L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE
L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE
Forum européen des universitaires, chercheurs, journalistes et hauts-fonctionnaires pour un débat libre










S'abonner
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Pinterest
LinkedIn
Yahoo! Buzz
Mobile
Lundi 22 Janvier 2007

La fin du tarif postal unique



La fin du tarif postal unique

L'Allemagne, qui préside actuellement l'Union européenne, met les bouchées doubles afin d' obtenir la libéralisation totale du marché postal. Une libéralisation qui rime avec la fin du tarif postal unique et la mise en place de tarifs variés selon la destination des courriers et les difficultés d'acheminement. Sera-t-il donc, demain, plus coûteux d'envoyer de Paris une lettre en Haute-Savoie qu'en Beauce ? C'en serait donc fini d'un principe fondamental du service public : l'égalité de traitement et c'est bel et bien ce que permettrait la directive en cours de rédaction à la Commission.

Le texte ouvre en effet à la concurrence, en 2009, la distribution des lettres de moins de 50 grammes, clôturant ainsi une page ouverte, comme le rappelait Henri Fouquereau, dans une tribune récente, en 1464 par la volonté de Louis XI.
« Le corps des facteurs a été institué par Louis XIV et toutes les communes de France (37 367) seront visitées par ces facteurs, même si la commune ne possèdait pas un établissement postal. Il s'agissait bien de mettre chacun sur le même pied d'égalité, de rendre le même service à tous, il s'agissait d'une solidarité entre les Hommes. Il s'agissait d'un Etat qui se préoccupait des siens il n'a jamais été question d'enrichir quelques-uns en exploitant la masse des autres » , rappelle le président du Forum pour la France.
Nous avons beau constater que Ségolène et Nicolas se font fort de rester germano-compatibles dans la perspective des hautes fonctions auxquelles ils aspirent mais ils seraient pourtant bien inspirés de faire comprendre à Mme Merkel que le Non français d'un certain 29 mai était, pour l'essentiel, un non au démantèlement de ces principes d'égalité et solidarité qui ont fait la France, sans lesquels la France, demain, risque de ne plus être.

Frédéric BECK
Source : La Revue républicaine



Lundi 22 Janvier 2007

Notez
Lu 10202 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 7

A la Une | Analyse | Tribune | Document | Campus