L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE
L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Forum européen des universitaires, chercheurs, journalistes et hauts-fonctionnaires pour un débat libre











S'abonner
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Pinterest
LinkedIn
Yahoo! Buzz
Mobile
Vendredi 9 Juillet 2010

Le miracle asiatique est... protectionniste



Pékin (http://www.chine-informations.com)
Pékin (http://www.chine-informations.com)

C’est un des mythes les plus tenaces de la théorie économique : les développements du Japon, de la Corée du Sud et de la Chine démontreraient les bienfaits du libre-échange. Et si c’était l’inverse qui était vrai ?

Libre-échange chez les autres, protectionnistes chez eux

En fait, voilà la réalité du développement économique de ces pays. Grosso modo, les plus grandes puissances économiques du Sud-est Asiatique comptent sur l’ouverture commerciale des autres pays pour exporter un maximum tout en protégeant fortement leur marché intérieur et leurs entreprises. Ce n’est pas un hasard si plus de 95% des voitures vendues dans ces trois pays sont produits localement, contrairement à ce qui se passe aux Etats-Unis et en Europe…
L’exemple de la Chine est particulièrement parlant. Il y a une vingtaine d’années, ce pays a décidé de développer une industrie automobile. L’Etat a donc mis en place des droits de douane de plus de 100% sur les importations de véhicules, imposant à tous les constructeurs de construire des usines de montage sur place. Et pour s’assurer un transfert de technologie, la Chine a également imposé qu’un partenaire local détienne la moitié de l’entreprise.
Dans un second temps, la Chine a remonté les droits de douane sur les pièces détachées pour faire venir l’ensemble de la filière sur son territoire. Enfin, une fois la pompe amorcée, les droits de douane sur les véhicules importés ont été diminués (à 35% tout de même) et les anciens partenaires des constructeurs occidentaux ont commencé à produire leurs propres véhicules, souvent des copies de modèles occidentaux au démarrage, avant de passer à la phase exportation, pour bientôt.

Un modèle dirigiste, protectionniste et patriote

Même si chemin n’est pas exactement le même, il est difficile de ne pas voir dans la politique de la Chine une réplique du modèle japonais. Les pays asiatiques ont compris que s’ils avaient ouvert de manière anarchique et dogmatique leur marché intérieur, alors, ils n’auraient pas pu construire une forte industrie. Il est essentiel de protéger une industrie naissante pour lui permettre de se développer et de se tourner ensuite vers l’exportation. Voilà ce que montre le modèle asiatique.
Mais ce qui est très intéressant également est de voir que les pays asiatiques conservent une protection de leur marché intérieur, comme le montre cet article de Marianne 2, favorisant par des normes et des règlements leurs industriels au détriment des industriels occidentaux. Ce patriotisme économique donne une base arrière solide aux entreprises locales, qui, si elle entretient sans doute des prix plus élevés, assure une stabilité propice aux investissements pour l’avenir.
Le modèle de développement asiatique, bien loin des idéaux néolibéraux, est un modèle de développement dirigiste, protectionniste et patriote. L’Etat donne une direction ferme à l’économie, à travers une politique industrielle menée dans la durée. L’Etat protège son territoire national de l’anarchie commerciale. Et l’Etat favorise son industrie nationale, par un protectionnisme commercial et tout un ensemble de règles qui limite les importations quand il l’estime nécessaire.
En gros, le modèle de développement asiatique est l’exact contraire de la voie suivie par l’Europe d’aujourd’hui, libérale, libre-échangiste et supranationale. La divergence des taux de croissance donne sans doute une bonne indication de la pertinence des deux modèles…

Laurent Pinsolle
Son blog
Vendredi 9 Juillet 2010

Notez
Lu 5019 fois



1.Posté par PrésidentYuFungLAM2012 le 29/07/2010 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette analyse est exacte mais biaisée. L'Asie comprends différents pays (Chine, Japon, Corée, mais aussi Hong Kong, Taiwan, Singapour, Thailande) et les modèles sont très différents. La Chine et la Corée utilise la technologie occidentale pour développer leur propre industrie. Le Japon utilise un réseau distribution national pour créér des barrières d'entrées. Pourquoi les chinois et les coréens peuvent être plus productifs que les français. La France a créé le smic. Un entrepreneur cherche le salaire le plus bas possible. Certes, il existe des jobs comme esthéticiennes ou agent de sécurité mais l'emploi industrielle reste un facteur important. La France préfère payer les gens pour rien faire comme RMI,...
La solution consiste à supprimer le smic. Les entreprises française ne veulent pas s'implanter en Chine car il y a beaucoup d'obstacles administratifs. Si nos main d'oeuvres sont compétitives, nous pourrions fabriquer plus de voiture et les exporter vers la Chine.
Pour faire baisser le droit de douane, c'est OMC qu'il faut régler ce problème. L'Europe peut fixer les droits de douanes en fonction de l'ouverture réciproque. Mais la mobilité des travailleurs des pays de l'est ne va pas créér la compétitivité de l'Europe face à la Chine. Il faut rétablir les frontières pour créér les centres financiers à l'ouest, les centres de productions avec une main d'oeuvre bon marché à l'est.
L'Europe doit supprimer le droit de douane des produits venant de Hong Kong et Singapour, les zones franchees.
Car sans une production compétitive comme le textile, chaussure, DVD, téléphone portable, ordinateur portable, il est inutile d'augmenter le droit de douane. Les voitures sont compétitives et l'augmentation du droit de douane ou une quantité limitée comme à l'époque avec les voitures japonaises pourraient augmenter la vente des voitures européennes. La protection doit se faire par cible de secteur : automobile, matériaux de construction, équippement automobile, produit agricole. Pour les produits où l'Europe ne fabrique pas de tout, il faut supprimer le droit de douane. Il est inutile d'imposer le droit de douane et donner l'excuse de la rétorsion.
Notre modèle est trop social. Les français ne travaillent pas. Il n'y a pas assez d'usines. Trop de barrières et d'obstacles. Les banques ne prêtent pas d'argent. Les élus verrouillent le business. Bref, l'état providence arrive au bout de son rouleau. Il faut un état libéral, laissez-faire et on s'occupe des PME-PMIs au lieu de BETTENCOURT.
Rien ne peut remplacer l'entrepreneur qui prend le risque. Mais s'il l'état diminue son train de vie (le nombre de fonctionnaires), créér un paradis fiscal pour attirer de l'argent de BETTENCOURT qui la place en Suisse, diminue les charges sur salaires et le montant et la durée du chômage, supprimer le Smic, l'économie libéral pourrait fonctionner. La Chine était communiste jusqu'en 1978 et la réforme libérale a libéré l'energie des citoyens. On aide un jeune à monter sur un vélo, lui donne un blouson, un casque,...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 7

A la Une | Analyse | Tribune | Document | Campus