L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

S'abonner
Rss
Twitter
Facebook




mon Email :






Recherche par mots-clés


Le Portugal dans un scénario chypriote ?





Après les parlementaires chypriotes, la Cour constitutionnelle portugaise dit "non" à des mesures imposées par l'Union européenne. Vendredi 5 avril, les sages portugais ont invalidé une partie des mesures contenues dans le plan d'austérité. Plus précisément, la Cour constitutionnelle a rejeté la suppression des quatorzième mois de salaires versés aux fonctionnaires, et de pensions versés aux retraités, de même qu'une réduction des allocations chômage et maladie. Des dispositions sur lesquelles l'exécutif portugais et l'Union européenne s'étaient mis d'accord. Cet épisode inquiète aujourd'hui les marchés: la dette portugaise a ainsi vu ses taux s'envoler, ce lundi 8 avril. Les obligations portugaises à 10 ans s'échangeaient ainsi à 6,61%, peu après l'ouverture des bourses européennes, contre 6,43%, vendredi 5 avril. En prenant cette décision, la Cour constitutionnelle prive le Portugal de 900 millions à 1,3 milliard d'euros d'économies, selon différentes estimations citées par les agences de presse. Du coup, elle met dos au mur le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, issu du parti social-démocrate (centre-droit, le même parti que José Manuel Barroso), qui doit mener à bien un vaste programme de consolidation budgétaire: 4 milliards d'euros de dépenses publiques doivent ainsi être économisées d'ici à 2015. Dimanche soir, la Commission européenne s'est ainsi fendue d'un communiqué pour le moins explicite: si le Portugal s'écarte de ses objectifs budgétaires cela "neutralisera les efforts déjà accomplis". Surtout, elle pourrait remettre en cause le coup de pouce de Bruxelles. Ainsi, si Lisbonne relâche les efforts, "le rallongement de la durée des prêts de l'assistance financière accordée au Portugal " pourrait ne plus être à l'ordre du jour, écrit la Commission. (avec BFM TV)

Notez
Lu 376 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous