMP Nicolas Sarkozy la semaine dernière. «Le palais des sports est trop petit pour le non!», a exulté Philippe de Villiers. «C'est la marée montante du non!».

«Si le oui gagne» le 29 mai, «on aura le plan D: délocalisations, déréglementation, déferlante migratoire», a-t-il affirmé dans une allusion à la polémique sur le «plan B».
En revanche, «le non sera communicatif», a-t-il assuré. Car «deux jours après, les Pays-Bas auront dit non», et ensuite «les Polonais», «les Danois», et «peut-être les Suédois, les Luxembourgeois», puis «les Anglais».

«Il n'y aura pas de mouton noir», a déclaré M. de Villiers, en citant une expression utilisée par Jacques Chirac. Et «de toute façon, le mouton en a marre de se faire tondre!». Il s'en est pris au chef de l'Etat qui «sera le chef du 'non' le 30 mai au matin», «parce que sa principale qualité c'est la plasticité».

Loin devant Romano Prodi, Jacques Delors ou Valéry Giscard d'Estaing, le plus sifflé par la salle a d'ailleurs été Jacques Chirac.


Le chef de l'Etat a eu droit à un clip assassin le montrant en train de fustiger l'Europe dans les années 1970. "Cette Europe où la France serait engluée comme dans un marécage (...) cette Europe-là nous ne l'accepterons jamais", proclamait-il alors.
Dans l'image d'après, le président affirmait, en 2005: "j'ai toujours été un européen convaincu depuis l'origine". "Admirable, hein?", a rigolé Philippe de Villiers. "C'est terrible l'image...".

Les Européens du 'Non' font un tabac au Palais des Sports

Nicolas Dupont-Aignan : "Le non vient de toute la France, de toutes les catégories sociales"

Le président du MPF a aussi ironisé au sujet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui "a dit: 'si le non l'emporte ce sera la crise économique'. Ben retourne toi mon vieux!", a-t-il lancé, soulignant que c'était déjà le cas.

A huit jours du référendum, il a reçu le renfort samedi du député UMP Nicolas Dupont-Aignan, qui a fustigé les "ouiouistes" et les chefs d'Etat européens qui veulent "donner des leçons aux Français alors qu'ils n'ont même pas le courage de consulter leur propre peuple par référendum". "Le non vient de toute la France, de toutes les catégories sociales", a-t-il affirmé.

"On va gagner! On va gagner", scandait le public, survolté.

Le secrétaire général du MPF, le jeune Guillaume Peltier, a fustigé la "machine à mensonges" du camp du "oui". La directive "Bolkestein, c'est la Constitution!", et surtout, "la Turquie, c'est pareil que la Constitution", a-t-il affirmé (...)

"Tous ceux qui vous disent qu'il n'y a aucun lien entre la Turquie et cette Constitution sont des menteurs", a asséné Philippe de Villiers.

Refuser la Constitution s'inscrit même selon le député UMP Philippe Pemezec, proche de Charles Pasqua, dans la "bataille face à un islamisme expansionniste". Car sinon, "nous allons retrouver les voiles dans nos écoles" et "les lignes d'eau réservées aux femmes dans nos piscines municipales".

Alors, "debout les moutons noirs, debout les imbéciles, debout les paumés" et "debout la France!", a lancé Guillaume Peltier, reprenant ainsi les "caricatures" du camp du "oui".

(AP)

Notez
Lu 10313 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 9

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous


Après le Brexit, reprenons la plume aux fédéralistes. Voici le nouveau traité qui sortira l'Europe de l'idéologie. "Nous peuples d'Europe..." : pour un nouveau Traité fondamental européen