L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

S'abonner
Rss
Twitter
Facebook




mon Email :






Recherche par mots-clés


Le non n'est pas une fin en soi


Les Français, en dépit de la propagande outrancière des ces dernières semaines, ont fait leur choix. Ils ont rejeté avec vigueur le projet de traité que l'on cherchait à leur imposer en masquant la vérité, en tronquant le débat.




Le non n'est pas une fin en soi
La victoire du non n'est pas une fin. Il ne faut pas l'envisager comme le triomphe d'idées de gauche contre des concepts de droite. Ce n'est pas le réveil des idées nationalistes et rétrogrades anti-européennes. C'est la manifestation souveraine d'un peuple qui a refusé d'être traité comme irresponsable et stupide. Ce n'est pas seulement l'expression du ras-le-bol qui règne chez beaucoup, ce n'est pas la peur de l'Europe, ce n'est pas le refus du dynamisme économique. C'est la volonté de notre peuple d'agir et de combattre comme il l'a toujours fait, parfois dans le désordre, souvent avec des débordements, pour inventer un avenir meilleur, plus humain, solidaire dans le respect de ce qui a fait notre civilisation. Aujourd'hui, et c'est la confirmation du bon choix fait par le Président en imposant un réferendum, la démocratie a gagné en France.

L'oligarchie méprisante des élites économiques et politiques a perdu. Mais cette victoire n'est pas une fin en soi. Il nous faut maintenant proposer une alternative. Et celle-ci n'est pas seulement dans les idées et les projets de la gauche. La droite aussi, non pas celle qui entretient la nostalgie des régimes totalitaires, pas celle qui prend ses ordres auprès du Medef, mais celle issue du CNR, celle du Général de Gaulle, celle de la "Nouvelle Société" rêvée par Chaban-Delmas. L'Europe de demain se fera et se développera au nom des citoyens. Pour le bonheur des citoyens.

Ah que la fête serait jolie si le Chef de l'Etat ne se contentait pas de prendre acte de la volonté du peuple. S'il ne cédait pas à la tentation de remplacer le spécialiste du marketing politique par un spécialiste du show à grand spectacle. S'il retrouvait les accents de l'appel de Cochin. S'il redonnait à son action une dynamique gaulliste, populaire et osait reconnaitre qu'il s'est trompé dans ses choix. S'il montrait au monde entier qu'il est, finalement, un homme de convictions.

J'étais à la Mairie de Bordeaux ce soir. J'entendais dans les salons le discours d'élus, de sympathisants "on a perdu", la droite est morte d'avoir diabolisé le Pen", "les français sont des c...s (parole répétée par Pierre H., un élu de l'opposition et répétée par un bordelais d'origine égyptienne, outré par ces propos). Les buffets étaient tout de même pris d'assaut. Et la droite par ci la droite par là... Mais ils n'ont rien compris. Le débat est aujourd'hui au-delà de ce clivage historiquement dépassé. A 500 mètres de la mairie, 100 à 150 personnes laissaient éclater leur joie. Drapeaux rouges en tête, il y avait la CGT, la LCR, le PCF, différents collectifs anti-nucléaires, le mouvement ATTAC, des syndicats de lycéens, des mouvements libertaires. Une ambiance bon enfant malgré la pluie fine qui tombait. "marchons sur la mairie" disaient quelques excités "non" répliquait la CGT, bien vite étouffée par les autres, "Restons ici, gardons cette victoire pour nous et savourons-là, n'allons pas là-bas. A quoi bon".

Et pourquoi faire au fait ? Là-bas justement, il n'y avait plus personne. Les élus partis, les invités avaient tous quitté les salons. Autour de l'Hôtel de ville, des cordons de CRS casqués, des barrières. Tout un arsenal anti-émeute pour une poignée de militants heureux.
Mais où étaient les citoyens de droite qui ont dit non eux-aussi ? Qui pouvait voir les souverainistes, avec Philippe de Villiers et Paul Marie Couteaux, la NAR, les vrais gaullistes réunis par Dupont-Saint Aignan et les autres élus de l'UMP, tous ceux qui ont appelé à voter non à droite? Quel dommage que tous ce soir ne se soient pas réunis ensemble pour montrer au peuple souverain qu'il existe d'autres femmes et homme politiques que ceux qui depuis des semaines leur mentent ! Mais on peut rêver. Les démons franco-français sont toujours là, omnipotents.

Déjà les médias s'apprêtent à rejouer la même mauvaise pièce : la gauche de la gauche a dit non, regardez-là s'exciter dans les rues, la droite rassemble ses forces et digère sa défaite... Pourtant l'enjeu est de taille aujourd'hui, c'est l'avenir de la France au sein de l'Europe et l'avenir de millions de citoyens européens qui va se jouer dans les prochains mois : allons nous bouger un peu les cartes et avec une donne à peine différente, jouer la même partie une fois de plus, ou bien allons nous oser affronter l'inconnu et, comme nos ancêtres de 1789, oser inventer notre avenir ?

Ah, ce soir, combien la démocratie me parait joyeuse et pimpante malgré tout! On disait les Français imbéciles et incapables de réagir. Une fois de plus, ils donnent une leçon au monde.
France, pour l'Europe, en avant !

Notez
Lu 9402 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 9

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous


Après le Brexit, reprenons la plume aux fédéralistes. Voici le nouveau traité qui sortira l'Europe de l'idéologie. "Nous peuples d'Europe..." : pour un nouveau Traité fondamental européen